N° 160 | janvier 2016

L’effet concombre : des résultats intéressants chez les enfants !

La taille de la portion détermine la quantité mangée

Dans le monde entier, de plus en plus d’enfants sont en excès de poids. Par exemple, aux Pays-Bas, un enfant sur huit du groupe d’âge 0-9 ans est en surpoids. Ce surpoids n’est pas seulement causé par le manque d’exercices physiques quotidiens. Une autre raison importante est que nous nous sommes habitués à manger des portions importantes d’aliments particulièrement denses en calories. De nombreuses études l’ont montré maintes fois : des portions plus importantes, des ustensiles pour les servir et certains emballages poussent les gens à consommer davantage d’aliments sans qu’ils en soient conscients. Au cours des dernières décennies, la taille des portions de beaucoup d’aliments a augmenté, notamment ceux qui ont la réputation d’être malsains. Par exemple, la contenance du format familial de la bouteille de Coca-Cola, introduite aux Pays-Bas en 1954, était de 75 centilitres. Aujourd’hui, le format familial a doublé et atteint même les 2 litres. Ce phénomène peut également être observé pour les parts de fromage, les chips et les barres chocolatées. Les consommateurs veulent traditionnellement un bon rapport qualité-prix et les sociétés agro-alimentaires ainsi que les restaurants ont satisfait leurs envies en fournissant des portions de plus en plus grandes au fil des années. Malheureusement, en tant qu’êtres humains nous ne sommes pas très bons pour identifier la sensation de satiété de l’estomac et déterminer la taille de portion appropriée. Ainsi, plus de 90 % de la nourriture servie dans l’assiette est consommée. Des travaux de recherche ont montré qu’on ne compense pas une consommation accrue en mangeant moins le reste de la journée. Les scientifiques sont d’accord pour dire que « l’effet taille des portions » est un facteur important dans l’accroissement du problème mondial du surpoids.

Utiliser l’effet taille des portions pour la « bonne cause »

Et si nous utilisions cet « effet taille des portions » pour encourager les enfants à consommer plus de légumes ? Ces derniers contiennent des vitamines, des fibres et sont naturellement “allégés” mais la plupart des enfants, comme beaucoup d’adultes n’en consomment pas assez.

On peut alors se poser cette question : est-ce que les enfants en mangeraient inconsciemment plus si on leur en servait davantage ou vont-ils s’arrêter d’en manger ? Pour faire court, c’est la raison de l’étude « Concombre », à laquelle 255 enfants issus de deux écoles primaires des Pays-Bas ont participé. Cette étude a été menée par Ilse Bruggers, Emely de Vet et Ellen van Kleef de l’Université de Wageningen.

Le concombre : un bon aliment test pour les enfants

Dans cette étude, nous avons étudié l’impact de la taille des portions sur l’incitation des enfants à manger plus de légumes comme collations. Le concombre a été choisi car habituellement les enfants le connaissent et l’apprécient. Nous pensions que la consommation des enfants augmenterait lorsque la taille des portions serait doublée. Nous avons servi du concombre à des enfants âgés de 8 à 13 ans, durant leur pause de 11 heures, en leur disant qu’il s’agissait d’une dégustation. Le concombre a été servi différemment dans chacune des classes. Dans certaines classes, on leur a servi deux tiers d’un concombre entier, dans d’autres, seulement un tiers. La taille des tranches variait également, allant de tranches très fines à une seule pièce non tranchée. Les enfants se sont servis comme ils voulaient et ont rempli un questionnaire. Les restes ont été pesés pour déterminer ce qui avait été ingéré. Les enfants ont participé de manière enthousiaste à cette étude. Une jeune fille de 9 ans a écrit « C’était délicieux et amusant ! La prochaine fois ce sera des fraises ? ».

La solution ? Offrir des portions de légumes plus importantes et en petits morceaux

En moyenne, les enfants ont consommé 115 grammes de concombre. Il est intéressant de noter que les enfants en consommaient 54% en plus si on leur servait une part plus importante. La consommation de concombre a donc augmenté de 49 grammes à près de 139 grammes, ce qui représente près des deux tiers de la consommation quotidienne de légumes recommandée aux Pays Bas, de 150 à 200 grammes. Trancher le concombre au préalable n’a pas influencé la quantité consommée. Cependant de petites tranches étaient considérées comme plus faciles à manger.

Notre étude a donc des implications dans le développement de recommandations nutritionnelles et d’interventions pour encourager la consommation des fruits et légumes. Le message clé: offrir de grandes portions, de préférence en petits morceaux. Par exemple, présenter aux enfants de grands bols de concombres, de carottes ou d’autres légumes ou de fruits pourrait encourager une plus forte consommation. De cette manière, les enfants en mangeront plus sans avoir besoin d’encouragement verbal et sans « les forcer » à en manger.

Ellen Van Kleef
Université de Wageningen, Groupe Marketing et Comportement des Consommateurs, PAYS-BAS
Van Kleef, E., Bruggers, I, and De Vet, E. (2015). Encouraging vegetable intake as a snack among children: The influence of portion and unit size. Public Health Nutrition, 18(5), 2736-2741.
Retour Voir l'article suivant