N° 201 | octobre 2019

Relations entre stress, données démographiques et comportement alimentaire chez des femmes enceintes à faibles revenus, obèses ou en surpoids

Aux États-Unis, près de 45 % des femmes enceintes à faibles revenus sont obèses ou en surpoids avant leur grossesse1. Environ 65 à 85 % des femmes obèses ou en surpoids - justement celles à faibles revenus - ont une prise de poids gestationnelle excessive associée à une alimentation de mauvaise qualité nutritionnelle2 et à des conséquences néfastes durant la grossesse et à la naissance, comme un diabète gestationnel3 et un bébé au poids de naissance élevé4,5.

Cette étude a identifié les facteurs de risques démographiques associés à un niveau de stress élevé. Elle a examiné la relation entre stress, données démographiques et consommation de matières grasses et de F&L chez des femmes enceintes à faibles revenus, obèses ou en surpoids. Les participantes recrutées font partie du programme WIC. 353 femmes enceintes obèses ou en surpoids, blanches ou noires non-hispaniques, ont rempli manuellement un questionnaire sur les données démographiques, leur niveau de stress et la consommation de matières grasses et de F&L.

Relation entre niveau de stress, données démographiques et consommation de matières grasses ou de F&L

47 % des femmes enceintes ont rapporté un niveau de stress élevé. Les femmes âgées de 35 ans ou plus, qui disposaient d’un diplôme d’études secondaires ou inférieur, ou étaient au chômage, ont un risque de stress élevé (Figure 1).

  • Le niveau de stress n’est pas associé à la consommation de matières grasses. Quand le stress augmente, les femmes sont moins susceptibles de manger des F&L.
  • L’âge n’est pas associé à la consommation de matières grasses et de fruits. Concernant les légumes, les femmes âgées de 35 ans ou plus sont susceptibles d’en consommer davantage comparativement aux femmes âgées de 24 ans ou moins.
  • Origine raciale ou ethnique : comparativement aux femmes noires, les femmes blanches sont plus susceptibles de consommer moins de matières grasses et de légumes, d’après ce qu’elles ont rapporté. L’origine raciale n’est pas associée à la consommation de fruits.
  • L’éducation n’est pas associée à la consommation de matières grasses ou de F&L.
  • Le statut professionnel n’est pas associé à la consommation de matières grasses ni de F&L.
  • Statut tabagique : les femmes qui n’ont jamais fumé rapportent une consommation de matières grasses plus faible que les femmes qui fumaient ou fument. Le statut tabagique n’est pas associé à la consommation de F&L.

Conclusion

Dans notre étude, le niveau de stress est susceptible d’être plus élevé chez les femmes enceintes à faibles revenus, obèses ou en surpoids qui sont, en outre, plus âgées, avec un niveau d’études inférieur et sans emploi. Les professionnels de santé pourraient envisager d’identifier des sous-groupes de femmes à risque en raison d’une alimentation de mauvaise qualité nutritionnelle, afin de leur fournir des conseils nutritionnels supplémentaires.

Figure 1 : Prévalence de stress et facteurs de risque démographiques

Basé sur : Chang M, Tan A, Schaffir J. Relationships between stress, demographics and dietary intake behaviours among low-income pregnant women with overweight or obesity. Public Health Nutrition. 2019;22(6):1066-1074

Mei-Wei Chang
College of Nursing, (institut de formation en soins infirmiers), Université d’État de l’Ohio, ÉTATS-UNIS
  1. Center for Disease Control and Prevention. Eligibility and enrollment in the Special Supplemental Nutrition Program for Women, Infants, and Children (WIC)–27 states and New York City, 2007-2008. MMWR Morb Mortal Wkly Rep. 2013;62(10):189- 193.
  2. Stuebe AM, Oken E, Gillman MW. Associations of diet and physical activity during pregnancy with risk for excessive gestational weight gain. Am J Obstet Gynecol. 2009;201(1):58 e51-58.
  3. Hedderson MM, Gunderson EP, Ferrara A. Gestational weight gain and risk of gestational diabetes mellitus. Obstet Gynecol. 2010;115(3):597-604.
  4. Johansson S, Villamor E, Altman M, Bonamy AK, Granath F, Cnattingius S. Maternal overweight and obesity in early pregnancy and risk of infant mortality: a population based cohort study in Sweden. BMJ. 2014;349:g6572.
  5. Goldstein RF, Abell SK, Ranasinha S, et al. Association of Gestational Weight Gain With Maternal and Infant Outcomes: A Systematic Review and Meta-analysis. JAMA. 2017;317(21):2207-2225.
Retour Voir l'article suivant