N° 117 | février 2012

Comportement alimentaire et consommation de fruits et légumes chez l’adulte

Télécharger Imprimer

Édito

« Faire des choix les plus sains pour la santé, les choix les plus faciles » est un principe utile pour obtenir des changements favorables à la santé.

Modifier les comportements alimentaires n’est pas une tâche aisée, surtout quand la plupart du temps les gens sont persuadés de devoir sacrifier des choses très agréables au profit d’autre moins agréables. Une alimentation saine est souvent perçue comme nécessitant d’importants efforts de restriction cognitive qui, e n outre, s’épuisent avec le temps – même si certaines personnes y parviennent.

Manger « sainement » ne veut pas forcément dire manger « moins ». Au contraire, cela suppose la consommation d’un plus grand volume d’aliments de moindre densité énergétique. En cela, les fruits et légumes sont des aliments idéaux. Intégrés dans l’alimentation quotidienne, ils diminuent la densité énergétique globale et l’énergie totale consommée. Cet effet est d’autant plus important qu’en même temps on élimine les aliments à forte densité énergétique. Une approche « en pleine conscience» de l’alimentation est utile et acquérir des habitudes de collations saines produit un impact sur la composition globale de l’alimentation. Cependant, comme pour toute approche, il n’y a pas de solution universelle. Des apports alimentaires sains sont fonction de la composition corporelle d’un individu et de la quantité d’énergie qu’il dépense par l’activité physique.

Pas facile de modifier des comportements. L’’éducation peut jouer un rôle, mais les connaissances alimentaires ne suffisent pas. Savoir « ce » qu’il faut changer est une chose. « Comment » changer en est une autre. Ce qui peut représenter un choix facile pour une personne peut s’avérer très difficile pour une autre…

John Blundell
Directeur du Département de Psychobiologie Institut des Sciences Psychologiques Université de Leeds, Leeds, Royaume-Uni
Voir l'article suivant