[ fermer ]

Partager cette page avec un ami

Votre nom :
Votre prénom* :
Votre email* :
Email du destinataire* :
Votre message :
* Champs obligatoires

Pour quand les subventions fruits et légumes ?

Publié le : 03/04/2017

Ce premier trimestre, 3 nouvelles études (Canada, Australie, USA) viennent de paraître sur les taxes alimentaires et les subventions fruits et légumes (F&L).                                          

L’étude Canadienne1 parue en Janvier 2017 montre qu’en 25 ans, une taxe d’accise sur les boissons sucrées préviendrait chez les Canadiens adultes:
- plus de 600 000 cas d’obésité,
- jusqu’à 200 000 cas de diabète,
- 20 000 cas de cancer et environ 8 000 Accidents Vasculaires Cérébraux.

Les organismes de santé, partenaires de l’étude, ont rencontré les politiques pour réclamer sa mise en place et le réinvestissement de ses recettes dans des initiatives d’habitudes de vie saines telles que le financement des programmes de repas scolaires sains et la mise en place de subventions F&L.

En février 2017, une équipe de chercheurs a mesuré l’impact des taxes (graisses saturées, sel, sucre, sodas et autres boissons sucrées) et subventions (F&L) sur la santé des 22 millions d'Australiens (vivants en 2010), basé sur un modèle mathématique2. Une combinaison de taxes et de subventions sur l'alimentation pourrait faire économiser 2,3 milliards de dollars en dépenses de santé publique dans les décennies à venir en Australie.

Enfin, une méta-analyse américaine, publiée en mars 2017, évalue les effets des taxes et subventions sur la consommation des aliments sains et malsains et l’impact sur le poids3. Ces travaux recensant 23 études d’intervention et 7 cohortes prospectives montrent que :
- une subvention F&L de 10% augmente la consommation de F&L de 11 à 17% avec un impact positif sur l’Indice de Masse Corporelle - IMC (diminution significative) ;
- une taxe des produits malsains de 10% diminue la consommation de ces produits de 6% sans impact significatif sur l’IMC.

En 2015, les scientifiques et chercheurs présents au colloque EGEA avait souligné la nécessité de subventionner les fruits et légumes.

Déclaration EGEA 2015:

    « … Une taxe sur le sucre, les confiseries et les boissons sucrées devrait être envisagée parallèlement à des subventions pour les F&L afin d’inciter à une plus forte consommation de produits plus sains comme les F&L et atténuer les  possibles effets négatifs d’une taxation directe »

    « Encourager l’accès aux F&L des consommateurs les  plus défavorisés par des subventions ou des coupons F&L et des actions fiscales4. »


 

Sources:
1.Jone AC. et coll. L’impact d’une taxe sur les boissons sucrées sur la santé et l’économie au Canada (résumé). Janvier 2017.
2. Cobiac LJ et coll. Taxes and Subsidies for Improving Diet and Population Health in Australia: A Cost-Effectiveness Modelling Study. (2017) PLoS Med 14(2): e1002232.
3. Afshin A et coll. The prospective impact of food pricing on improving dietary consumption: A systematic review and meta-analysis. PLoS One. 2017 Mar 1;12(3):e0172277.
4.Déclaration EGEA 2015

 

Source :

Toute l'actualité

Espace réservé :

Mot de passe oublié ?