N° 118 | mars 2012

“Gigantisme” alimentaire et épidémie d’obésité chez les enfants et adolescents américains de 1977 à 2006

Il existe peu de données sur l’accroissement de la taille des portions aux Etats Unis. Or, des portions plus grandes d'aliments à forte densité énergétique, promues par des emballages plus grands et des prix bon marché, pourraient encourager des apports caloriques supérieurs aux besoins et augmenter le risque d'obésité infantile 1,2. Chez les enfants plus âgés et les adolescents, des plus grandes portions d'aliments caloriques pourraient poser encore plus de problèmes.

A ces âges, les signaux physiologiques (comme la faim et la satiété) qui aident à auto-réguler les apports caloriques, exerceraient moins d'influence, poussant alors à une suralimentation, dans un environnement qui associe une disponibilité calorique excessive et des dépenses énergétiques limitées 3-6.

Notre étude s’est fixé pour objectif de vérifier si :

1. la taille des portions d'aliments à forte teneur calorique a augmenté entre 1977 et 20067;
2. une plus grande portion de certains aliments augmente l'apport calorique total au cours d’un même repas 8.

Nous avons également analysé la composition et les tendances des tailles des portions, selon les caractéristiques socio-économiques et les tranches d'âge, entre 1977-78 et 2003-06 aux Etats Unis.

Plus de 30 000 enfants et adolescents étudiés

Nous avons étudié 31 337 enfants et adolescents âgés de 2 à 18 ans, issus de quatre enquêtes nationales sur la consommation alimentaire aux Etats-Unis 9-13. Ils ont été répartis en trois groupes selon l'âge (2 à 6 ans, 7 à 12 ans et 13 à 18 ans). Nous avons également distingué trois groupes selon les origines ethniques (caucasien non-hispanique, afro-américain non-hispanique et hispanique) et deux autres selon le niveau d'éducation des parents (> ou < 12 années d'éducation). Enfin, nous avons calculé la moyenne des consommations alimentaires des 2 derniers jours afin d’obtenir une estimation individuelle.

La taille des portions a été définie comme la quantité (kilocalories, grammes ou millilitres) d'un aliment ou boisson consommé durant un repas donné. Nous avons calculé la taille moyenne des portions de certains aliments et boissons (biscuits apéritifs salés, desserts, boissons sucrées, boissons aux fruits, frites, hamburgers, pizzas, plats Mexicains) ainsi que l’apport calorique moyen au cours du même repas. Les kilocalories de chaque aliment ont ensuite été divisées par l’apport calorique total au cours de ce repas. Si, pour un aliment donné, la proportion calorique par repas augmentait entre 1977 et 2006, nous avons conclu qu'une plus grosse portion de cet aliment avait influencé la consommation énergétique du repas.

La taille des portions de tous les aliments sélectionnés a augmenté En 2003-2006, les aliments à forte densité énergétique (biscuits apéritifs, desserts, boissons sucrées, boissons aux fruits, frites, hamburgers, pizzas…) représentaient 38% de l'apport calorique quotidien chez les adolescents de 13 à 18 ans, 35% chez les enfants de 7 à 12 ans et 28% chez ceux de 2 à 6 ans.

Globalement, la taille des portions de tous les aliments sélectionnés a augmenté de manière significative entre 1977 et 2006, à l’exception des desserts. La taille des portions de pizza a particulièrement augmenté au cours de la dernière décennie.

L'apport calorique des adolescents est influencé par tous les aliments étudiés

Dans tous les groupes d'âge, nous avons retrouvé un parallèle entre les parts de pizza les plus grosses et les plus forts apports caloriques durant le repas. Les pizzas étaient l’unique contributeur significatif à l'augmentation de l'apport calorique chez les enfants âgés de 2 à 6 ans. Chez ceux de 7 à 12 ans, les boissons sucrées, les burgers ainsi que les pizzas avaient un impact significatif aux repas où ils étaient consommés. L'apport calorique des adolescents était influencé par tous les aliments sélectionnés (ce qui concorde avec les études précédentes rapportant que les enfants plus âgés étaient plus susceptibles de manger des portions plus grandes que les enfants plus jeunes). L'apport énergétique au repas était également influencé par les plus grosses parts de pizzas, plus particulièrement chez les afro-américains et les hispaniques, ainsi que dans le groupe dont les parents avaient un niveau d'éducation plus faible.

Des besoins d'intervention et de politiques de santé ciblées

Nos résultats apportent une nouvelle perspective concernant l'impact de la taille des portions sur l'apport énergétique total des repas. Dans le contexte de l'épidémie croissante d'obésité aux Etats Unis et dans le monde, nous avons identifié des aliments denses en énergie dont la taille des portions a augmenté de manière significative au cours des 30 années étudiées. Ces aliments contribuent de manière importante à l’augmentation de l'apport énergétique total des repas où ils sont consommés. Nos travaux renforcent la nécessité d'interventions et de politiques de santé ciblées concernant certains aliments (pizzas, boissons sucrées) afin de réduire l'apport énergétique chez les enfants et les adolescents.

Barry M. Popkin
Université de Caroline du Nord à Chapel Hill - USA
Carmen Piernas
Département Nuffield des Soins de Santé Primaires (Primary Care Health Sciences), Université d’Oxford, Royaume Uni
  1. McConahy, K.L., et al., J Pediatr, 2002. 140(3): p. 340-7.
  2. Ledikwe, J.H., J.A. Ello-Martin, and B.J. Rolls, J Nutr, 2005. 135(4): p. 905-9.
  3. Birch, L.L. and M. Deysher, Appetite, 1986. 7(4): p. 323-31.
  4. Birch, L.L. and J.O. Fisher, Pediatrics, 1998. 101(3 Pt 2): p. 539-49.
  5. Orlet Fisher, J., B.J. Rolls, and L.L. Birch, Am J Clin Nutr, 2003. 77(5): p. 1164-70.
  6. Fisher, J.O., Obesity (Silver Spring), 2007. 15(2): p. 403-12.
  7. Piernas, C. and B.M. Popkin, 1977-2006. J Nutr, 2011. 141(6): p. 1159-64.
  8. Piernas, C. and B.M. Popkin, 1977-2006. Am J Clin Nutr, 2011. 94(5): p. 1324-32.
  9. U.S. Department of Agriculture, A.R.S., Beltsville Human Nutrition Research Center, Food Surveys Research Group (Beltsville, MD). and C.f.D.C.a.P. U.S. Department of Health and Human Services, National Center for Health Statistics (Hyattsville, MD). What We Eat in America, NHANES 2005-2006. 2005.
  10. U.S. Department of Agriculture, A.R.S., Beltsville Human Nutrition Research Center, Food Sur veys Research Group (Beltsville, MD). and C.f.D.C.a.P. U.S. Department of Health and Human Services, National Center for Health Statistics (Hyattsville, MD). What We Eat in America, NHANES 2003-2004. 2003.
  11. U.S. Department of Agriculture, A.R.S., Beltsville Human Nutrition Research Center, Food Sur veys Research Group (Beltsville, MD). Retrieved 05/06/2009 from USDA Agricultural Research Ser vice, Food Surveys Research Group website: http://www.ars.usda.gov/Services/docs.htm?docid=14521.
  12. U.S. Department of Agriculture, A.R.S., Beltsville Human Nutrition Research Center, Food Sur veys Research Group (Beltsville, MD). Retrieved 05/06/2009 from USDA Agricultural Research Ser vice, Food Surveys Research Group website: http://www.ars.usda.gov/Services/docs.htm?docid=14541.
  13. Rizek, R., The 1977-78, Fam Econ Rev, 1978. 4: p. 3-7.
Retour Voir l'article suivant