N° 120 | mai 2012

Accessibilité des fruits et légumes à l'école, une préoccupation mondiale

Télécharger Imprimer

Édito

Augmenter la consommation des fruits et légumes chez les enfants et leurs familles

Augmenter la consommation de fruits et légumes est une préoccupation majeure des programmes d’éducation alimentaire dans le monde. Plusieurs projets ont été développés. Ils concernent, pour la plupart, le milieu scolaire et associent, pour certains, les familles. Certains programmes offrent gratuitement des fruits alors que d’autres demandent une participation aux parents. Si de nombreux programmes comportent une approche éducative et sanitaire, aucun n’a utilisé une approche émotionnelle en insistant sur le plaisir d’une alimentation saine. De nombreux projets ciblent les enfants à l’école primaire mais très peu sont destinés aux plus jeunes. Certains, enfin, ont intégré des actions « accessoires » qui ont fait leurs preuves pour améliorer la consommation de fruits et légumes chez les enfants.

Toutes ces recherches ont réussi à des degrés divers, mais aucune n’a encore montré d’effets positifs à long terme. De telles actions sont bénéfiques mais il faut encore améliorer notre approche.

D’une manière générale, la distribution de fruits et légumes à l’école, afin que les enfants s’habituent à leur goût, a donné des résultats positifs. En Europe, cette initiative est en place depuis quelques années. Nous n’avons pas encore de données à long terme et, en outre, les données ne sont pas recueillies de la même manière dans chaque pays. En Europe, les données préliminaires nous encouragent à améliorer et à pérenniser cette initiative en concevant les outils nécessaires pour un suivi sur plusieurs années…

Pour l’avenir, nous devons intégrer certaines des procédures existantes dans une toute nouvelle approche. Il faut susciter le plaisir de consommer des fruits et légumes, en impliquant l’ensemble des acteurs dans la vie des enfants comme leurs parents, leurs professeurs, leurs amis et leurs modèles, car les comportements basés uniquement sur l’éducation nutritionnelle ne perdurent pas.

Si nous voulons modifier durablement les comportements chez les enfants, il est fondamental de les « fidéliser » à une alimentation saine dès leur plus jeune âge.

Margherita Caroli
Pédiatre et nutritionniste, Département de Prévention, Azienda Sanitaria Locale, Brindisi, ITALIE
Voir l'article suivant