[ fermer ]

Partager cette page avec un ami

Votre nom :
Votre prénom* :
Votre email* :
Email du destinataire* :
Votre message :
* Champs obligatoires

Cancers : quel regard les Français portent-ils sur les facteurs liés à la nutrition ?

Publié le : 08/08/2019

D’après les connaissances scientifiques actuelles, un cancer sur quatre pourrait être prévenu en agissant sur divers facteurs liés à l'environnement, au mode de vie et à l’alimentation. Afin d’encourager la population à adopter des comportements protecteurs, le baromètre « Nutrition et cancer » InCa/SPF vise à mieux comprendre comment les facteurs de risques sont appréhendés par la population. Selon la dernière édition de ce baromètre, près de 91% des Français pensent que l’alimentation joue un rôle dans le risque de survenue des cancers. Les risques et bénéfices de certains aliments et comportements ne sont pas toujours perçus de manière nette. Le rôle protecteur des fruits et légumes n’est ainsi que modérément perçu. 

Les cancers sont un enjeu mondial de santé publique. En 2015, ils ont causé 8,8 millions de décès à l’échelle mondiale et sont la première cause de décès prématuré au niveau français. D’après, les connaissances scientifiques actuelles, un cancer sur quatre pourrait être évité en agissant sur divers facteurs liés à l'environnement, au mode de vie (tabagisme, activité physique) et à l’alimentation.
Ainsi, selon le centre international de recherche sur le cancer, 5,4 % des cancers survenus en France en 2015 seraient attribuables à une alimentation de mauvaise qualité nutritionnelle, 5,4 % à la surcharge pondérale (surpoids/ obésité) et 0,9 % à une activité physique insuffisante.

Une étude destinée à guider les actions de santé publique

Afin d’encourager la population à adopter des comportements protecteurs vis-à-vis des cancers, le baromètre « Nutrition et cancer » Institut national du cancer/Santé publique France vise à mieux comprendre comment les facteurs de risques et facteurs protecteurs sont appréhendés par la population.

Selon la dernière édition de ce baromètre, publiée le 26 juillet, près de 91% des Français pensent que l’alimentation joue un rôle dans le risque de survenue des cancers. Cette perception augmente avec l’âge, le niveau de diplômes et de revenus. Cependant, les risques et bénéfices de certains aliments et comportements ne sont pas toujours perçus de manière nette.

Le rôle protecteur des fruits et légumes n’est que modérément perçu

Ainsi, seules 42,6 % des personnes interrogées considèrent la consommation de viande rouge comme un facteur de risque lié au cancer, tandis que 54,6 % reconnaissent le caractère cancérigène du sel ou des aliments salés. Le rôle protecteur des fruits et légumes n’est perçu que par 58,1% des Français et seules 34% des femmes ont conscience du rôle protecteur de l’allaitement. Enfin, bien qu’une large majorité de participants (75,5 %) sait qu’être en surpoids ou obèse est un facteur de risque, les personnes concernées connaissent, elles, moins bien ce risque (respectivement 73,6 % chez les personnes en surpoids et 71,3 % chez les personnes obèses).

Ce travail sera notamment utilisé pour guider la mise en place d’actions de santé publique. Il invite notamment à adopter les politiques mises en place en tenant compte des facteurs socio-professionnels mais également du statut pondéral pour réduire les inégalités sociales de santé sur cette thématique.

Fruits et légumes, un rôle protecteur vis-à-vis de plusieurs cancers

Une alimentation saine riche en fruits et légumes est un facteur protecteur vis-à-vis de plusieurs cancers. D’après le dernier rapport du Fonds Mondial de Recherche contre le Cancer (WCRF), la consommation d’au moins 5 portions de fruits et légumes chaque jour est associée à une diminution du risque de développement de cancers de la bouche, du larynx et du pharynx, de l’œsophage, de l’estomac, du côlon-rectum et du poumon (fruits seulement).

 

Plus d’informations :

 

 

Source : Aprifel

Toute l'actualité

Espace réservé :

Mot de passe oublié ?