N° 194 | février 2019

Régime méditerranéen et qualité de la Densité Minérale Osseuse : de nouvelles données chez les adolescents

Télécharger Imprimer

Différents modèles alimentaires sont actuellement évalués chez des adultes afin de prévenir l’ostéoporose et réduire le risque de fracture de hanche 1,2.
L’étude Women’s Health Initiative et une cohorte suédoise ont observé une association entre une forte adhérence au régime méditerranéen – caractérisé par une consommation importante de F&L, légumineuses, fruits à coque, céréales et graisses insaturées ainsi qu’une faible consommation de graisses saturées et produits carnés – et une réduction du risque de fracture de la hanche.

Toutefois, chez les enfants et les adolescents, le nombre limité d’études utilisant des approches de données de modèles alimentaires n’a observé aucune association cohérente.

Une mesure précise de la DMO par absorptiométrie bi photonique

L’objectif de cette étude est d’évaluer les associations entre le score du régime méditerranéen des adolescents (MDS-A) et l’indice de qualité alimentaire des adolescents (DQI-A) avec la densité minérale osseuse (DMO) mesurée par absorptiométrie bi-photonique à rayons X (DXA) sur plusieurs sites osseux – corps entier sans tête (TBLH), col du fémur, rachis lombaire et hanche – chez 179 adolescents espagnols. Le DQI se base sur des principes d’équilibre et de variation, considérant que l’ensemble des aliments et des catégories alimentaires est susceptible de contribuer à un régime sain.

MDS-A et DQI-A ont été calculés au moyen de deux rappels nutritionnels de 24 heures provenant de l’étude transversale HELENA *. Les associations entre les scores alimentaires et les résultats de la DMO ont été analysées à l’aide de modèles de régression logistique, ajustées selon plusieurs facteurs de confusion (maturité sexuelle, échelle d’aisance familiale, niveau d’éducation maternelle, masse maigre totale et activité physique).

Score du régime méditerranéen des adolescents (MDS-A) et densité osseuse du col fémoral

  • Les résultats ont montré que seuls les fruits, fruits à coque, céréales et légumes racines démontraient des Odds Ratio (ORs) significatifs (ratio de probabilité) significatifs en ce qui concerne la DMO : en suivant le MDS-A idéal, le risque d’avoir une faible DMO du col du fémur a diminué de 32 %, mais cette association perdait sa significativité après ajustement sur la masse maigre et l’activité physique.
  • Pour chaque augmentation d’un point des composantes, d’une part des fruits et fruits à coque et d’autre part des céréales et racines, le risque d’avoir une faible DMO du col fémoral a diminué respectivement de 67 % et de 56 %.

Indice de qualité alimentaire des adolescents (DQI-A) et DMO

De la même manière, nous avons observé des associations entre certaines composantes du DQI-A :

  • Pour chaque augmentation d’un point de l’équilibre ou de l’adéquation pain et céréales, le risque d’avoir une faible DMO du col du fémur a diminué de 2 %.
  • Pour chaque augmentation d’un point de la composante d’adéquation fruits, le risque d’avoir une faible DMO du corps entier et du rachis lombaire a légèrement diminué, mais cette association a perdu sa significativité après ajustement sur la masse maigre et l’activité physique.
  • Pour chaque augmentation d’un point de l’équilibre graisses et huiles, le risque d’avoir une faible DMO du corps entier a diminué de 2 % après ajustement sur la masse maigre et l’activité physique.

La consommation de fruits et fruits à coque améliore la DMO du col du fémur

En conclusion, ces résultats montrent qu’un score ou indice alimentaire global n’est pas associé à la DMO chez les adolescents espagnols. Toutefois, certaines composantes alimentaires, comme les fruits et les fruits à coque, pourraient contribuer à augmenter la DMO du col du fémur.

Des efforts d’amélioration de la consommation de composants spécifiques de l’alimentation dès l’adolescence peuvent ainsi prévenir de futures maladies liées à la santé osseuse.

* Healthy Lifestyle in Europe by Nutrition in Adolescence (Mode de vie sain en Europe sur la base de la nutrition des adolescents)

Cristina Julian
Faculté des sciences de la santé, Université Isabel I, ESPAGNE
Basé sur : Julian, C., Huybrechts, I., Gracia-Marco, L. et al. Mediterranean diet, diet quality, and bone mineral content in adolescents: the HELENA study. Osteoporos Int. 2018;29(6):1329-1340
  1. Movassagh EZ, Vatanparast H (2017) Current evidence on the association of dietary patterns and bone health: a scoping review 8(1):1–16.
  2. Haring B, et al., Wassertheil-Smoller S (2016) Dietary patterns and fractures in postmenopausal women: results from the Women’s Health Initiative. Adv Nutr (Bethesda, Md) 176(5):645–652.
Retour Voir l'article suivant