N° 150 | février 2015

Impact à 18 mois des révisions du panier alimentaire WIC dans des familles Afro- et Hispano-Américaines

Conscient de la nécessité d’intervenir de toute urgence sur l’obésité
infantile, le programme spécial de suppléments alimentaires pour les mères, les nourrissons et les enfants - WIC (Women, Infants, and Children) a modifié ses paniers alimentaires pour s’aligner sur les recommandations alimentaires américaines de 2005 (2005 Dietary Guidelines for Americans) 1. Ces modifications préconisaient plus de céréales à grains entiers, de fruits et légumes, et moins d’aliments riches en matières grasses saturées. Il s’agissait des premières modifications des paniers alimentaires WIC depuis leur lancement, il y a environ 40 ans 2-4.

Une étude de 18 mois chez 209 mères et 164 enfants de 2 à 4 ans

Notre étude de 18 mois a examiné l’impact des révisions du panier alimentaire WIC sur la consommation de différents nutriments et groupes d’aliments. Elle a porté sur la qualité globale de l’alimentation chez des enfants Afro- et Hispano-Américains participants au programme WIC et chez leurs mères/tuteurs légaux. Nous avons analysé un échantillon incluant 209 mères (Hispaniques, n=112; Afro-Américaines, n=97) et 164 enfants âgés de 2 à 4 ans (Hispaniques, n=94; Afro-Américains, n=70). La consommation alimentaire a été évaluée par le rappel des consommations alimentaires des dernières 24 heures juste avant la révision des paniers alimentaires WIC à Chicago et 18 mois après ce changement.

Des améliorations de la consommation de graisses, de fibres et de la qualité globale de l’alimentation chez des enfants Hispaniques mais pas chez les Afro Américains

Les effets les plus marqués ont été notés chez des enfants Hispaniques. Ils ont réduit leur consommation de graisses totales et saturées, augmenté leur consommation de fibres alimentaires ainsi que la qualité globale de leur alimentation. Aucun changement n’a été remarqué au niveau de ces catégories chez les mères Afro-Américaines et leurs enfants ou chez les mères Hispaniques.

Puisque ces améliorations n’ont pas été observées chez les enfants Afro-Américains, on pense que l’acculturation et l’identité ethnique auraient contribué à des améliorations plus importantes chez les enfants Hispaniques. Par exemple, Kranz et al. ont trouvé que l’identité ethnique (c’est à dire l’origine Mexicaine) était prédictive d’une alimentation de bonne qualité chez les enfants d’âge préscolaire issus de familles à faibles revenus 5. Des études précédentes avaient également observé que les Hispaniques les moins acculturés consommaient une alimentation plus saine 6. Le niveau d’acculturation de notre échantillon pourrait être qualifié de « faible » vu les mesures d’acculturation et de langue usuelle.

Des améliorations minimales sur la consommation de F&L

Les améliorations du niveau de consommation de fruits et légumes étaient minimales dans tous les groupes (figure 1). On pourrait expliquer ce résultat par le montant du coupon mensuel ($6 par enfant). Un montant relativement faible qui serait insuffisant pour rehausser la consommation pour un membre individuel de la famille. Les résultats d’Herman et ses collègues 7 apportent la preuve qu’un coupon d’un montant plus important serait nécessaire pour influencer la consommation de fruits et légumes.

Limites et recommandations

Cette étude doit être examinée en tenant compte de ses limites. D’abord, il ne s’agit pas d’un échantillon représentatif de tous les enfants Afro- et Hispano-Américains du programme WIC. A cause de moyens limités, seul un rappel des dernières 24 heures a été recueilli ce qui ne reflète pas la véritable alimentation habituelle des enfants.

Pour résoudre un problème aussi vaste que l’obésité, des changements de politiques très larges, comme les révisions 2009 du panier alimentaire WIC sont nécessaires. Favoriser les modifi cations comportementales par certaines incitations peut rendre les choix sains plus faciles dans les familles ayant des jeunes enfants et au final, avoir un impact sur l’obésité.

Angela Kong
Centre anti-cancer de l’Université d’Illinois, Chicago; Institut de Recherche et de Politique de la Santé, Chicago, USA
Marian Fitzgibbon
Centre anti-cancer de l’Université d’Illinois, Chicago; Institut de Recherche et de Politique de la Santé, Chicago, USA
collaborateurs
Angela Kong, Odoms-Young AM, Schiffer LA, Kim Y, Berbaum ML, Porter SJ, Blumstein LB, Bess SL, Fitzgibbon ML., Am J Prev Med, “The 18-Month Impact of Special Supplemental Nutrition Program for Women, Infants, and Children Food Package Revisions on Diets of Recipient Families”
  1. US Department of Health and Human Services & US Department of Agriculture. Dietary Guidelines for Americans 2005. 2005; 6th [Available from: http://www.health.gov/dietaryguidelines/dga2005/document/
  2. Institute of Medicine. WIC food packages: Time for a change. Washington DC: National Academies Press, 2005.
  3. United States Department of Agriculture Food and Nutrition Service. Special Supplemental Nutrition program for Women, Infants, and Children (WIC): revisions in the WIC food packages; delay of implementation date. Federal Register 2008: 72(52):14153.
  4. United States Department of Agriculture Food and Nutrition Service. Special Supplemental Nutrition Program for Women, Infants, and Children(WIC): revisions in the WIC food packages; interim rule. Federal Register; 2008; 72 (234): 68965.
  5. Kranz S, Findeis JL, Shrestha SS. Use of the Revised Children’s Diet Quality Index to assess preschooler’s diet quality, its sociodemographic predictors, and its association with body weight status. J Pediatr (Rio J) 2008;84(1):26-34.
  6. Ayala G, Baquero B, Klinger S. A Systematic Review of the Relationship between Acculturation and Diet among Latinos in the United States: Implications for Future Research. Journal of the American Dietetic Association 2008;108(8):1330-44.
  7. Herman DR, Harrison GG, Afi fi AA, Jenks E. Effect of a Targeted Subsidy on Intake of Fruits and Vegetables Among Low-Income Women in the Special Supplemental Nutrition Program for Women, Infants, and Children. Am J Public Health 2008;98(1):98-105.
Retour Voir l'article suivant