N° 207 | juin 2020

Le fardeau des maladies coronariennes et des AVC attribuables à la consommation insuffisante de fruits et légumes au Japon

De nombreuses études ont confirmé le lien entre la consommation de F&L et le risque de maladies chroniques, en particulier les maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires (MCV) 1,2. Au Japon, les MCV sont responsables en grande partie du fardeau de la morbidité. En outre, la charge des MCV devrait augmenter rapidement au sein de la population japonaise 3 qui vieillit.

 Parallèlement, les adultes japonais ont un apport en F&L plus faible que dans d’autres pays, malgré les recommandations nationales de consommer quotidiennement au moins 350 g de légumes (soit 5 portions de 70 g, à l’exclusion des pommes de terre et des légumineuses) et 200 g de fruits (soit 2 portions de 100 g) 4. Selon l’Enquête Nationale Japonaise sur la Santé et la Nutrition de 2016, la consommation quotidienne de F&L a significativement diminué chez les adultes de plus de 20 ans par rapport à 2006 (300,5 g de légumes et 107,5 g de fruits en 2006 contre 269,4 g de légumes et 98,9 g de fruits en 2016) 5.

Cinq scénarios d’augmentation de la consommation en F&L pour réduire la charge des MCV au Japon d’ici 2060

L’objectif de cette étude est d’estimer et de projeter la réduction de la charge des MCV dans différents scénarios d’augmentation de l’apport en F&L au Japon d’ici 2060.
Les fractions attribuables dans la population (FAP) ont été calculées par sexe et par âge en 2015.
La projection de la réduction des MCV prend en compte 5 scénarios pour 2015, 2030, 2045 et 2060 :

  • Scénario n° 1 : une ligne de base sans changement dans la consommation de F&L
  • Scénario n° 2 : une augmentation modérée de la consommation de fruits (+50 g/jour ou ½ portion) ;
  • Scénario n° 3 : une forte augmentation de la consommation de fruits (+100 g/jour ou 1 portion) ;
  • Scénario n° 4 : une augmentation modérée de la consommation de légumes (+70 g/jour ou 1 portion) ;
  • Scénario n° 5 : une forte augmentation de la consommation de légumes (+140 g/jour ou 2 portions).
    Pour chaque scénario, les Années de Vie Corrigées sur l'Invalidité (AVCI) potentiellement évitables ont été estimées.

Pour chaque scénario, les Années de Vie Corrigées sur l'Invalidité (AVCI) potentiellement évitables ont été estimées.

Consommation de F&L de base, en 2015

La consommation de fruits et légumes augmente avec l’âge :

  • 10,3 % des 20-29 ans consomment plus que la quantité quotidienne recommandée de légumes, contre 32 % des plus de 70 ans
  • 20,1 % des 20-29 ans consomment plus que la quantité quotidienne recommandée de fruits, contre 39,1 % des plus de 70 ans

Dans toutes les tranches d’âge, les hommes consomment quotidiennement plus de légumes que les femmes, mais moins de fruits :

  • apports en légumes : 292,7 g/jour pour les hommes contre 279,3 g/jour pour les femmes ;
  • apports fruits : 99,3 g/jour pour les hommes contre 121 g/jour pour les femmes.

Projections des AVCI liées aux MCV dans différents scénarios d’ici 2060

En 2015, environ 302 055 (12,6 %) et 202 651 (8,5 %) des AVCI liées aux MCV étaient associées à un apport en F&L inférieur à la quantité journalière recommandée.

  • Dans le scénario d’une augmentation modérée de la consommation de F&L, les AVCI liées aux MCV ont diminué respectivement de 8,5 et 5,4 %.
  • Dans le scénario d’une forte augmentation de la consommation de F&L, elles sont respectivement tombées à 4,9 et 2,3 % (Figure 1).

En 2060, on estime que le pourcentage de la charge des MCV (AVCI) due à une consommation insuffisante de F&L devrait diminuer pour atteindre :

  • respectivement 7,9 et 5,4 % dans le scénario d’augmentation modérée,
  • respectivement 4,5 et 2,4 % dans le scénario de forte augmentation (figure 1).

Ces résultats démontrent une réduction probable de la charge des MCV, même avec une amélioration modérée de la consommation de F&L, en ajoutant ½ portion de fruits ou 1 portion de légumes.  Ils sont conformes à une précédente méta-analyse montrant qu’en augmentant la consommation de F&L, on peut réduire considérablement la charge des maladies cardiovasculaires.

Figure 1 : % d’AVCI dues à un apport en Fruit (à gauche) et en Légumes (à droite)
inférieur aux recommandations en 2015, 2030 et 2060

Xiuting Mo
Département de la politique de santé, Centre national pour la santé et le développement de l’enfant, JAPON

[1] Zhan J, Liu YJ, Cai LB, et al. Fruit and vegetable consumption and risk of cardiovascular disease: a meta-analysis of prospective cohort studies. Crit Rev Food Sci Nutr. 2017;57:1650–63

[2] Aune D, Giovannucci E, Boffetta P, et al. Fruit and vegetable intake and the risk of cardiovascular disease, total cancer and all-cause mortality-a systematic review and dose-response meta-analysis of prospective studies. Int J Epidemiol. 2017; 46(3):1029–56.

[3] Ministère japonais de la santé, du travail et de la protection sociale (2017), Enquête auprès des patients.

[4] Ministère japonais de l’agriculture, des forêts et de la pêche (2010), Recommandations alimentaires-Japon.

[5] Ministère japonais de la santé, du travail et de la protection sociale (2018), Enquête nationale sur la santé et la nutrition 2016.

Retour Voir l'article suivant