N° 181 | décembre 2017

Alimentation et maladies cardiovasculaires : recommandations pour les praticiens

Édito

Les maladies cardiovasculaires ne sont pas, le plus souvent, le fruit du hasard. Nos modes de vie ont un rôle important dans leur survenue mais aussi leur prévention. On peut égrener les dangers à éviter tabac, sédentarité, excès de poids, stress… Mais il serait bon aussi d’énumérer tous les atouts que nous avons en nos mains, et en particulier tous les bienfaits de l’alimentation.

C’est ce que montre le premier article basé sur le travail de Hever et Cronise en rappelant qu’une bonne nutrition doit faire la part belle aux produits
végétaux, sans négliger la nécessaire complémentarité d’une consommation modérée de produits animaux, et donc de la diversité.

L’équipe espagnole de la SUN study a montré sur plus de 19 000 sujets que ceux qui avaient un score élevé de légumes, fruits, fibres et poisson avaient jusqu’à 69% de réduction de survenue de maladies cardiovasculaires.

Pour clore la démonstration, le travail récemment publié par Aune montre que l’on observe un bénéfice cardio-vasculaire jusqu’à un niveau de consommation de fruits et légumes de 800 g/jour. La boucle est bouclée.

Nul ne peut plus ignorer ces données. Il faut maintenant donner aux consommateurs, sains ou malades, les clés pour changer leurs habitudes.

Jean-Michel Lecerf
Service de Nutrition, Institut Pasteur de Lille, FRANCE
Claire Mounier-Vehier
Cardiologue et chef du Service de médecine vasculaire et hypertension artérielle à l’Institut Coeur Poumon du CHRU de Lille, Présidente de la Fédération Française de Cardiologie, FRANCE
Voir l'article suivant