N° 161 | février 2016

Fruits et légumes chez les enfants du programme WIC : des différences selon le lieu de naissance des parents et leur durée de séjour aux Etats-Unis

L’exposition à la culture américaine est associée à une moindre consommation de Fruits & Légumes (F&L). Notre étude visait à analyser la consommation de F&L chez les enfants d’immigrés à faibles revenus. Nous avons centré notre analyse sur un échantillon d’enfants en bas âge participant au programme WIC (Women, Infants and Children) - Programme d’alimentation supplémentaire qui offre de la nourriture et des services gratuits aux femmes, nourrissons et enfants éligibles - dans le comté de Los Angeles, pour évaluer si les niveaux de consommation de F&L des enfants présentaient des différences selon le lieu de naissance des parents et leur durée de séjour aux Etats-Unis.

Estimation de la consommation des F&L chez les enfants

Les données de notre étude proviennent de l’enquête WIC 2011 dans le comté de Los Angeles, qui incluait un échantillon aléatoire de 5000 familles participant au programme WIC. Nous avons examiné un sous-groupe de 2352 enfants âgés de 3 à 5 ans. L’estimation de leur consommation de F&L était basée sur les réponses des parents à deux questions : « En moyenne, combien de portions de fruits [légumes] votre enfant consomme-t-il chaque jour? ». Afin d‘évaluer l’exposition des parents à la culture américaine, nous avons regroupé les parents en : 1) Blancs non-hispaniques, nés aux Etats-Unis ; 2) Hispaniques nés aux Etats-Unis ; 3) Hispaniques nés à l’étranger, habitant ≥10 ans aux Etats-Unis ; et 4) Hispaniques, nés à l’étranger, habitant <10 ans aux Etats-Unis. De plus, nous avons évalué la consommation de F&L selon le sexe et le poids de l’enfant, la langue parlée préférentiellement par les parents, leur niveau d’éducation, leur type d’emploi et le niveau de leurs revenus. Les différences de consommation de F&L entre les différents groupes ont été analysées grâce à des tests-t et des analyses de variance (ANOVA).

Exposition parentale à la culture américaine: un impact sur l’alimentation des enfants

La consommation moyenne journalière était de 3,06 et 2,22 portions respectivement pour les fruits et les légumes. Les figures 1 et 2 montrent les différences de consommation de fruits et légumes selon l’enfant et les caractéristiques familiales. Malgré des différences de tendances entre les groupes, les seules statistiquement significatives ont été observées au niveau de la consommation de fruits selon la durée d’exposition des parents à la culture américaine. Les enfants dont les parents hispaniques étaient nés à l’étranger et qui avaient vécu aux Etats-Unis moins de 10 ans, ont consommé 0,26 portions de fruits de moins que ceux dont les parents avaient séjourné aux Etats-Unis pendant plus de 10 ans (p=0,0026).

De la même manière, les enfants dont les parents hispaniques étaient nés à l’étranger et qui avaient vécu aux Etats-Unis moins de 10 ans, ont consommé significativement moins de portions de légumes que ceux dont les parents y avaient séjournés pendant plus de 10 ans (0,19 portions en moins) et que ceux dont les parents hispaniques étaient nés aux Etats-Unis (0,25 portions en moins; p =0,0026). De plus, les enfants de poids normal et dont les parents préféraient parler anglais, ont consommé significativement plus de portions de légumes que les enfants obèses ou en surpoids dont les parents préféraient parler espagnol.

Des croyances à remettre en question

Parmi un échantillon de participants WIC à faibles revenus, les enfants dont les parents résidaient aux Etats-Unis depuis plus longtemps, ont consommé plus de F&L que ceux des immigrants récents. Nos résultats contredisent les résultats de la majorité des études ¹. Cependant, certaines études récentes ont publié des résultats semblables aux nôtres 2,3. La croyance largement répandue que les immigrants arrivant aux Etats-Unis ont une meilleure alimentation que les Américains de souche doit être remise en question face à la mondialisation actuelle.

M. Pia Chaparro
Centre d’études pour l’équité en santé (Center for Health Equity Studies - CHESS), Stockholm, SUÈDE
Chaparro MP, Langellier BA, Wang MC, Koleilat M, Whaley SE. Effects of parental nativity and length of stay in the U.S. on fruit and vegetable intake among WIC-enrolled preschool-aged children. J Immigr Minor Health 2015;17(2):333-338.
  1. Ayala GX, Baquero B, Klinger S. A systematic review of the relationship between acculturation and diet among Latinos in the United States: implications for future research. J Am Diet Assoc 2008;108:1330–44.
  2. Grimm KA, Blanck HM. Survey language preference as a predictor of meeting fruit and vegetable objectives among Hispanic adults in the United States, Behavioral Risk Factor Surveillance System, 2009. Prev Chronic Dis 2011;8(6):A133.
  3. Erinosho T, Berrigan D, Thompson F, Moser R, Nebeling L, Yaroch A. Dietary intakes of preschool-aged children in relation to caregivers’ race/ethnicity, acculturation, and demographic characteristics: results from the 2007 California Health Interview Survey. Matern Child Health J 2007;2011:1–10.
Retour Voir l'article suivant