N° 188 | juillet 2018

Mangez en famille : c’est bon pour le moral et la santé des parents et des enfants !

Télécharger Imprimer

De plus en plus de recherches suggèrent que les enfants et les adolescents qui prennent souvent leurs repas en famille présentent de meilleurs indicateurs en terme de nutrition, de relations familiales et de santé mentale.

Prendre fréquemment des repas en famille favorise le bon développement des enfants. Les repas familiaux sont l’occasion de préparer et de partager des aliments sains. Les enfants acquièrent ainsi de meilleures habitudes alimentaires, en particulier une plus forte consommation de F&L et moindre de fast food. Les repas familiaux représentent également des opportunités pour communiquer, partager des valeurs et renforcer les liens familiaux. Chez les adolescents, ces repas favorisent la prévention des comportements à risque et contribuent à leur bien être émotionnel.

Peu d’études cependant ont cherché à savoir si les repas familiaux apportaient les mêmes bénéfices nutritionnels, sociaux et émotionnels aux parents. Une étude américaine a montré une faible association - non significative- entre les repas familiaux et l’IMC des parents. Une autre (réalisée par les auteurs de cet article) a révélé que les parents prenant des repas en famille consommaient plus de F&L, que les pères fréquentaient moins les fast food et que les mères étaient moins engagées dans des régimes restrictifs...

889 parents issus de l’étude EAT aux Etats-Unis

Cette étude récente tente de répondre à la question: est ce que les parents tirent les mêmes bénéfices en terme de bien être et de santé quand ils mangent en famille ?

Les auteurs ont étudié une population de 889 parents âgés en moyenne de 31 ans, ayant participé à la quatrième vague de l’étude EAT (Eating and Activity in Teens and Young Adults) en 2015-2016.

Diverses mesures ont été réalisées dans cet échantillon. La fréquence des repas en famille (répartie en 3 catégories: 0 à 2, 3 à 6 et plus de 7 par semaine); des indicateurs de bien être social: fonctionnement global de la famille, communication, assimilation des membres, expression des sentiments, entente, prise de décisions et niveau de confiance, force de la relation entre partenaires.

Des indicateurs de bien être émotionnel et nutritionnel

On a également évalué des indicateurs de bien être émotionnel (humeur dépressive, niveau d’estime de soi, index de stress) ainsi que des index de bien être nutritionnel (IMC, consommation de fast food, de F&L et de boissons sucrées), le tout ajusté selon des données démographiques et familiales. Des modèles de régression multiple ont été utilisés pour étudier ces associations.

En terme de résultats, 50% des parents ont déclaré prendre des repas en famille 7 fois ou plus par semaine alors que 12% ne le faisaient que 2 fois ou moins.

Un meilleur bien être social et émotionnel chez les parents

Une plus grande fréquence de repas familiaux était associée à de multiples indicateurs de bien être social et émotionnel chez les parents, en particulier un meilleur fonctionnement de la famille et des relations plus solides entre ses membres. De la même façon, une association était retrouvée avec un moindre niveau de symptômes dépressifs, d’index de stress et une meilleure estime de soi, tant chez les pères que chez les mères.

Une plus forte consommation de F&L chez les parents

La fréquence des repas en famille était également associée à une plus forte consommation de F&L chez les parents, sans que l’on retrouve de relation avec l’IMC, la fréquentation des fast food et la consommation quotidienne de boissons sucrées. Concernant la consommation de fruits, chez les adeptes de repas familiaux, celle-ci était plus marquée chez les mères que chez les pères (respectivement 3,2 contre 2,2 portions).

Des impacts potentiels sur la santé et le bien être de toute la famille.

Ainsi, l’on constate que les parents qui prennent le plus souvent des repas en famille présentent un meilleur fonctionnement familial, de plus fortes relations au sein de la famille et une meilleure santé mentale, avec, en dehors d’une plus forte consommation de F&L, peu de relation avec une meilleure nutrition. Ces résultats incitent à mettre en place de futures stratégies pour valoriser les repas pris en famille et à tenir compte de leurs impacts potentiels sur la santé et le bien être de toute la famille.

Des fruits et légumes frais sur ordonnance pour encourager les enfants à manger sainement

Une nouvelle étude américaine montre qu’un programme de prescription de fruits et légumes peut améliorer l’accès à des aliments sains pour les enfants vivant dans des quartiers qualifiés de « déserts alimentaires ». Le programme a été mis en oeuvre à Flint, au Michigan où près de 60% des enfants vivent dans la pauvreté et ne consomment pas suffisamment d’aliments sains.

Initié grâce à un partenariat entre une clinique pédiatrique et un marché de producteurs, ce programme vise à encourager les familles à faire leurs achats au marché en offrant aux patients des ordonnances de 15$ à échanger au marché contre des fruits et légumes frais .

« La consommation de fruits et légumes débute dès l’enfance et se poursuit à l’âge adulte, ce qui fait qu’il est important que les professionnels de santé
orientent les enfants vers une alimentation saine dès le début » explique Amy Saxe-Custack, auteure de l’étude et chercheuse à l’Université de Michigan. « Nous devons non seulement prendre en compte l’éducation nutritionnelle, mais aussi les barrières à l’accessibilité des fruits et légumes frais, en particulier dans les zones mal desservies ».

Le programme de prescription est une première étape pour introduire des produits frais et de qualité aux enfants. Il pourrait être reproduit dans d’autres régions pour lutter contre l’insécurité alimentaire chez les enfants.

POUR EN SAVOIR PLUS
Saxe-Custack A et al. Caregiver perceptions of a fruit and vegetable prescription programme for lowincome paediatric patients. 2018 Apr 18:1-10.
Fruit and vegetable prescriptions encourage children to eat healthy - June 12, 2018, Nutrition 2018

Livres illustrés et dégustations : un moyen efficace pour apprécier les légumes chez les enfants d’âge préscolaire

Chez les enfants, présenter un légume de manière répétée permet d’augmenter son acceptabilité. Cependant, certains parents éprouvent des difficultés à faire manger aux enfants des légumes qu’ils n’aiment pas et abandonnent souvent après quelques tentatives.

D’après une étude anglaise réalisée auprès de 127 parents de jeunes enfants (âgés de 21 à 24 mois), l’exposition à des livres de jeunesse illustrant des légumes durant 2 semaines précédant la dégustation permet de mieux accepter le légume.

POUR EN SAVOIR PLUS
Owen LH et al. Peas, please! Food familiarization through picture books helps parents introduce vegetables into preschoolers’ diets. Appetite. 2018 May 26;128:32-43.

14e année de la Fête des fruits et légumes frais en France

Initiée en 2005 par l’Interprofession de la filière des fruits et légumes frais, sous le nom de « La Semaine Fraîch’ attitude », la Fête des fruits et légumes frais s’est déroulée cette année du 15 au 24 juin dans toute la France sur des places publiques, chez les professionnels : producteurs, expéditeurs, importateurs, dans les magasins primeurs et dans les grandes surfaces, mais aussi dans la restauration collective en milieu scolaire.

Des ateliers culinaires, des dégustations, des visites chez des professionnels et d’autres animations pédagogiques ont été organisés pour petits et grands, coordonnés par le réseau des diététiciens d’Interfel, avec une présence importante des acteurs de la filière des fruits et légumes frais.

Toutes ces initiatives ont permis de faire découvrir le plaisir de consommer des F&L frais à plus de 250 000 participants.

La Fête des fruits et légumes frais se développe au niveau international : les Etats Unis multiplient les actions dans les écoles depuis 2015. Cette année a marqué la première édition de la Fête en Hongrie.

Rendez-vous l’année prochaine, du 14 au 23 juin 2019

POUR EN SAVOIR PLUS
www.lesfruitsetlegumesfrais.com/evenements/la-fete-des-fruits-et-legumes/presentation

Thierry Gibault
Nutritionniste, endocrinologue, Paris - FRANCE
J. Utter et al, Family meals among parents: Associations with nutritional, social and emotional wellbeing, Preventive Medicine 113 (2018) 7-12.
Retour