N° 142 | mai 2014

Comment des changements alimentaires simples peuvent sauver des vies et de l’argent

Un grand nombre de pathologies, souvent mortelles, causent encore des dégâts aux Etats Unis. En 2011, plus de 750 000 décès ont été attribués aux maladies cardio vasculaires. En 2010 les coûts directs de ces pathologies ont été évalués à 273 milliards de dollars. Elles représentent 30% des dépenses d’assurance maladie et 12% des dépenses d’aide médicale pour les plus démunis. Sans compter leurs coûts indirects, qui sont estimés à 172 milliards. Si leur progression continue, on estime qu’en 2030 ce sont 116 millions d’Américains qui en seront atteints et les dépenses de santé auront augmenté de 200%.

Les Américains - comme les Français- ne mangent pas suffisamment de fruits et légumes

Il y a pourtant des moyens efficaces de prévention pour réduire l’incidence de ces maladies, représentées par les pathologies coronaires et les AVC. Un antidote, à la fois simple et agréable pour les individus, est constitué par les multiples bénéfices nutritionnels et protecteurs des fruits et légumes. Une alimentation riche en fruits et légumes réduit le risque de maladies cardio vasculaires - en particulier d’hypertension artérielle, de maladie coronaire et d’accidents vasculaire cérébral (AVC). Des méta analyses ont montré que chaque portion supplémentaire de F&L réduit le risque d’AVC de 5% et de maladie coronaire de 4%.

Les Américains - comme les Français - ne mangent pas suffisamment de fruits et légumes. La politique agricole devrait encourager la production et la consommation de ces aliments sains, malheureusement elle fait le contraire. Au lieu de favoriser la production de fruits et légumes, elle accorde d’énormes subventions à la culture d’aliments qui servent d’ingrédients aux aliments transformés.

127 000 décès cardiovasculaires par an pourraient être évités

Dans un récent rapport, l’Union des Scientifiques Concernés (UCS) montre que mettre en oeuvre de nouveaux moyens pour aider les américains a augmenter leur consommation de fruits et légumes serait grandement bénéfi que, non seulement pour la santé publique mais pour l’économie.

Ainsi, plus de 127 000 décès cardiovasculaires par an pourraient être évités et 17 milliards de dollars de dépenses de santé seraient économisés, si les Américains augmentaient leur consommation de F&L de manière à atteindre les recommandations.

On a estimé que la valeur actuelle des vies sauvées dépasserait les 11 000 milliards de dollars.

Ainsi, des changements modestes dans l’alimentation peuvent apporter de grands bénéfi ces. La valeur actuelle de vies sauvées associée à l’augmentation d’une seule portion par jour pourrait dépasser les 2.7 mille milliards de dollars !

Renforcer la place des marchés d’aliments de proximité est une priorité

La situation a évolué dans le bon sens depuis quelques années. Le nombre de marchés fermiers est passé de 340 en 1970 à 7864 en 2012. Le nombre de programmes fermiers à l’école est passé de 6 en 2001 à plus de 10 000 actuellement.

Renforcer la place des marchés d’aliments de proximité est une priorité pour 3 raisons:

  • les fruits et légumes représentent 65% des aliments vendus sur les marchés locaux. Ils sont faciles à transporter, parce que non transformés et nécessitent peu d’intermédiaire entre le producteur et le consommateur. De plus, ce sont des fruits et légumes frais dont la valeur nutritionnelle est supérieure à celles des produits transformés.
  • Ces marchés contribuent à une plus grande consommation de F&L. Ils représentent une source d’interactions et d’éducation dans les achats.
  • Enfin, la politique agricole rétrograde, en attribuant des subventions massives pour la production d’ingrédients destinés aux aliments transformés, a largement influencé le marché alimentaire au cours du siècle passé. Or, cette politique peut être radicalement changée.

Faire économiser des milliards de dollars à la société

Des réformes politiques peu coûteuses qui permettraient d'accroître la consommation de fruits et légumes pourraient faire économiser des milliards de dollars à la société. Ces réformes consisteraient à:

  • encourager les producteurs à accroître leur production de fruits et légumes variés;
  • accorder des subventions et des prêts pour investir dans des infrastructures comme les épiceries, les marchés fermiers, les moyens de distribution; • lever les obstacles pour les personnes voulant utiliser des bons d’achats sur les marchés locaux.
Thierry Gibault
Nutritionniste, endocrinologue, Paris - FRANCE
The $11 Trillion Reward - How Simple Dietary Changes Can Save Lives and Money, and How We Get There. Union of concerned scientists.
Retour Voir l'article suivant