Que nous apportent les fruits et légumes ?

Glucides

Que sont les glucides ?

Les glucides (hydrates de carbone) sont des molécules qui fournissent de l’énergie. Ils sont constitués d’une unité de base qu’on appelle « ose » et sont généralement classés en fonction de leur degré de polymérisation (Anses, 2016). On trouve différents types de glucides alimentaires (Darmon et Darmon, 2008) :

  • l’amidon, présent dans les féculents ;
  • les monosaccharides : fructose (dans les fruits) ; glucose (dans le miel) ;
  • les disaccharides : lactose (dans les produits laitiers) ; saccharose (dans la betterave,..).

Les Références nutritionnelles pour la population (RNP) en glucides totaux représentent environ 40 à 55 % de l’apport énergétique total (Anses, 2016). Une limite de 100g/j a été fixée pour la consommation totale de sucres (hors lactose et galactose).

Dans les fruits et légumes, les teneurs en glucides varient de 0,21 (champignon) à 62,5 % (datte séchée) (Ciqual, 2013).

Rôles dans l’organisme

Les glucides sont essentiels au métabolisme énergétique de l’organisme, ils servent notamment à la synthèse de l’Adénosine TriPosphate (ATP). Ces molécules sont transformées in fine en glucose, redistribués aux cellules puis utilisés par celles-ci. Le glycogène (polysaccharide), présent dans le foie et les muscles, est utilisé comme une réserve de glucose. A distance des repas, le glycogène est dégradé pour fournir du glucose à l’organisme et assurer le maintien d’une glycémie stable (Murat, 2009).

Lorsque les glucides ont un index glycémique (IG) bas, les aliments qui les contiennent assurent une bonne satiété, ce qui se révèle bénéfique pour le métabolisme des glucides, notamment chez les individus dont le système de régulation de la glycémie est affecté par le diabète et l’obésité.
Concernant les fruits, la cerise, le pamplemousse, la pomme et l’orange, ont par exemple un IG faible (<50), alors que celui de la pastèque est élevé (>75). La liste des IG des principaux aliments glucidiques sont disponibles dans l’ouvrage « Apports conseillés pour la population français » de Martin A. (2001).

En savoir plus :

 

Retour Voir l’article suivant