N° 106 | février 2011

Sources d’information et comportements de santé : quels liens?

Télécharger Imprimer

Les stratégies de communication de santé utilisant les médias grand public (télévision, presse, internet) ont été associées à certaines croyances et certains comportements 1,2. Les liens sociaux, comme les amis, la famille et les associations locales, peuvent être également des sources d’information sur la santé et sont également liés à certains comportements et croyances 3-6. Dans ce contexte, notre étude s’est fixé pour but d'évaluer les liens entre diverses sources d'information sur la santé et certains comportements, dans un échantillon représentatif des adultes américains 7.

Les Enquêtes Nationales sur les Tendances des Informations sur la Santé (« Health Information National Trends Surveys – HINTS ») sont bi-annuelles et transversales. Elles ont été conçues afin d’évaluer l'utilisation d’informations de santé sur le cancer, l'état général de la santé, les pratiques de dépistage du cancer et l’hygiène de vie 8.

Quel usage des sources d'information sur la santé?

L'enquête HINTS 2005 s’est focalisée sur l’usage des sources d'information sur la santé qu’avaient fait les participants au cours des 12 derniers mois. Elle regroupait les sources interpersonnelles (associations locales, amis et famille) et les médias grand public (internet, presse écrite et télévision). Les “utilisateurs” étaient des participants ayant répondu "oui" à l'usage d'une source particulière d'information, quelle que soit sa fréquence. Ceux qui répondaient "je ne sais pas" ou "je refuse" ont été considérés comme "non-utilisateurs".

On a également interrogé les sujets sur leur hygiène de vie (consommation appropriée des fruits et légumes, activité physique régulière et arrêt du tabagisme) et sur le dépistage du cancer (mammographies régulières, frottis cervical et dépistage du cancer du colon). Les sujets rapportant des comportements ou des dépistages adaptés à leur âge ou leur sexe ont été classés comme « répondant aux recommandations » tandis que les autres ont été jugés comme « ne répondant pas » aux recommandations.

Pour étudier l’association entre une source particulière d'information et un comportement spécifique, on a utilisé des modèles de régression logistique séparée pour chaque comportement. Les modèles ont été ajustés pour les autres sources d'information (afin de tenir compte de la possibilité qu'un sujet utilise de multiples sources) ainsi que pour les caractéristiques socio-démographiques et cliniques. L'impact cumulatif de multiples sources d'information sur le respect des recommandations de santé a été exploré.

Les associations locales favorisent la consommation de fruits et légumes

Les amis et la famille représentaient les sources les plus fréquentes d'information sur la santé et les associations locales, les moins fréquentes. Seuls 11% des participants respectaient les recommandations pour l'alimentation, 58% pour l'exercice et 78% étaient non-fumeurs. 93% des participants avaient réalisé un frottis cervical, 84% une mammographie et 49% une coloscopie.

Les probabilités de satisfaire aux recommandations pour la consommation de fruits et légumes étaient plus élevées de 44% chez les participants à HINTS 2005 qui citaient les associations locales comme source d'information. La presse écrite, les associations locales, les amis et la famille étaient associés à une plus forte probabilité d'être non-fumeur (21%, 91% et 38%, respectivement). Aucune des sources d'information n'était associée aux recommandations sur l’activité physique. Les utilisateurs de la télévision et d'internet avaient une plus grande probabilité de mentionner au moins une mammographie (61% et 42% respectivement). Aucune source d'information n'était associée à la probabilité d'avoir eu un frottis cervical. Enfin, toutes les sources d'information – à part la télévision – étaient associées à une probabilité plus élevée d'avoir pratiqué une coloscopie ou rectosigmoidoscopie (41-57%).

Il n’a pas été retrouvé d'augmentation significative de la probabilité de satisfaire aux recommandations pour l'alimentation ou l'exercice avec l'usage cumulé des réseaux sociaux et des médias grand public. En revanche, l’utilisation d’ un nombre accru de réseaux sociaux pour les informations de santé était associé au fait d'être non-fumeur ou d'avoir bénéficié d’une colo/sigmoidoscopie. Enfin, l'utilisation plus fréquente de sources de médias grand public augmentait la probabilité d'avoir une mammographie et une coloscopie/ rectosigmoidoscopie.

L’augmentation du nombre d'informations de santé augmente les comportements sains

Dans ces enquêtes nationales représentatives, l'usage de la presse, des sources interpersonnelles, comme les amis, la famille et des associations locales est associé à des comportements sains auto-rapportés. Ces données montrent également que l’augmentation du nombre et/ou du type d'information de santé augmente la probabilité de comportements sains. Les efforts devraient donc se focaliser sur de multiples modes de communication, englobant une meilleure utilisation des réseaux sociaux pour la diffusion des recommandations de santé (comme par exemple, identifier les leaders des associations locales pour aider à formuler et diffuser des informations sur la santé).

Nicole Redmond
Hôpital ‘Brigham and Women’, Boston, USA
  1. Institute of Medicine (U.S.). Committee on Communication for Behavior Change in the 21st Century: Improving the Health of Diverse Populations. Speaking of health : assessing health communication strategies for diverse populations. Washington, D.C.: National Academies Press; 2002.
  2. Redman S et al. Health Promot. Int. January 1, 1990 1990;5(1):85-101.
  3. Colon-Ramos U et al. J Health Commun. Mar 2009;14(2):119-130.
  4. Christakis NA & Fowler JH. N Engl J Med. May 22 2008;358(21):2249-2258.
  5. Ford BM & Kaphingst KA. Am Psychol. Nov 2004;59(8):676-684.
  6. Redmond N et al. Am J Prev Med. Jun 2010;38(6):620-627 e622.
  7. Nelson DE et al. J Health Commun. Sep-Oct 2004;9(5):443-460; discussion 481- 444.
Retour Voir l'article suivant