N° 205 | mars 2020

COVID-19 Vous vous posez des questions sur le Coronavirus et l’alimentation ? Voici quelques éléments élaborés par Aprifel et Interfel.

BONNES PRATIQUES D'HYGIÈNE À LA MAISON

Quelles sont les recommandations à suivre lorsque je fais mes courses ?

  • La première recommandation est de ne pas aller faire vos courses si vous vous savez malade ou si vous avez une personne malade dans votre entourage proche. Attendez votre guérison avant de retourner faire des achats.
  • Avant d’aller faire vos courses au marché, chez votre détaillant, dans votre supérette ou votre supermarché : préparez vos menus de la semaine, cela vous permettra de limiter vos déplacements, d’acheter les bonnes quantités et d’équilibrer vos repas tout en évitant le gaspillage alimentaire. Prévoyez vos propres sacs pour éviter d’utiliser les paniers et caddies mis à disposition par le magasin.
  • Au moment de partir et pendant vos achats : munissez-vous d’une attestation de circulation, respectez les distances de sécurité entre personnes (minimum 1,5 mètres) que cela soit avant d’entrer en magasin, à l’intérieur, ou devant un étal … Evitez de toucher et reposer les produits et en particulier les produits frais, ne toussez pas, n’éternuez pas à proximité des produits frais.
  • Une fois rentré, lavez-vous les mains, puis nettoyez les objets que vous avez touchés (volant de voiture, poignées de portes, plan de travail etc.).

Le virus peut-il se trouver sur les aliments ?
Comme toutes les surfaces, celle des aliments est susceptible d’être porteuse du coronavirus lorsque les règles d’hygiène ne sont pas respectées. Une personne porteuse du virus peut contaminer un aliment ou une surface en éternuant, en toussant (projection de gouttelettes infectieuses) ou par transfert manuel lorsque les règles d’hygiène ne sont pas respectées. Une contamination est donc possible lors de la manipulation ou de la préparation d’un aliment lorsque les règles d’hygiène ne sont pas respectées.

En savoir plus : Avis de l'Anses relatif à une demande urgente sur certains risques liés au COVID-19

Puis-je tomber malade en mangeant un aliment « porteur » du virus ?
A ce jour, l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) indique qu’en l’état actuel des connaissances, il n’existe aucune preuve que les aliments, y compris les fruits et légumes frais, constituent une source ou une voie de transmission probable du virus.
L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) estime que bien que ce soit peu probable, on ne peut pas totalement exclure le risque d’infection lors de la mastication d’aliments contaminés / souillés. Les risques sont très faibles mais ne peuvent pas être exclus.
De fait, il est important de suivre les bonnes pratiques d’hygiène.

En savoir plus : Avis de l'Anses relatif à une demande urgente sur certains risques liés au COVID-19

Comment puis-je me protéger ?
Les bonnes pratiques d’hygiène sont essentielles lors de la manipulation et la préparation des aliments :

  • Evitez de préparer les repas si vous êtes malade, en particulier si vous présentez des symptômes de type gastroentérite (diarrhée, fièvre, vomissements, maux de tête) ou un syndrome grippal.
  • Respectez les bonnes pratiques d’hygiène à la maison : lavez-vous soigneusement les mains pendant au moins 30 secondes avant, pendant et après la préparation des repas. Nettoyez soigneusement surfaces et ustensiles de cuisine, ne mélangez pas les aliments crus et cuits (par exemple ne remettez pas dans le même plat les aliments une fois cuits).

La cuisson des aliments permet également de détruire le virus (au moins 4 minutes à une température de 63 degrés minimum).

Puis-je consommer des produits crus ?
Oui, vous devez alors veiller, comme à l’habitude, à les laver à grande eau et à les essuyer soigneusement avec un essuie-tout jetable, puis éventuellement les éplucher.

Dois-je congeler mes fruits et légumes pour éliminer le coronavirus ?
Les données actuelles montrent que le coronavirus reste stable à des températures basses et négatives, la réfrigération et la congélation ne permettent donc pas de détruire le virus.

En savoir plus : Avis de l'Anses relatif à une demande urgente sur certains risques liés au COVID-19

ALIMENTATION ET IMMUNITÉ

Quelles sont les recommandations à suivre lorsque je fais mes courses ?
A l’heure actuelle, la meilleure manière de se protéger est de respecter le confinement et les mesures barrières (se laver les mains régulièrement, respecter une distance minimale d’1,5 mètres entre les personnes, tousser / éternuer dans son coude, se saluer sans se serrer la main, éviter de s’embrasser, éviter de se toucher le visage…).
Notre alimentation peut cependant contribuer au bon fonctionnement de notre système immunitaire. Pour fonctionner normalement, nos défenses immunitaires ont en effet besoin de divers nutriments : vitamine A, cuivre, zinc, sélénium et vitamines B6, B9, B12, C, D et E. La meilleure manière d’apporter ces nutriments à notre organisme est d’avoir une alimentation saine et variée incluant au moins cinq portions de fruits et légumes par jour (soit 400 g ou plus), en misant sur la couleur et la variété.

Faut-il privilégier certains aliments pour prévenir l’infection ?
Non, il n’est pas possible de dire cela. Il est scientifiquement établi que certains nutriments ont un rôle spécifique pour le corps. La vitamine C, par exemple, contribue au bon fonctionnement du système immunitaire et du système nerveux. Pour autant, en l’état actuel des connaissances, rien ne justifie de recommander la consommation d’un aliment en particulier. Pour bien fonctionner, notre organisme et nos défenses immunitaires ont besoin de toute une palette de nutriments. La meilleure manière de les lui apporter est d’avoir une alimentation saine et variée comportant au moins 400 g de fruits et légumes chaque jour.

Quelles recommandations alimentaires suivre durant cette période de confinement ?
Il n’y a pas de recommandations particulières durant cette période, l’idéal étant d’avoir, comme toute l’année, une alimentation saine et variée : chaque jour au moins cinq portions de fruits et légumes (400g ou plus), des produits céréaliers de préférence complets (pain complet ou aux céréales, pâtes et riz complets, …), des produits laitiers (2 par jour), des légumineuses (lentilles, pois-chiches, haricots, …), de la viande, du poisson (deux fois par semaine), une petite poignée de fruits à coque non salés par jour (noix, noisettes, amandes, …).
Profitez de cette période pour cuisiner et essayer de nouvelles recettes. Cela vous permettra de mieux contrôler vos apports en sucre, sel et matières grasses en faisant la part belle aux aliments bruts et produits frais. N’hésitez pas à faire participer les enfants, y compris les plus jeunes. Cuisiner peut être un moyen de les familiariser avec des aliments qu’ils connaissent moins, en particulier les légumes et aide à faire passer la journée.
Malgré le confinement, essayez également de limiter la sédentarité et d’être actif : levez-vous régulièrement pour marcher, vous étirer et essayez de pratiquer une activité physique chaque jour au moins 30 minutes pour les adultes et 1 heure pour les enfants et les adolescents.

Plus d’informations :
Retrouvez également des conseils pour faire vos courses et préparez vos repas
Alimentation, courses, nettoyage : les recommandations de l’Anses
www.mangerbouger.fr
Conseils du ministère des sports pour rester actif
Guide bonnes pratiques d'hygiène à destination des consommateurs élaboré par l'association Léo Lagrange pour la
défense des consommateurs, la Confédération syndicale des Familles et Familles rurales et validé par l'Anses

  • Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Vitamine B9 ou acide folique [en ligne]. European Food Safety Authority (EFSA). Vitamin C and contribution to the normal function of the immune system: evaluation of a health claim pursuant to Article 14 of Regulation (EC) No 1924/2006 [en ligne].
  • European Food Safety Authority (EFSA). Scientific Opinion on Dietary Reference Values for vitamin A1. EFSA Journal 2015;13(3):4028.
  • Ferry M. Nutrition, vieillissement et santé. Gérontologie et société 2010 ;134 :123-1.
  • Qian B, Shen S, Zhang J, Jing P. Effects of Vitamin B6 Deficiency on the Composition and Functional Potential of T Cell Populations. Journal of Immunology Research. 2017 [en ligne].
  • Rizvi S, Raza S, Ahmed F, Ahmad A et al. The role of vitamin E in human health and some diseases. SQU Medical Journal 2014;14(2):e157-e165.
  • Semba RD.The role of vitamin A and related retinoids in immune function. Nutrition Reviews, 1998, 56:S38–48.
  • Zazzo JF. Oligo-éléments, vitamines et immunité. Nutr. Clin. Métabol.1993;7:121-129
Retour