N° 167 | septembre 2016

Petit nouveau du régime méditerranéen : la mélatonine

Les bénéfi ces santé du régime méditerranéen sont notamment attribués à la diversité des phytonutriments apportés par cette alimentation traditionnelle. Depuis une vingtaine d’années, on s’intéresse aux nombreuses activités biologiques des micronutriments présents dans les végétaux, les polyphénols en représentant l’archétype. Récemment, un nouvel élément a contribué à enrichir la diversité des micronutriments protecteurs : la mélatonine qui a d’abord été découverte dans le raisin et ses produits dérivés.

Synthétisée dans l’organisme mais aussi dans les aliments végétaux

La mélatonine est une hormone qui régule le rythme circadien et circannuel de diverses fonctions physiologiques, comme le cycle veille/sommeil, la fonction reproductrice, le métabolisme osseux, à travers des mécanismes médiés par des récepteurs spécifi ques. Cependant, d’autres actions de la mélatonine sont indépendantes des récepteurs, principalement sa puissante activité antioxydante. Cette hormone peut piéger les radicaux libres et stimuler l’activité des enzymes antioxydantes. Elle est ainsi impliquée dans la réponse immunitaire et la pathogénèse des maladies chroniques dégénératives.

Sa biosynthèse a d’abord été décrite dans le système nerveux central (la glande pinéale ou épiphyse), mais a lieu également dans d’autres tissus, comme le système gastro intestinal, la moelle osseuse et les lymphocytes. Un acide aminé, le tryptophane est le précurseur de la mélatonine et d’autres substances comme la sérotonine, impliquée dans la régulation de l’humeur.

En dehors du monde animal, la présence de mélatonine a été découverte en premier lieu dans une algue par photosynthèse. Depuis, on en a mis en évidence dans des plantes comestibles et des herbes médicinales: la mélatonine a été détectée et quantifi ée dans des racines, des pousses, des feuilles, des fruits et divers type de graines.

Principales sources étudiées : le vin et l’huile d’olive

Le régime méditerranéen traditionnel a pris naissance dans les régions où les olives et la vigne étaient cultivées et associées à une consommation régulière d’huile d’olive et de vin. Ses autres constituants principaux comprennent des céréales complètes, des fruits, des légumes, des légumineuses et des noix, des yaourts et de la ricotta, du poisson et de la viande blanche comme sources de protéines. Parmi ces aliments typiques, la mélatonine a été retrouvée en premier dans l’huile d’olive et le raisin. On a pu la quantifi er dans des vins de diverses origines (France, Italie, Croatie) et cépages. Des différences de concentrations ont été relevées dans diverses variétés d’huile d’olive selon les procédés de fabrication. Il est intéressant de noter que les olives noires contiennent une forte concentration en mélatonine (5.5pg/g). On en retrouve également en concentrations importantes dans le poisson, la viande blanche, le pain et le yaourt.

Les auteurs de cet article détaillent les concentrations de mélatonine dans diverses variétés de cépages et de vin. Ces teneurs dépendent principalement de facteurs génétiques, de l’origine géographique, de l’épaisseur de la peau des grains de raisins, des fl uctuations jour/nuit, des conditions agro météorologiques....

Végétaux riches en mélatonine : un nouvel enjeu pour la santé ?

Chez les mammifères les teneurs circulantes de mélatonine sont basses (avec un pic maximum de 200pg/ml la nuit et minimal de 10pg/ml le jour) en comparaison des teneurs retrouvées dans le raisin et le vin (1 ng/g et 0.5 ng/g respectivement).

C’est pourquoi, la consommation de végétaux riches en mélatonine représente aujourd’hui un sujet intéressant pour la santé. L’absorption et la biodisponibilité de la mélatonine alimentaire a été démontré chez les animaux et chez l’Homme. Des études conduites chez l’humain ont montré qu’à la fois les niveaux circulants de mélatonine et le statut antioxydant du plasma augmentaient 45 mn après l’ingestion de bière chez des volontaires sains. De même, on a retrouvé des données comparables après consommation de fruits tropicaux (dont les oranges). Chez les femmes non ménopausées, l’excrétion urinaire d’un métabolite majeur de la mélatonine a été considérée comme un bio marqueur de leur consommation de légumes et était inversement corrélé avec le risque de cancer du sein. Mêmes constatations après la consommation de 200 ml de jus de raisin pendant 5 jours chez des individus de tout âge. Concernant le vin, l’administration de 125 ml de vin rouge ne diminue pas la capacité anti oxydante de la salive, suggérant que l’effet pro oxydant de l’éthanol peut être contre carré par la mélatonine (présente à 0.23 ng/ml) et les polyphénols. Si l’on a détecté des quantités notables de mélatonine dans de nombreux fruits et légumes, il reste diffi cile de les quantifi er avec précision. Ceci est dû à des problèmes de techniques de dosages, au fait que pour un même végétal les teneurs en mélatonine diffèrent selon les espèces et selon les variétés. Par exemple pour le raisin , les variétés Nebbiolo et Croatina ont des niveaux élevés de mélatonine (0.8 à 0.9 g/g) alors que le Cabernet franc en contient peu (0.005ng/g). On a décrit la présence de mélatonine dans divers fruits et légumes sans établir des concentrations précises, comme les kiwis, les carottes, le fenouil, le céleri, les alliacés, les choux, les radis, les olives, la rhubarbe, les fraises (1 à 11 ng/g), les tomates (3 à 114 ng/g), les pommes, l’ananas, les bananes. Les cerises semblent être les fruits les plus riches selon les variétés (Montmorency: 13.46ng/g qui en contiennent 6 fois plus que les Balaton 2.06 ng/g 1).

Une philosophie de la vie également

On peut considérer que la mélatonine contribue de manière synergique aux effets bénéfi ques sur la santé avec d’autres constituants des fruits et légumes comme les polyphénols; les caroténoïdes et les glucosinolates.

Mais le régime méditerranéen n’est pas qu’une une panacée alimentaire, c’est aussi une philosophie de vie impliquant d’autres facteurs du mode de vie comme une activité physique modérée sous forme de marche et le repos en milieu de journée avec la pratique de... la sieste.

Thierry Gibault
Nutritionniste, endocrinologue, Paris - FRANCE
Iriti M., Varoni EM. Melatonin in Mediterranean diet, a new perspective. J Sci Food Agric (2015)
Retour Voir l'article suivant