N° 175 | mai 2017

Placer les F&L à l’avant du magasin : approche indispensable pour augmenter les achats F&L par les bénéfi ciaires du programme WIC

En 2009, le ministère de l’Agriculture américain a modifi é le contenu du programme WIC, pour y inclure des bons d’achat valables pour les F&L, acceptés dans les épiceries des quartiers urbains à faibles revenus.

Typiquement, les articles les plus en vue dans les épiceries (situés près de l’entrée et de la caisse) sont des en-cas déséquilibrés, des boissons sucrées et des gâteaux alors que les F&L frais sont relégués à l’arrière et souvent de piètre qualité.

Les interventions sur «l’architecture des choix» ont pour objectif de placer les boissons et aliments sains sur des rayonnages visibles et accessibles, afi n d’augmenter leur sélection et leur achat.

L’architecture des choix testée sur 6 épiceries de quartiers défavorisés

Menée auprès de 6 épiceries du quartier de Chelsea à faibles revenus, cette étude avait pour objectif de déterminer si améliorer la visibilité et la qualité des produits frais avait un impact positif sur l’utilisation des bons d’achat WIC pour les F&L.

Ces commerces devaient accepter les coupons WIC et SNAP (Supplemental Nutrition Assistance Program) et d’être randomisés dans 2 groupes : «intervention» et «témoin». Les épiceries ont été sélectionnées au printemps 2013. En novembre 2013, 3 ont été placées dans le groupe «intervention», et 3 dans le groupe «témoin» (sans intervention). L’intervention a duré de décembre 2013 à avril 2014. Le personnel de l’étude a collaboré avec chaque épicerie «intervention» pour déterminer quelles modifi cations étaient faisables. Selon leurs besoins, les commerces recevaient des fournitures de base (présentoirs, paniers, etc.) pour installer les produits frais à l’avant du magasin. Chaque directeur d’épicerie rencontrait un conseiller lui indiquant comment stocker et préserver la bonne qualité des F&L.

Une augmentation des ventes de F&L de 40 $/mois dans les épiceries «intervention» !

Principal critère étudié: les ventes avec les bons d’achat WIC dans les épiceries participantes. Le bureau du programme WIC compilait les ventes mensuelles de chacune. Le graphique représente les courbes de ventes avec des bons d’achats pour les F&L et d’autres produits au début de l’étude et pendant l’intervention. Avant intervention, les ventes avec bons d’achat de F&L et autres (pain, lait, aliments de première nécessité) présentaient une baisse similaire (en moyenne 16 $/mois) dans les épiceries des 2 groupes. En revanche, pendant l’intervention (décembre 2013 - avril 2014), les ventes de F&L avec des bons d’achat ont augmenté de 40$/mois dans les épiceries «intervention», alors qu’elles ont baissé de 23 $/mois dans le groupe «témoin». Les ventes d’autres produits sont restées similaires entre les deux groupes.

Les bénéfi ciaires WIC et SNAP ont déclaré avoir acheté plus de F&L

Globalement, 23% des répondants utilisaient le programme WIC et 37% le programme SNAP. Avant l’intervention, aucune différence n’a été observée entre les clients des épiceries «intervention» et «témoin» sur les déclarations d’achats de F&L frais ou l’intention d’en acheter. Après l’intervention, chez les bénéfi ciaires SNAP, le nombre de clients ayant déclaré «avoir acheté des F&L frais» était signifi cativement supérieur dans les épiceries «intervention», comparativement au groupe «témoin» (6%, contre -15 %) et la proportion de répondants déclarant avoir «l’intention d’acheter des F&L frais» était également supérieure (3 % contre -15%). Des variations similaires, mais non signifi catives, ont été observées chez les bénéfi ciaires WIC pour les déclarations d’achats (18%, contre -2%) et l’intention d’acheter des F&L frais (15%, contre -6%).

Une intervention sur «l’architecture des choix» améliorant la visibilité et la qualité des produits frais, a permis d’augmenter la quantité de F&L achetée par les bénéfi ciaires des programmes WIC et SNAP dans les commerces de quartier.

Le ministère de l’Agriculture américain pourrait encourager les commerces WIC et SNAP à placer les fruits et légumes à l’avant du magasin et leur apprendre à stocker et préserver les produits frais. Ces politiques pourraient améliorer le choix des aliments sains et réduire les écarts d’obésité parmi les familles à faibles revenus.

Anne N. Thorndike
Massachusetts General Hospital et Harvard Medical School, Boston, ETATS-UNIS
Thorndike AN, Bright OM, Dimond MA, Fishman R, Levy DE. Choice architecture to promote fruit and vegetable purchases by families participating in the Special Supplemental Program for Women, Infants and Children (WIC): randomized corner store pilot study. Public Health Nutrition. 2016 Nov 28:1- 9. [Epub ahead of print] DOI:10.1017/S1368980016003074.
Retour Voir l'article suivant