N° 146 | octobre 2014

Magasins d’alimentation et promotion d’aliments sains : défis et opportunités ?

Télécharger Imprimer

Dans de nombreuses régions aux Etats-Unis, des professionnels de santé publique, des élus, des militants locaux, des fondations et bien d’autres personnes encore, déploient différentes stratégies pour améliorer l’accès aux fruits et légumes frais et à d’autres aliments sains dans des communautés défavorisées. Les magasins d’alimentation pourraient faire partie de la solution.

2311 produits alimentaires et boissons analysés

Une étude récente 1 a souligné la nécessité de dialoguer avec les responsables des magasins d’alimentation afin d’influencer les types d’aliments mis en promotion dans leurs circulaires. Une analyse nutritionnelle des produits alimentaires et des boissons en promotion dans les circulaires électroniques des magasins d’alimentation du Bronx - “An Analysis of Bronx-based Online Grocery Store Circulars for Nutritional Content of Food and Beverage Products” - a évalué les qualités nutritives des aliments et boissons promus par 15 magasins alimentaires du Bronx face à l’épidémie de diabète. Cette étude a spécifiquement évalué la quantité d’aliments sains mise en promotion dans leurs circulaires hebdomadaires.

Il faut savoir que le Bronx est un quartier de New York avec une forte proportion de familles à faible niveau de revenus et un fort taux de diabète de type 2 et d’obésité.

Durant deux mois, les 2311 produits alimentaires et boissons mis en première page des circulaires électroniques des magasins d’alimentation du Bronx ont été analysés selon:

  1. leur teneur totale en sucres,
  2. le nombre de fruits et légumes contenant ou non de l’amidon,
  3. leur teneur totale en fibres et en hydrates de carbone,
  4. l’origine industrielle ou non du produit,
  5. et leur prix.

Une pléthore d’aliments à faibles qualités nutritives à des prix abordables

Notre étude a relevé que les premières pages des circulaires présentaient une forte proportion de boissons sucrées, de produits de boulangerie, de céréales industrielles pour le petit déjeuner, de céréales à grains entiers et de pâtes. Environ 59% étaient des boissons sucrées et 84% des produits raffinés.

Seulement 1,4% des produits en promotion avaient une teneur en fibres supérieure ou égale à 5 g par portion et seules 16,5% des annonces concernaient des fruits frais et des légumes verts à feuilles.

Si cette étude transversale a été menée pendant une brève période (2 mois), en revanche elle offre un aperçu intéressant des problèmes qui touchent de nombreuses familles à faibles revenus : une pléthore d’aliments à faibles qualités nutritives à des prix abordables.

Afin d’infléchir l’épidémie de diabète, les auteurs soulignent l’importance de la participation aux actions de prévention par les magasins d’alimentation. Ils peuvent augmenter la disponibilité de fruits et légumes, d’aliments riches en fibres et de céréales à grains entiers en les proposant à des prix abordables. Les auteurs suggèrent de placer en évidence les aliments les plus sains dans les magasins et d’en faire la promotion active auprès des clients dans des quartiers défavorisés.

Le projet pilote SpartanNash (SN) au Michigan

Un exemple est SpartanNash (SN) au Michigan, une entreprise alimentaire ² qui mène une campagne d’aide aux consommateurs aux faibles revenus pour l’achat de plus de fruits et légumes frais. Trois magasins SN mènent un projet pilote pour encourager la consommation d’aliments sains appelé DUFB (Double Up Food Bucks – Doublez votre argent alimentaire).

Pour chaque dollar reçu par leurs clients à faibles revenus bénéficiant du programme d’aide alimentaire SNAP (Supplemental Nutrition Assistance Program), DUFB leur offre un dollar pour acheter des fruits et légumes frais produits localement. Pour tout achat de produit frais dans les magasins participants, les clients peuvent cumuler jusqu’à 10 dollars DUFB à chaque visite, stockés sur des cartes de fi délité “ Yes Rewards card”. Les familles SNAP peuvent dépenser ces dollars promotionnels pour acheter tout fruit ou légume produit au Michigan. Grâce à cette carte de fi délité, SN permet au détaillant, administrateurs et évaluateurs du programme de surveiller les achats et de déterminer si ces promotions ont augmenté l’achat et la consommation de fruits et légumes.

SN s’est associé au réseau d’Alimentation Equitable FFN (the Fair Food Network), une association à but non-lucratif du Michigan, pour piloter le DUFB. FFN finance les promotions pour acheter les aliments grâce à des subventions et mène des actions d’aide sociale et d’évaluation. SN a investi dans un système de paiement sophistiqué et sécurisé. Afin d’en assurer le succès auprès des consommateurs, FFN et SN mènent ensemble les campagnes de communication. Des affiches visibles dans les magasins font la promotion du programme DUFB et expliquent son fonctionnement. Les produits sont étiquetés comme provenant du Michigan. A la caisse et à l’accueil, des employés du magasin distribuent des dépliants en anglais et en espagnol expliquant le fonctionnement du programme.

FFN envoie également des cartes postales aux bénéficiaires SNAP qui résident dans des quartiers près de leurs magasins de Grand Rapids, Battle Creek et Détroit. Il est essentiel pour le succès de ce programme de s’assurer que les consommateurs SNAP comprennent bien le potentiel du programme DUFB pour augmenter leur capacité d’achat des produits frais, étant donné que les dollars SNAP peuvent être utilisés de bien d’autres façons.

Des résultats préliminaires montrent que les ventes quotidiennes de produits frais ont augmenté de 17% par rapport à l’année précédente. SN prévoit d’étendre ce programme à d’autres magasins pour toucher plus de familles défavorisées.

Inciter d’autres détaillants à mener des actions comparables

SN est enthousiaste à l’idée d’être la première chaîne de détaillants alimentaires à mettre en place des incitations à consommer des produits frais pour les familles SNAP. Cela devrait inciter d’autres détaillants à mener des actions comparables.

Aux Etats Unis, les autres détaillants alimentaires ont actuellement une belle occasion de monter ce genre de programme en profitant du nouveau financement fédéral de 100 millions de dollars prévu dans la loi de programmation agricole de 2014 (the 2014 Farm Bill3). Afin d’augmenter la consommation de fruits et légumes et de promouvoir une meilleure alimentation chez les Américains à faibles revenus, des subventions de l’USDA4 contre l’insécurité alimentaire FINI (Food Insecurity Nutrition Incentive) offriront des subventions aux détaillants alimentaires intéressés par des programmes semblables à DUFB, testeront les innovations et évalueront leur impact.

SN représente donc un modèle pour d’autres détaillants intéressés par des partenariats avec des associations locales pour améliorer l’accès aux fruits et légumes dans les quartiers défavorisés ayant les plus forts taux de maladies chroniques.

Lorelei DiSogra
United Fresh Produce Association (Association des Industriels des Produits Frais) - Washington, D.C., USA
  1. Ethan, E. et al. 2012. An analysis of Bronx-based online grocery stores circulars for nutritional content of food and beverage products. J. Comm. Health.
  2. Gilmer, Ray. 2014. Spartan Nash Pilots Produce Incentives for Low Income Families. Grocery Headquarters: 2014-2015 Handbook of Fresh Food. http://www.groceryheadquarters.com/
  3. The Agriculture Act of 2014. U.S.Government Printing Offi ce. https://beta.congress.gov/113/ crpt/hrpt333/CRPT-113hrpt333.pdf pg. 182-184
  4. United States Department of Agriculture – sept 2014 http://www.usda.gov/wps/portal/usda/usdahome?contentid=2014/09/0215.xml
Retour Voir l'article suivant