N° 161 | février 2016

Leçons tirées du WIC : Education nutritionnelle et fonds dédiés aux fruits et légumes

Télécharger Imprimer

Les gouvernements des Etats-Unis (USA) et du Royaume-Uni (UK) financent des programmes aux objectifs similaires: proposer une alimentation saine aux mères à faibles revenus et à leurs enfants. Il y a plus de 40 ans, les Etats-Unis ont établi le Programme d’alimentation supplémentaire - qui offre de la nourriture et des services gratuits aux femmes, nourrissons et enfants éligibles - appelé WIC (Women, Infants and Children). Le Royaume-Uni a lancé un modèle en 2006 appelé « Un début sain » (Healthy Start).

Ces deux programmes permettent d’acheter des fruits et légumes grâce aux coupons alimentaires CVV (Cash Value Vouchers). Dans le programme WIC, les CVV sont uniquement destinés à l’achat des F&L. Ils sont offerts en supplément des autres prestations qui permettent aux participants d’acheter des aliments sains et recommandés pour combler leurs besoins nutritionnels. Dans le modèle « Healthy Start », les CVV sont la seule source d’aliments supplémentaires et les participants peuvent choisir de les utiliser pour l’achat de lait, de lait infantile et/ou de fruits et légumes.

Une comparaison de ces deux programmes pour en tirer des leçons

WIC et Healthy Start ont été comparés en se basant sur l’évaluation et la description des programmes issues de la littérature scientifique. Notre objectif était de tirer des leçons du WIC, un programme bien établi, pour améliorer le programme Healthy Start qui est relativement récent.

Quant à la consommation de F&L, cette comparaison a montré que l’éducation nutritionnelle et les fonds dédiés aux F&L s’inscrivent dans les domaines de la politique WIC, que le Royaume-Uni pourrait analyser pour renforcer Healthy Start. Il est important, en effet, de reconnaitre que les programmes WIC et Healthy Start reposent sur des fondations, des objectifs et des contextes sociaux et politiques différents, qui ont influencé leurs structures administratives et leurs fonctionnements. Cependant, les objectifs similaires de supplémenter l’alimentation des femmes à faibles revenus, des nourrissons et des enfants, indiquent qu’il serait utile de comparer ces deux politiques pour en tirer des leçons.

Investir dans l’éducation nutritionnelle

Les participants WIC ont bénéficié de conseils nutritionnels en groupe et personnalisés en fonction de leurs besoins nutritionnels spécifiques. L’évaluation des risques nutritionnels a été faite dans une clinique WIC. Les agences WIC doivent investir dans l’éducation nutritionnelle des participants et rapporter l’éducation proposée. Un nombre croissant de publications scientifiques montre l’impact de l’éducation nutritionnelle WIC sur les comportements alimentaires.

Dans Healthy Start, les professionnels de santé sont encouragés à fournir des détails sur la participation au programme. L’offre d’une éducation nutritionnelle aux participants Healthy Start n’est pas obligatoire. Or, une évaluation récente suggère que peu de professionnels de santé proposent des informations ou des conseils sur la bonne utilisation des coupons Healthy Start pour combler les besoins nutritionnels des participants 1. Des données qualitatives indiquent que ceci est partiellement dû au manque de temps et que Healthy Start est souvent considéré comme une campagne pour promouvoir la santé, plutôt qu’une intervention ayant pour but de modifier les comportements.

Les fonds consacrés aux F&L

Dans le programme WIC, les CVV destinés uniquement aux F&L permettent aux participants d’avoir un accès financier constant aux F&L. WIC considère comme prioritaire l’accès aux F&L frais et locaux grâce au programme WIC – FMNP (Farmers’ Market Nutrition Program). Certains marchés locaux doublent la valeur des CVV WIC. Ce concept est à l’étude pour Healthy Start, cependant comme les coupons ne sont pas destinés spécifiquement aux F&L, les familles doivent choisir entre l’achat de F&L, de lait ou de lait infantile. L’enquête la plus récente sur l’alimentation des nouveaux nés au Royaume-Uni a montré que la grande majorité des familles utilisaient plutôt leurs coupons Healthy Start pour acheter du lait infantile 2.

WIC : Adapter son offre aux besoins de la population

Le modèle WIC a réussi à associer pleinement l’éducation nutritionnelle aux incitations pour améliorer le statut nutritionnel et modifier les comportements de santé. Healthy Start, en revanche, a fondé son succès sur le choix individuel, sans intégrer les composants d’éducation individualisée dans son programme.

Les évaluations et les suivis systématiques ont généré une grande quantité de données, d’où les nombreux travaux publiés sur le programme WIC. Les preuves montrent que les aides WIC aux familles à faibles revenus augmentent leur consommation de fruits et légumes, facilitent des comportements plus sains et améliorent leur statut nutritionnel. Ces données et ces recherches permettent au programme WIC d’adapter son offre aux besoins de la population qu’il dessert. Il y a peu de recherches menées sur Healthy Start. Les données systématiques sont insuffisantes et une analyse précise de l’impact de ce programme et de l’orientation de son développement futur reste donc difficile.

Des programmes utiles à encourager

WIC et Healthy Start sont des programmes utiles qui doivent être promus et encouragés. Sans éducation nutritionnelle ou fonds spécifiquement destinés aux F&L, il peut être difficile pour les familles de profiter au maximum de Healthy Start. Certaines actions élaborées par WIC, dont intégrer l’éducation nutritionnelle dans sa politique, dédier des fonds spécifiquement aux fruits et légumes et améliorer le recueil des données, pourraient s’avérer bénéfiques pour le programme Healthy Start.

Georgia Machell
Association WIC Nationale, Washington DC, USA
  1. McFadden, A., Fox-Rushby, J., Green, J.M., Williams, V., Pokhrel, S., McLeish, J., McCormick, F., Anokye, N., Dritsaki, M. & McCarthy, R. 2013, Healthy Start: Understanding the use of vitamins and vouchers, University of Dundee. Dundee.
  2. McAndrew, F., Thompson, J., Fellows, L., Large, A., Speed, M. & Renfrew, M.J. 2012, «Infant feeding survey 2010», London: Health and Social Care Information Centre.
Retour Voir l'article suivant