N° 95 | février 2010

Etude JACC : Quelles leçons de vie nous donnent les japonais ?

Télécharger Imprimer

Même si la relation entre les facteurs de risque modifiables liés au mode de vie (tabac, excès d’alcool, obésité, activité physique) et le taux de mortalité est établie, il demeure encore difficile de réduire le nombre de décès qui leur est attribué. D'un point de vue de santé publique, il serait utile d’évaluer aisément le mode de vie pour motiver la population à modifier ses comportements.

6 facteurs d’hygiène de vie saine

Nous avons examiné la relation entre le taux de mortalité et six facteurs d’hygiène de vie saine (pas de tabagisme actif, pas d'excès d'alcool, une heure ou plus de marche quotidienne, entre 6,5 et 7,4 heures de sommeil / nuit, consommation quasi-quotidienne de légumes à feuilles vertes, Indice de Masse Corporelle (IMC) entre 18,5 et 24,9). Pour chaque facteur présent, un point était attribué. Les points étaient ensuite additionnés pour obtenir un score global de mode de vie compris entre 0 et 6, un score plus élevé reflétant un mode de vie plus sain. Les participants à cette étude faisaient partie de l’étude JACC (Japanese Collaborative Cohort Study). Plus de 62 000 sujets ont été inclus et le suivi moyen était de 12,5 années.

Moins 25% de décès chez les hommes et 19% chez les femmes

Nous avons retrouvé une relation inverse entre la combinaison des six facteurs d’hygiène de vie saine et le risque global de mortalité. Dans le groupe cumulant le plus de facteurs (score = 6), le risque de mortalité était de 0,43 chez les hommes et de 0,53 chez les femmes alors qu’il était de 1 dans le groupe aux scores les plus bas de 0 à 2. Même dans le groupe des 6079 ans, un mode de vie sain était associé à un moindre risque de mortalité.

Notre analyse a montré que si toutes les personnes rétablissaient à un niveau sain l’ensemble des 6 facteurs, on pourrait prévenir 49,4% des décès chez les hommes et 29,8% chez les femmes. De plus, si les personnes ayant un score inférieur à 6 augmentaient leur score d'hygiène de vie d’un point, 24,7% des décès chez les hommes et 18,5% chez les femmes seraient prévenus.

Un score facile à utiliser

Ces 6 facteurs d'hygiène de vie saine ont été retenus sur la base d’une revue de nombreuses études épidémiologiques. Ils représentent les éléments clés de programmes récents de promotion de la santé dans de nombreux pays. Ces critères dichotomiques ont été choisis car leur modification pouvait provoquer une amélioration. Ainsi, si une personne dans un groupe à comportement malsain est suffisamment motivée pour modifier un facteur, elle peut rejoindre un groupe plus sain. Arrêter de fumer ou de boire est considéré comme un statut sain. Le score d'hygiène de vie saine que nous avons adopté est simple, facile à comprendre, rapide à calculer sans aucun examen clinique et correspond bien à l'amélioration de l'hygiène de vie. Il pourrait donc servir à motiver aussi bien les individus que les responsables de santé publique.

Un outil pour améliorer la santé de la population

Notre étude a montré que la somme des facteurs d'hygiène de vie saine était directement associée à la réduction des risques globaux de mortalité chez les hommes et chez les femmes. En modifiant ne serait ce qu'un seul de ces facteurs, on pourrait prévenir 24,7% des décès chez les hommes et 18,5% chez les femmes. Il serait utile de communiquer cette information à quiconque souhaite améliorer son hygiène de vie ainsi qu’aux responsables de santé publique qui planifient des campagnes pour améliorer la santé de la population générale.

Akiko Tamakoshi
Département de Santé Publique, Ecole de Médecine de l’Université Médicale d’Aichi, Japon

Tamakoshi A, Tamakoshi K, Lin Y, Yagyu K, Kikuchi S; JACC Study Group. Prev Med. 2009 May;48(5):486-92. Epub 2009 Feb 27.

Retour Voir l'article suivant