[ fermer ]

Partager cette page avec un ami

Votre nom :
Votre prénom* :
Votre email* :
Email du destinataire* :
Votre message :
* Champs obligatoires

Santé mentale, et si la prévention passait aussi par l'assiette ?

Publié le : 10/10/2019

Les troubles mentaux représentent actuellement le handicap le plus répandu dans le monde et un tiers des maladies non mortelles. Trouver des stratégies de prévention en santé publique est ainsi prioritaire. Dans ce but, un nombre croissant de recherches s’intéresse au rôle de l’alimentation. A l'occasion de la journée mondiale de la santé mentale, un point sur quelques travaux récents dans ce domaine.

Les bénéfices d'une alimentation saine riche en fruits et légumes sont largement établis concernant les maladies chroniques - maladies cardiovasculaires, obésité, diabète de type 2, certains cancers. De plus en plus de travaux suggèrent également des bénéfices sur la santé mentale.

Adopter une alimentation saine, riche en fruits et légumes

Que sont les troubles mentaux ?

Selon l’OMS, les troubles de la santé mentale - dépression, bipolarité, anxiété, schizophrénie, la démence, la déficience intellectuelle et les troubles du développement …- touchent une personne sur cinq dans le monde, et la dépression sera la deuxième cause de maladie et d’arrêts de travail en 2020.
Ces affections correspondent à toute une gamme de pathologies qui se manifestent sous des formes différentes. Elles se caractérisent généralement par un ensemble anormal de pensées, de perceptions, d’émotions, de comportements et de relations avec autrui.

Dans l’ensemble, les études épidémiologiques observent un bien-être mental plus élevé chez les personnes ayant une alimentation saine de type «méditerranéenne » - riche en F&L, céréales complètes et poisson et pauvre en aliments transformés. Une méta-analyse a également mis en exergue qu’une alimentation saine riche en fruits et légumes réduit les risques de souffrir de dépression1.

Une étude australienne2 réalisée sur plus de 60 000 adultes âgés de plus de 45 ans, a observé une prévalence plus faible de détresse psychologique chez les consommateurs de fruits et légumes. Une récente étude britannique3 sur plus de 45 000 personnes a également montré que le bien être augmente en fonction de la fréquence et de la quantité de fruits et légumes consommée.
Au Pays-Bas4, 4 000 participants ont été suivis sur une dizaine d’années avec évaluation alimentaire et IRM cérébral. Il en ressort qu’une meilleure qualité de l’alimentation – consommation élevée de légumes, de fruits, de grains entiers, de noix, de produits laitiers et de poisson et une consommation réduite de boissons sucrées - était liée à un volume cérébral, de matière grise, de matière blanche et de l’hippocampe plus importants.
Les mécanismes expliquant ces observations ne sont pas encore pleinement identifiés. L’hypothèse avancée serait liée à la composition nutritionnelle des fruits et légumes. Grâce à leur richesse en antioxydants (vitamines C et E, polyphénols ...), les fruits et légumes réduiraient le stress oxydatif et l’inflammation susceptibles de nuire à la santé mentale. D’autre part, ils apportent des vitamines du groupe B. Les carences en ces vitamines (notamment vitamine B9) influencent la régulation de l’humeur et ont été associées à la dépression. Enfin, un impact via l’effet prébiotique des fibres sur le microbiote est également suspecté et fait l’objet de travaux de recherche.

Prendre ses repas en famille ou entre amis
La qualité nutritionnelle de l’alimentation influerait donc sur la santé mentale, mais la manière dont nous mangeons serait également importante. Des recherches montrent que le fait de prendre ses repas en famille ou entre amis améliore, non seulement la qualité nutritionnelle de l’alimentation, mais a également des bénéfices sociaux et émotionnels. Pour les enfants, préparer et prendre fréquemment des repas en famille favorise le bon développement des enfants et est associé à de meilleures habitudes alimentaires, en particulier une consommation plus forte de fruits et légumes et moindre de fast food. Chez les adolescents, les repas familiaux favorisent la prévention des comportements à risque et contribuent à leur bien être émotionnel.

Une étude américaine5 a montré que ces bénéfices concernent également les parents. Ce travail réalisé sur un groupe de près de 900 parents a observé qu’une plus grande fréquence de repas familiaux était associée à de multiples indicateurs de bien-être social et émotionnel chez les parents, en particulier un meilleur fonctionnement de la famille et des relations plus solides entre ses membres. De la même façon, une association était retrouvée avec un moindre niveau de symptômes dépressifs, d'index de stress et une meilleure estime de soi, tant chez les pères que chez les mères.

Plus d’information :
- Principaux repères sur les troubles mentaux (Organisation mondiale de la santé)
- Equation-nutrition n° 182 – Fruits et légumes et santé mentale
- Notre actualité « Manger en famille : c'est bon pour le moral et la santé des parents et des enfants ! »

Sources :

1 Mol Psychiatry. 2019 Jul;24(7):965-986. doi: 10.1038/s41380-018-0237-8. Epub 2018 Sep 26. Healthy dietary indices and risk of depressive outcomes: a systematic review and meta-analysis of observational studies. Lassale C, Batty GD, Baghdadli A, Jacka F, Sánchez-Villegas A, Kivimäki M, Akbaraly T.

2 Nguyen B, Ding D, Mihrshahi S. Fruit and Vegetable Consumption and Psychological Distress: Cross-Sectional and Longitudinal Analyses Based on a Large Australian Sample. BMJ Open 2017;7: e014201.

3 Ocean N, Howley P, Ensor J. Lettuce be happy: A longitudinal UK study on the relationship between fruit and vegetable consumption and well-being. Soc Sci Med. 2019 Feb;222:335-345.

4 Croll PH, Voortman T, Ikram MA, Franco OH, Schoufour JD, Bos D, Vernooij MW. Better diet quality relates to larger brain tissue volumes: The Rotterdam Study. Neurology. 2018 Jun 12;90(24):e2166-e2173.

5 J. Utter et al, Family meals among parents: Associations with nutritional, social and emotional wellbeing, Preventive Medicine 113 (2018) 7-12.

 

 

 

Source :

Toute l'actualité

Espace réservé :

Mot de passe oublié ?