N° 188 | juillet 2018

Impliquer les enfants dans l’acte d’achat des aliments : une stratégie pour diminuer la néophobie alimentaire

Télécharger Imprimer

Dans le contexte actuel de prévalence élevée d’obésité chez l’enfant, la promotion d’une alimentation équilibrée et riche en fruits et légumes est d’une grande importance. Une stratégie utilisée pour favoriser la consommation de végétaux chez l’enfant repose sur la diminution de sa néophobie alimentaire (sa réticence à goûter des aliments nouveaux), qui est associée à une alimentation moins équilibrée et une consommation diminuée de fruits et légumes.

Augmenter la familiarité envers les légumes pour améliorer leur acceptabilité

L’exposition à des aliments nouveaux pour augmenter la familiarité et la création d’expériences positives avec ceux-ci est une stratégie qui a montré son efficacité pour diminuer la néophobie alimentaire chez l’enfant. L’éducation sensorielle, par exemple, s’est révélée efficace dans cet objectif.

Impliquer les enfants dans les différentes étapes de la préparation des repas est un autre moyen d’augmenter la familiarité et de créer des expériences positives. Cependant son effet sur la néophobie a été peu étudié.

Des études transversales ont mis en évidence une association positive entre l’implication dans la préparation des repas et des habitudes alimentaires saines ¹. Quelques études d’intervention, incluant des activités de cuisine ou de jardinage, ont également montré des résultats encourageants ². Une étude expérimentale récente de notre équipe a révélé une augmentation de la volonté de goûter de nouveaux aliments à la suite d’une session de cuisine avec ces aliments.

L’objectif de la présente étude était d’évaluer l’effet d’impliquer des enfants dans l’acte d’achat des aliments, sur leur volonté de goûter des aliments non familiers et leurs choix alimentaires.

Participer à l’acte d’achat alimentaire : quels effets sur les choix ?

86 enfants, âgés de 8 à 10 ans, ont été invités à participer à un atelier sur l’alimentation, suivi d’un goûter.

La moitié (groupe Achat) a participé à un atelier d’achat en ligne d’ingrédients nécessaires à la réalisation de 3 recettes non familières, contenant des légumes : un jus de pomme / betterave, une omelette de courgettes et un biscuit aux épinards.

L’autre moitié des participants (groupe Contrôle) a participé, à la place, à un atelier de créativité.

Après la réalisation de l’atelier, les enfants des 2 groupes ont été invités à faire 3 choix alimentaires pour leur goûter, entre des aliments familiers vs non familiers : [1] jus d’orange vs jus de pomme / betterave, [2] omelette de pommes de terre vs omelette de courgettes et [3] biscuit au chocolat vs biscuit aux épinards.

Le nombre moyen d’aliments non familiers choisis spontanément pour le goûter a été significativement supérieur dans le groupe Achat (0,70 ± 0,14), comparativement au groupe Contrôle (0,19 ± 0,07) (cf. figure 1).

Dans une étude précédente ³, l’atelier « achat » était remplacé par un atelier « cuisine » au cours duquel les enfants réalisaient eux-mêmes les 3 nouvelles recettes. La comparaison des résultats des deux études montre un effet similaire de l’implication dans l’achat des ingrédients (0,70 ± 0,14 aliments non familiers choisis) et dans la réalisation des recettes (0,74 ± 0,13 aliments non familiers choisis).

Impliquer l’enfant dans toutes les étapes : une stratégie simple et efficace pour susciter l’envie de goûter

Cette étude démontre que l’implication des enfants dans les achats alimentaires, au même titre que l’implication en cuisine, peut représenter une stratégie efficace pour diriger leurs choix vers des aliments non familiers contenant des légumes. Ces résultats ont été récemment confirmés en contexte scolaire 4 et sur du plus long terme. Ces données justifient la pertinence des interventions impliquant les enfants dans le choix des recettes, l’achat des ingrédients et la réalisation en cuisine, pour faciliter l’incorporation de nouvelles recettes à base de légumes au sein des restaurants scolaires.

Xavier Allirot
Basque Culinary Center, San Sebastián, ESPAGNE
Allirot X, Maiz E, Urdaneta E. Shopping for food with children: A strategy for directing their choices toward novel foods containing vegetables. Appetite. 2018 Jan 1;120:287-296.
  1. Chu YL, Storey KE, Veugelers PJ. Involvement in meal preparation at home is associated with better diet quality among Canadian children. J Nutr Educ Behav. 2014;46(4):304-308.
  2. Hersch D, Perdue L, Ambroz T, et al. The impact of cooking classes on food-related preferences, attitudes, and behaviors of school-aged children: A systematic review of the evidence, 2003-2014. Prev Chronic Dis. 2014;11:E193.
  3. Allirot X, da Quinta N, Chokupermal K, et al. Involving children in cooking activities: A potential strategy for directing food choices toward novel foods containing vegetables. Appetite. 2016;103:275-285.
  4. Allirot X, Maiz E, Urdaneta E. Du choix de la recette à la préparation en cuisine : résultats d’une étude d’intervention en milieu scolaire pour améliorer les choix alimentaires des enfants. Poster présenté aux Journées Francophones de Nutrition 2017 (Nantes).
Retour Voir l'article suivant