N° 203 | décembre 2019

Modifications du régime alimentaire à l’adolescence et au début de l’âge adulte : association avec des transitions clés de la vie

Une alimentation de mauvaise qualité nutritionnelle durant l'adolescence et le début de l'âge adulte favorise des augmentations rapides de prise de poids et d'autres facteurs de risque cardiométaboliques.  De plus, des mauvais comportements alimentaires acquis pendant l'enfance peuvent persister à l'âge adulte et avoir un impact futur sur le risque de maladies non transmissibles. Une meilleure compréhension de ces phénomènes est nécessaire pour élaborer des interventions de santé publique adaptées.

La fin de l'adolescence jusqu'au début de l'âge adulte est une période de transition modifiant l'alimentation et les comportements : quitter le domicile parental ou l’école pour poursuivre des études ou entrer dans la vie active, s’engager dans une relation de couple menant à la cohabitation, etc...

Les précédentes recherches montrant des associations entre régime alimentaire, environnement domestique et statut professionnel et relationnel étaient transversales. Elles ont retrouvé des associations entre la qualité de l'alimentation des adolescents et des facteurs liés à l’environnement du domicile familial, comme la disponibilité de certains aliments (F&L et boissons non alcoolisées) et entre le régime parental et celui des adolescents. Une étude menée dans 4 pays européens a révélé que les étudiants vivant chez leurs parents consommaient plus de F&L que ceux n'y vivant plus.

Pour comprendre l’impact des transitions du début de l’âge adulte sur l'alimentation dans le temps, il faut analyser les données longitudinales. C'est ce qu'ont fait des auteurs anglais et norvégiens en étudiant les associations entre les indicateurs alimentaires (fruits, légumes, boissons sucrées, confiseries) et les transitions clés de la vie pour mieux comprendre comment chacune de ces transitions est indépendamment associée à des modifications longitudinales de l’alimentation.

1 134 élèves suivis de 13 à 30 ans

L’étude norvégienne du comportement longitudinal en matière de santé (NLHBS) porte sur les comportements de santé, le mode de vie et l'état de santé déclaré de l’adolescence à l’âge adulte. Les informations ont été collectées par un auto-questionnaire répété à chaque vague d'enquête.

À l'automne 1990, tous les  élèves de 13 ans de 22 écoles sélectionnées au hasard dans le comté de Hordaland ont été invités à participer à l'étude. Le taux de réponse a été de 77,6 % (n=924). Les nouveaux élèves inscrits au cours des 2 premières années de collecte de données ont également participé, portant la taille totale de l’échantillon à 1 134. Les données ont été collectées à 9 reprises : 13, 14, 15, 16, 18, 19, 21, 23 et 30 ans. Les premiers questionnaires ont été remplis à l'école entre 13 et 15 ans et ont ensuite été envoyés par la poste.

Indicateurs alimentaires

Quatre questions évaluaient la fréquence de consommation de fruits, légumes, confiseries, chocolat et boissons gazeuses sucrées, sur la base de l'étude de l'OMS sur le comportement des enfants d'âge scolaire en matière de santé. La question était : « A quelle fréquence avez-vous mangé chacun des aliments suivants sur les 3 derniers mois ? ».

Transitions de vie

5 transitions clés au cours de la vie ont été identifiées :

  1. Quitter le domicile parental
  2. Terminer ses études
  3. Commencer à travailler
  4. Vivre en couple.
  5. Etre parent.

Quitter le domicile parental : un moment clé où les sujets devraient être soutenus

L’évolution de la consommation de fruits, de légumes, de boissons sucrées et de confiseries suggère que la qualité de l’alimentation décline de l’adolescence au début de l’âge adulte, avant de s’améliorer de nouveau à l’âge de 30 ans. La consommation de F&L a diminué de 14 ans jusqu’au début de la vingtaine, puis a augmenté jusqu'à 30 ans. La tendance inverse a été observée pour les boissons sucrées et les confiseries.

Il s’agit de la première analyse portant sur les associations longitudinales entre les transitions de la vie et le régime alimentaire au début de l’âge adulte sur un ensemble de données relativement volumineux.

Deux transitions de vie étaient associées à des modifications négatives de l'alimentation :

  • Quitter la maison a montré de fortes associations négatives avec la consommation de F&L ;
  • Terminer ses études était associé à une augmentation de l’apport en confiserie et boissons sucrées.

En pratique, quitter le domicile parental se révèle être le principal moment clé de la vie où les adolescents et jeunes adultes pourraient être mieux soutenus pour éviter une réduction de la qualité de leur alimentation.

Thierry Gibault
Endocrinologue, Nutritionniste - Paris, France
Retour