N° 146 | octobre 2014

Achats d’aliments et de boissons sur le campus chez des étudiants vivant à l’extérieur du campus

L’environnement alimentaire exerce une influence importante sur les comportements alimentaires 1. De toutes les tranches d’âge, ce sont les jeunes adultes qui ont les pires habitudes alimentaires, notamment avec une consommation fréquente de produits de restauration rapide 2,3 et une faible observance des recommandations nationales en matière d’alimentation 4,5. Des recherches précédentes suggèrent que l’environnement alimentaire sur le campus influence les choix alimentaires des étudiants y demeurant. En revanche, on ne sait pas actuellement si les étudiants vivant hors campus sont influencés de la même manière...

Une étude réalisée chez des étudiants vivant hors des campus

Dans notre étude, nous avons examiné les liens entre les comportements d’achats d’aliments et boissons et la qualité de l’alimentation chez des étudiants universitaires vivant hors campus. L’objectif était d’évaluer la fréquence des achats d’aliments et de boissons aux différents points de vente sur le campus, des commandes de produits de restauration rapide et de l’apport d’aliments qu’ils avaient préparés eux-mêmes.

Les données ont été recueillies à l’aide d’un questionnaire sur internet, complété par 1059 étudiants vivant hors campus (âge moyen = 22 ans) d’un établissement local de premier cycle universitaire (community college) et d’une université publique. Ils ont enregistré leurs caractéristiques sociodémographiques et leur fréquence d’achats d’aliments/boissons. Les données sur le régime alimentaire prenaient en compte les aliments consommés au petit déjeuner et au dîner (jour/semaine). Les consommations totales de fruits et légumes, produits laitiers, calcium, fibres alimentaires, sucre en poudre et matières grasses ont été calculées selon les tables de fréquences alimentaires.

45% des étudiants achetaient des aliments/boissons dans au moins un point de vente sur le campus au moins 3 fois par semaine

Les boissons représentent l’achat le plus courant sur le campus (27% en achètent plus de 3 fois par semaine). Les achats aux distributeurs étaient les moins fréquents ; plus de la moitié des étudiants n’avait pas cette pratique.

Environ 45% des étudiants fréquentent 3 fois par semaine au moins un point de vente sur le campus. Apporter des aliments préparés à la maison sur le campus est aussi une pratique fréquente: presque la moitié des étudiants (46%) le faisait au moins 3 fois par semaine. Des achats fréquents de restauration rapide (par ex. McDonald, Burger King, Hardee’s) étaient moins courants: 22% des étudiants en consommaient au moins trois fois par semaine.

Comportement d’achat selon les caractéristiques sociodémographiques

Si l’on n’a retrouvé aucune différence entre les comportements d’achat selon l’âge ou le genre, notre étude a néanmoins révélé que les femmes consommaient plus d’aliments préparés à la maison que les hommes (respectivement 52% et 40%). Les étudiants vivant chez leur(s) parent(s) ou chez un autre membre de leur famille avaient plus de probabilité d’acheter des aliments/boissons sur le campus (52%). Les boursiers avaient deux fois plus de probabilité d’acheter des produits de restauration rapide que les autres étudiants.

Les repas préparés à la maison sont associés à des comportements alimentaires plus sains

Si on compare ces trois comportements d’achats (point de vente sur le campus, restauration rapide et repas préparés à la maison), les sites d’achats sur le campus et la restauration rapide étaient associés de manière indépendante à une plus forte consommation de sucres et de matières grasses.

Les étudiants qui achetaient des aliments/boissons sur le campus ou aux alentours avaient des comportements alimentaires plus malsains, reflétant les résultats des consommateurs fréquents de produits de restauration rapide. De plus, ils avaient plus de probabilité de sauter des repas que les autres étudiants.

En revanche, les étudiants qui amenaient des repas préparés à la maison avaient des comportements alimentaires plus sains. Ils prenaient leur petit déjeuner un jour de plus par semaine que ceux qui ne le faisaient qu’occasionnellement.

Quelles implications pratiques ?

Des études précédentes ont indiqué que manger dans des cafétérias prépayées sur le campus pouvait influencer la qualité de l’alimentation chez les jeunes adultes.

Notre article va plus loin, en examinant les multiples comportements d’achats d’aliments et de boissons sur le campus et à l’extérieur. En outre, il s’est focalisé uniquement sur les étudiants vivant hors campus. En définitive, des mesures significatives doivent être prises pour assurer une alimentation saine et équilibrée chez les étudiants. Les actions de promotion de la santé sur les campus universitaires doivent prendre en compte l’environnement, afin d’augmenter la disponibilité et l’achat d’aliments sains sur le campus. Les spécialistes de l’alimentation et de la nutrition doivent également saisir l’occasion de promouvoir les repas préparés à la maison auprès des étudiants, afin d’influencer de manière positive leurs habitudes alimentaires.

Jennifer E. Jennifer E. Pelletier
Division d’Epidémiologie et de Santé Communautaire, Ecole de Santé Publique de l’Université du Minnesota, Minneapolis, Minnesota, USA
Melissa N. Laska
Division d’Epidémiologie et de Santé Communautaire, Université du Minnesota, ETATS-UNIS
Pelletier JE, Laska MN. Campus food and beverage purchases are associated with indicators of diet quality in college students living off campus. Am J Health Promot. 2013 Nov- Dec;28(2):80-7.
  1. Story M et al. Creating healthy food and eating environments: policy and environmental approaches. Annu Rev Public Health. 2008;29:253–272
  2. Paeratakul S et al. Fast-food consumption among US adults and children: dietary and nutrient intake profi le. J Am Diet Assoc. 2003;103:1332–1338.
  3. Niemeier HM et al. Fast food consumption and breakfast skipping: predictors of weight gain from adolescence to adulthood in a nationally representative sample. J Adolesc Health. 2006;39:842–849.
  4. Nelson MC et al. Emerging adulthood and college-aged youth: an overlooked age for weightrelated behavior change. Obesity (Silver Spring). 2008;16:2205–2211.
  5. Guenther PM et al. Most Americans eat much less than recommended amounts of fruits and vegetables. Am Diet Assoc. 2006;106:1371–1379.
Retour Voir l'article suivant