N° 147 | novembre 2014

Diabétiques : commencez votre repas par les légumes !

Même si des médicaments de plus en plus nombreux sont à notre disposition, la diététique reste la pierre angulaire de la prise en charge du diabète de type 2. De nombreux patients restent mal contrôlés parce qu’ils ont du mal à adapter leur alimentation à une maladie qui va les accompagner toute la vie. Sur le plan théorique, les choses sont assez claires: réduire ses apports en énergie pour contrôler son poids, éviter l’hyperglycémie, en conservant une alimentation globalement équilibrée. Pour certains, ce n’est pas facile à faire tous les jours.

L’hyperglycémie est associée à un risque accru d’athérosclérose. Elle altère la vasodilatation endothéliale, favorise la thrombose et augmente le stress oxydant, chez les diabétiques de type 2, les intolérants au glucose et même chez les sujets non diabétiques.

Une équipe de médecins japonais vient de publier les résultats d’une étude expérimentale dont les résultats permettent, avec des conseils alimentaires simples, d’éviter les fluctuations glycémiques et d’améliorer l’équilibre des sujets diabétiques. Leur objectif : évaluer si manger des légumes avant les hydrates de carbone pouvait réduire la glycémie post prandiale et l’insulinémie et améliorer l’équilibre des diabétiques de type 2 à long terme, sur 2 ans et demi.

Les glycémies post prandiales après le repas «légumes avant glucides» ont été réduites

Un premier essai randomisé a été conduit chez 15 patients diabétiques de type 2, contrôlés par la diététique seule (âge moyen 61,7 ans, durée du diabète 5.3 ans, IMC 24.7, HbA1c 6.4%, glycémie à jeun 6.28 mM). Ces patients ont consommé des repas test composés de 150 g de riz et d’une salade de crudités (tomates, choux, huile d’olive), en mangeant les légumes soit avant soit après les glucides. La glycémie et l’insulinémie ont été évaluées à 0, 30, 60 et 120 min après chaque repas test. Les différences entre les deux types de repas ont été évaluées statistiquement. Résultat : les glycémies post prandiales après le repas «légumes avant glucides» ont été réduites à 30 et 60 min de même que les niveaux d’insulinémie post prandiale.

Les excursions glycémiques et les pics d’élévation de la glycémie post prandiale ont été significativement réduits

Une seconde étude, par mesure continue de la glycémie (holter glycémique), a permis d’évaluer l’amplitude moyenne des excursions glycémiques qui est un déterminant du contrôle métabolique global et du risque de complications du diabète; Les auteurs ont examiné si manger des légumes avant les hydrates de carbone pouvait réduire les excursions glycémiques post prandiales journalières chez des diabétiques de type 2 et des sujets normo glycémiques. Les participants ont porté un holter glycémique durant 3 jours tout en consommant des repas test alternant « légumes avant glucides» et «glucides avant légumes » le 2e et le 3e jour. Le repas test était composé de riz ou pain, poisson ou viande, 500 g de légumes (tomates, épinards, radis...) et apportait 21 g de fi bres et 126 kJ/kg/j. L’apport énergétique était ajusté pour chaque participant à l’aide de la quantité de riz ou de pain. Le repas test apportait respectivement 17%, 25% et 58% de protéines, lipides et glucides. Chaque repas durait 15 à 20 mn.

19 patients DT2 sous antidiabétiques oraux et/ou insuline et 21 sujets non diabétiques ont été recrutés. Les paramètres glycémiques entre le jour repas «légumes avant glucides» et le jour «glucides avant légumes» ont été comparés sur le plan statistique. Résultat: les excursions glycémiques et les pics d’élévation de la glycémie post prandiale ont été significativement réduits quand les sujets consommaient les légumes avant les hydrates de carbone en comparaison du régime inverse.

Un bénéfice à long terme confirmé

Enfin, pour compléter ces résultats, les auteurs ont étudié si l’éducation des patients diabétiques à consommer des légumes avant les glucides était efficace sur l’équilibre à long terme du contrôle glycémique. Ils ont mené une étude rétrospective chez des diabétiques de type 2 pour comparer les changements d’HbA1c (critère principal), du poids, des lipides et de la tension artérielle (critère secondaire). Les patients ont été répartis en 2 groupes : un groupe intervention (196 patients avec suivi mensuel par une diététicienne) étant invité à manger les légumes avant les glucides et un groupe contrôle (137) recevant des informations générales sur le mode de vie et le diabète à chaque visite mensuelle par un médecin.

Au bout de 1 an et de 2 ans et demi, des améliorations significatives du contrôle glycémique ont été observées dans le seul groupe intervention : l’HbA1c passant de 8.6% initialement à 7.7% à 1 an et 7.5% à 2 ans et demi. Dans les 2 groupes, la TA, le cholestérol total et le LDL CT ont été significativement réduits. Après l’intervention, l’apport énergétique, en protéines, lipides et hydrates de carbone a diminué dans le groupe éducation (secondaire à la réduction de la consommation de riz, fruits, pâtisseries, huile et boissons sucrées). En parallèle la consommation de légumes a augmenté.

Ces données confirment les bénéfices de consommer des légumes avant les hydrates de carbones, sur les excursions glycémiques à court terme et sur l’équilibre glycémique à long terme chez les diabétiques de type 2. Cette approche pragmatique renforce l’importance des choix alimentaires au cours du diabète : Que manger en premier ? Comment le manger ?... sans se contenter de se focaliser sur l’apport énergétique. C’est une méthode simple et facile à transmettre aux patients diabétiques pour parfaire leur équilibre glycémique et réduire leur risque de complications à long terme.

Thierry Gibault
Nutritionniste, endocrinologue, Paris - FRANCE
Imai S, Fukui M, Kajiyama S. Effect of eating vegetables before carbohydrates on glucose excursions in patients with type 2 diabetes. J Clin Biochem Nutr. 2014 Jan;54(1):7-11.
Retour Voir l'article suivant