[ fermer ]

Partager cette page avec un ami

Votre nom :
Votre prénom* :
Votre email* :
Email du destinataire* :
Votre message :
* Champs obligatoires

Journée mondiale de l’alimentation : Faire changer les systèmes alimentaires est nécessaire pour la santé comme pour la planète

Publié le : 16/10/2019

A l’occasion de la journée mondiale de l’alimentation, ce 16 octobre, Aprifel rappelle qu’une alimentation saine, riche  en  fruits  et  légumes, est  non seulement  bonne  pour  la santé humaine mais également pour la planète. Dans la continuité des conclusions de la conférence EGEA 2018, elle souligne la nécessité de rendre les systèmes alimentaires plus sains et durables.

Les maladies chroniques – maladies cardiovasculaires, cancers, obésité, ou encore diabète de type 2 – sont responsables de 41 millions de décès chaque année, soit 71 % de la mortalité dans le monde1. La mauvaise qualité nutritionnelle de l’alimentation est en cause dans nombre de ces pathologies et constitue désormais l’un des principaux facteurs de risque pour la santé. Selon l’étude GBD 20172, des apports alimentaires inadéquats seraient à l’origine de plus de décès que la consommation d’alcool ou de tabac. Face à ce constat, la 8e édition de la conférence EGEA, organisée par Aprifel fin 2018, a souligné l’urgence de rendre les habitudes alimentaires plus saines.
En effet, au plan scientifique, le constat est clair : un mode de vie sain et une alimentation saine, riche en fruits et légumes, contribuent à prévenir de nombreuses maladies chroniques, à prolonger l’espérance de vie et à améliorer la qualité de vie à tout âge. Faire changer les habitudes alimentaires, et, en particulier, faire augmenter les consommations en fruits et légumes, légumineuses et céréales complètes est ainsi un impératif de santé publique. Mais c'est également un objectif au plan environnemental puisque ces aliments sont associés à des émissions de gaz à effet de serre moindres que les produits d’origine animale.

Faire évoluer les systèmes alimentaires pour faire du choix sain, le choix le plus simple
Comme l’a souligné la conférence EGEA 2018, encourager les modes de vie favorables à la santé et à l’environnement est un véritable défi qui se joue en premier lieu à l’échelle des systèmes alimentaires. En effet qu’ils soient mondiaux ou locaux, les systèmes alimentaires déterminent nos choix, nos préférences quotidiennes, mais façonnent également nos habitudes alimentaires tout au long de la vie. Pour espérer changer les comportements, il est primordial de rendre les systèmes alimentaires  plus sains et durables afin que le choix le plus sain, devienne le choix le plus simple et économique pour les individus. Relever ce défi demande des choix politiques et sociétaux en  matière de santé, d’agriculture ou encore d’éducation et implique la mobilisation de tous les acteurs de la société.

Plus d'information :

 

 

Source :

Toute l'actualité

Espace réservé :

Mot de passe oublié ?