N° 167 | septembre 2016

Programme SNAP Comment inciter les Américains à acheter plus de fruits et légumes ?

Télécharger Imprimer

Édito

Les articles de ce numéro passent en revue trois obstacles à l’accès aux fruits et légumes (F&L) décourageant leur consommation dans les foyers participants au programme SNAP. Il existe, heureusement, des stratégies effi caces pour l’augmenter.

Laska montre que, dans de nombreux magasins de quartier et petites épiceries, l’accès aux aliments sains n’est pas toujours facile, surtout pour les F&L.

Récemment, le Ministère de l’Agriculture Américain a fait une proposition de loi qui imposerait aux détaillants SNAP de proposer non pas 3 mais au minimum 7 variétés d’aliments représentatifs des 4 groupes alimentaires. Mais de nombreux petits détaillants s’opposent aux options plus saines de l’USDA ; ils craignent une faible demande, malgré le franc succès initiés par des magasins de quartier proposant des produits sains impliquant les pouvoirs publics et le secteur associatif.

D’après Pitts et ses collègues, les consommateurs ont besoin d’établir un lien direct avec leur alimentation.

De nombreuses actions du type « de la ferme à l’assiette » sont en plein essor : les marchés de producteurs locaux, les marchés itinérants, l’agriculture soutenue par la communauté (CSA – Community-Supported Agriculture) ¹, les stands de bord de route et la promotion des produits locaux. Même si les participants SNAP ont encore besoin d’être encouragés, le nombre de marchés de producteurs locaux a augmenté de 180% entre 2006 et 2014 (atteignant 8 200) et les ventes SNAP ont augmenté de 400% de 2009 à 2012.

Wolfson and Bleich soulignent les diffi cultés de changer de mode de vie. Afi n de tester l’élasticité des prix, le Healthy Incentive Pilot (HIP, 2008) a examiné la question suivante : Est-ce qu’une remise de 30% par l’EBT (Electronic Benefi t Transfer) augmenterait les achats de F&L ? Grâce au succès des programmes intégrant ces bonus, le HIP a incité le Congrès à lancer FINI (Food Insecurity and Nutrition Incentive, 2014). A ce jour, 50 projets dans 29 états soutiennent la mise en place d’approches innovantes auprès des participants SNAP par les acteurs locaux (petits magasins, supermarchés, marchés de producteurs locaux, CSA, marchés itinérants, services de livraison à domicile).

Certaines stratégies augmentent bien les achats de F&L par les participants SNAP : la mise en relation directe avec les producteurs et avec des programmes locaux d’agriculture, l’agrandissement des présentoirs dans les petits magasins et les promotions (remises, réductions, offres spéciales, carte de fi délité, bons d’achat). Des innovations commerciales associées à des actions éducatives et marketing, en partenariat avec d’autres parties prenantes, seraient très prometteuses.


1. En France, il s’agirait d’AMAP (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne)

Susan B. Foerster
Co-fondatrice et Directrice, Campagne californienne «5 a Day - for Better Health!» Fondatrice et Directrice, Network for a Healthy California, une action SNAP-Ed du Département Californien de Santé Publique, ETATS-UNIS
Voir l'article suivant