N° 116 | janvier 2012

Pour une augmentation de la consommation de fruits et légumes chez les enfants

Édito

Programme européen pour augmenter F&L à l’école

Bonne nouvelle : la Commission Européenne propose de renforcer le Programme SFS (School Fruit Scheme) des Fruits à L’école. Parmi les réformes de la Politique Agricole Commune (PAC 2020), la Commission suggère d’augmenter le part de l’Union Européenne (UE) à 150 millions d’euros et, dans le même temps, accroit le taux de co-financement de 50/75% à 75/90%.

Le programme SFS entre, à présent, dans sa troisième année. Nous savons qu’il est très important de bien orienter les choix alimentaires des enfants au moment où ils se mettent en place, si l’on veut pérenniser leurs effets bénéfiques tout au long de la vie. Ce programme a été très bien accueilli par le public de l’UE, preuve qu’il oeuvre pour le bien du public.

Cependant, certains Etats Membres n’ayant pas utilisé la totalité des fonds alloués, moins d’écoliers que prévu ont pu bénéficier de ce programme. Dans ces temps de rigueur budgétaire, il est difficile de mobiliser les contributions financières nécessaires sur le plan national. Dans d’autres états, le budget était insuffisant. Même si, dans les Etats Membres participants, 4,7 millions d’enfants ont profité du programme SFS durant l’année scolaire 2009/2010, ce chiffre reste encore trop faible.

La Commission propose également de renforcer le soutien financier de l’UE pour les mesures d’accompagnement, qui représentent des passerelles permettant à divers secteurs (agriculture, nutrition, santé, environnement, activité physique) de travailler ensemble. Ce programme ira donc bien au-delà de la simple distribution de fruits et légumes aux enfants. On pourra, par exemple, envisager des visites à la ferme… Ces mesures accompagnatrices sont actuellement entièrement financées par des fonds publics ou privés, ce qui pèse lourdement sur les budgets nationaux. La Commission propose de co-financer ces mesures accompagnatrices jusqu’à un certain niveau.

Si les fruits représentent « la clé de la porte », ces mesures d’accompagnement sont « la pièce » dans laquelle nous voulons faire entrer les écoliers. Le programme SFS est un investissement pour l’avenir de nos enfants. Il joue un rôle dans le combat contre l’obésité.

Grâce à cette nouvelle proposition de la Commission, plus d’enfants pourront en bénéficier. Et c’est tant mieux.

Lars Hoelgaard
Conseiller Hors Classe, DG Agri, CE, Bruxelles
Voir l'article suivant