N° 184 | mars 2018

Sécurité alimentaire, disponibilité d’une variété de F&L à la maison et influence de leur consommation chez la femme enceinte à faible revenu

On parle d’insécurité alimentaire quand la disponibilité d’aliments sains et nutritionnellement adéquats est limitée ou incertaine 1,2. L’insécurité alimentaire est associée à une alimentation de mauvaise qualité, une prise de poids, un diabète et une hypertension chez les adultes. Les travaux de recherche actuels suggèrent que la disponibilité en F&L à la maison est positivement liée à leur consommation quotidienne. Une large variété de F&L disponible serait considérée comme un environnement alimentaire familial positif 3,4.

Des études montrent que l’insécurité alimentaire affecte significativement la disponibilité d’une variété d’aliments en étant plus spécifiquement associée à une plus faible disponibilité de F&L et une plus forte disponibilité d’aliments transformés à forte teneur énergétique 4,5.

La corrélation entre sécurité alimentaire, comportements alimentaires et environnement alimentaire familial n’a pas encore été étudiée. Notre étude a été conduite pour évaluer le niveau de sécurité alimentaire, la disponibilité des F&L et les comportements alimentaires d’un groupe de femmes enceintes à faible revenu, présentant un risque accru de prise de poids durant la grossesse, en raison de mauvaises habitudes alimentaires.

Son premier objectif était de déterminer les différences de disponibilité de F&L à la maison en fonction de la sécurité alimentaire. Le second consistait à examiner les relations entre niveau de sécurité alimentaire, disponibilité de F&L à la maison et consommation de F&L chez les femmes enceintes à faible revenu.

Participation de 198 femmes enceintes à faible revenu

Cent quatre-vingt-dix-huit femmes dans leur second trimestre de grossesse, inscrites dans une clinique WIC - Special Supplemental Nutrition Program for Women, Infants, and Children (Programme spécial d’aide à la nutrition pour les femmes, nouveau-nés et enfants aux États-Unis)- ont été invitées à participer à cette étude. Tout en attendant leur rendez-vous de suivi de grossesse à la clinique, ces femmes ont participé à un entretien recueillant des informations sur les F&L : disponibilité à la maison, variété disponible, fréquence de consommation et niveau de sécurité alimentaire.

Sécurité alimentaire et consommation journalière de F&L

Sur l’ensemble des participantes, 38 % ont rapporté une sécurité alimentaire totale, 19 % une sécurité alimentaire marginale, 24 % une sécurité alimentaire faible et 19 % une sécurité alimentaire très faible.
La consommation journalière moyenne de fruits était de 1,76 portions et celle de légumes de 1,88 portions.

Variété de F&L disponibles à la maison en fonction du niveau de sécurité alimentaire

En moyenne, les F&L disponibles chez les participantes à la maison étaient de 8 pour les fruits et 12 pour les légumes. Les résultats ont révélé que les participantes présentant une sécurité alimentaire très faible disposaient à domicile d’une variété de fruits significativement moins importante que celles ayant une sécurité alimentaire totale. Ce résultat se retrouvait pour la variété de légumes, mais sa signification était marginale.

Associations entre niveau de sécurité alimentaire, variété de F&L disponibles et consommation de F&L

Le niveau de sécurité alimentaire ne prédisait pas la consommation journalière de fruits ou de légumes. Cependant, la sécurité alimentaire prédisait de manière significative la variété de F&L disponibles. La variété de fruits disponibles diminuait avec l’augmentation de l’insécurité alimentaire. En outre, l’augmentation d’une unité dans la variété de fruits disponibles était associée à une augmentation de 0,086 de la consommation journalière de fruits. La variété totale de légumes disponibles était également positivement liée à la consommation journalière de légumes.

Des analyses de médiation* ont montré que selon la variété disponible de F&L frais à la maison, il existait une relation entre le niveau de sécurité alimentaire et la consommation journalière de F&L. A mesure que la sécurité alimentaire se dégradait, la variété disponible de F&L frais diminuait, elle-même associée à une plus faible consommation.

Plusieurs points doivent être soulignés :

  1. Il existe un risque de sur -ou de sous- représentation de certains groupes de population, étant donné qu’un échantillonnage de convenance a été utilisé pour le recrutement des participantes. Cependant, les caractéristiques démographiques de notre échantillon étaient très représentatives des données démographiques des comtés et états des femmes à faible revenu.
  2. Si la fréquence de consommation journalière de F&L a été mesurée, elle ne reflète pas la quantité consommée.
  3. La spécificité des résultats est limitée, du fait qu’a été mesurée uniquement la variété disponible de F&L sans mesurer les quantités spécifiques et les fréquences auxquelles elles étaient disponibles.
  4. La généralisation des résultats aux femmes enceintes à faible revenu peut être limitée, en raison du recrutement restreint aux femmes enceintes du programme WIC.

Sécurité alimentaire, environnement alimentaire familial et qualité de l’alimentation sont étroitement liés. L’environnement familial et la sécurité alimentaire jouent des rôles importants en influençant la disponibilité et la consommation de F&L frais à la maison.

Les résultats de cette étude montrent la nécessité d’interventions d’éducation nutritionnelle auprès des familles à faible revenu pour encourager la disponibilité d’aliments sains à la maison et améliorer les résultats nutritionnels.


*NB : un modèle de médiation cherche à identifier et expliquer le mécanisme ou le processus qui sous-tend une relation observée entre une variable indépendante et une variable dépendante via l’inclusion d’une troisième variable hypothétique, appelée variable médiatrice

Danielle Nunnery
Département Nutrition humaine, Université de Winthrop, ETATS-UNIS
DL Nunnery, JD Labban, & JM Dharod. (2017). Interrelationship between food security status, home availability of variety of fruits and vegetables and their dietary intake among low-income pregnant women. Public Health Nutrition, 1-9.
  1. Gundersen C (2013). Adv Nutr 4, 36–41.
  2. Hoefer R & Curry C (2012). J Policy Pract 11, 59–76.
  3. Kendall A, Olson CM & Frongillo EA (1996). J Am Diet Assoc 96, 1019–1024.
  4. Darmon N & Drewnowski A (2015). Nutr Rev 73, 643–660.
  5. Kaiser LL, Melgar-Quiñonez H, Townsend MS et al. (2003). J Nutr Educ Behav 35, 148–153.
Retour Voir l'article suivant