N° 141 | avril 2014

Une faible consommation de légumes est associée à l’asthme allergique et l’hyperréactivité bronchique

Télécharger Imprimer

L’asthme a vu sa prévalence augmenter au cours des dernières décennies 1 et toucherait actuellement près de 14% des jeunes dans le monde 2. En parallèle, l’alimentation a changé, passant d’une alimentation traditionnelle ou prudente à une alimentation de type occidental 3. L’exposition à des nutriments 4,5, ou à des aliments particuliers 4,5 a été souvent étudiée en relation avec les signes cliniques de l’asthme. L’analyse de la qualité de l’alimentation pourrait aboutir à des conclusions différentes 6. Il existe différents phénotypes d’asthme, dont deux doivent être examinés en particulier : l’asthme allergique et l’asthme non-allergique, car l’atopie pourrait moduler les interactions entre l’alimentation et l’asthme 7.

Une alimentation de relativement mauvaise qualité chez les jeunes

Notre étude a cherché à déterminer si la qualité de l’alimentation était associée de manière transversale à l’asthme chez les jeunes. Les données ont été recueillies en 1995 chez des jeunes d’un sous-groupe de l’étude cas-contrôle SAGE du Manitoba sur les allergies, les gènes et l’environnement (Study of Asthma, Genes and the Environment) 8. A partir des réponses à un questionnaire de fréquence de consommation alimentaire (QFA) utilisé dans l’Etude sur la Santé des Infirmières (the Nurses’ Health Study) 9, et adapté à notre étude, nous avons créé des scores de qualité alimentaire basés sur l’index d’alimentation saine (IAS) chez les jeunes 10. L’IAS chez les jeunes comprenait un score global et des scores pour chaque constituant correspondant aux recommandations nutritionnelles du Département Américain de l’Agriculture 11 et à celles du Guide Alimentaire Canadien pour Manger Sainement 12. Utilisant comme seuil la médiane, nous avons réparti les scores des jeunes en faible ou élevé.

Dans notre étude, 26,2% des jeunes avaient de l’asthme selon les critères des allergologues pédiatriques. Des tests cutanés pour des allergènes courants ont été réalisés pour déterminer la présence ou l’absence d’atopie. Les jeunes étaient classifi és en asthmatiques allergiques (asthme avec atopie, n=107) ou asthmatiques non-allergiques (asthme sans atopie, n=38).

Nous avons également évalué l’hyperréactivité bronchique (HRB) qui présente des symptômes similaires à ceux de l’asthme mais sans obstruction apparente des voies respiratoires 13. L’HRB a été évaluée comme légère, modérée/sévère et comparée aux jeunes non HRB. Chez les jeunes testés, 44,3% étaient non-HRB, 23,5% avaient une HRB légère et 32,2% avaient une HRB modérée/ sévère.

Le QFA a été complété par 476 jeunes sur 489 (âge moyen 12,6 ± 0,5 années). Le score médian de l’alimentation était de 33,5/85, reflétant une alimentation de relativement mauvaise qualité. Les scores des composants comme les céréales entières, les légumes, les fruits, les produits laitiers, les snacks et les fritures tournaient autour du 50 ème percentile. Les scores pour les suppléments vitaminés et le poisson étaient très faibles.

Une forte consommation de légumes protégerait contre l’asthme allergique et l’HRB modérée/sévère

Il n’y avait pas d’association statistiquement significative entre la qualité de l’alimentation et l’asthme. En analysant les différents phénotypes de l’asthme, une forte consommation de légumes était associée à une réduction d’environ 50% de la probabilité d’asthme allergique (p<0,02). Aucune association n’a été retrouvée entre la qualité globale de l’alimentation ou d’autres composants et l’asthme allergique ou entre la qualité de l’alimentation et l’asthme non allergique. De la même manière que pour la qualité de l’alimentation et les phénotypes de l’asthme, seule une forte consommation de légumes avait un effet protecteur contre l’HRB modérée/sévère, là encore à 50% environ (p<0,02). Aucune association n’a été retrouvée entre la qualité de l’alimentation et l’HRB légère.

Une consommation importante de légumes doit être encouragée chez les jeunes

La consommation de légumes est associée à une réduction du risque d’asthme allergique et d’HRB modérée à sévère. Il est, en revanche, encore trop tôt pour indiquer aux patients qu’une forte consommation de fruits et légumes aurait un effet protecteur contre ces pathologies. Comme la plupart des jeunes 14, ceux de notre étude avaient une alimentation de relativement mauvaise qualité. On peut dire qu’une consommation importante de légumes doit être encouragée d’autant plus qu’elle est associée à de nombreux autres bénéfices pour la santé.

Jennifer Protudjer
Université du Manitoba, Institut de Santé Infantile du Manitoba, Institut Karolinska, CANADA
collaborateurs
  1. Douwes J, et al. Importance of allergy in asthma: an epidemiologic perspective. Curr Allergy Asthma Rep. 2011 Oct;11(5):434-44.
  2. Lai CK, et al. Global variation in the prevalence and severity of asthma symptoms: phase three of the International Study of Asthma and Allergic in Childhood (ISAAC). Thorax. 2009 Jun;64(6):476-83.
  3. Popkin BM, et al.. The nutrition transition: worldwide obesity dynamics and their determinants. Int J Obes Relat Metab Disord. 2004 Nov;28:S2-S9.
  4. Allan K, Devereux G. Diet and asthma: nutrition implications from prevention to treatment. J Am Diet Assoc. 2011 Feb;111(2):258-68.
  5. Nurmatov U, et al.. Nutrients and foods for the primary prevention of asthma and allergy: systematic review and meta-analysis. J Allergy Clin Immunol. 2011 Mar;127(3):724-33.
  6. Mertz W. Food nutrients. J Am Diet Assoc. 1994; 84:769-70.
  7. Chatzi L, et al. Diet, wheeze, and atopy in school children in Menorca, Spain. Pediatr Allergy Immunol. 2007 Sep;18:480-5.
  8. Kozyrskyj AL, et al.. A novel design to investigate the early-life origins of asthma in children (SAGE study). Allergy. 2009 Aug;64:1185-93.
  9. Willett W. Nutritional epidemiology. New York: Oxford University Press;1990.
  10. Feskanich D, Rockett HR, Colditz GA. Modifying the healthy eating index to assess diet quality in children and adolescents. J Am Diet Assoc. 2004 Sep;104:1375-83.
  11. United States Department of Agriculture. My Pyramid. 2005. Available on-line at www.mypyramid.gov
  12. Health Canada. Eating well with Canada’s Food Guide. 2007. Available on-line at www.hc-sc.gc.ca
  13. O’Byrne PM, Inman MD. Airway hyperresponsiveness. Chest. 2003Mar;123:411S-416S.
  14. Hiza HA, et al.. Diet quality of Americans differs by age, sex, race/ethnicity, income, and education level. J Acad Nutr Diet. 2013 Feb;113(2):297-306.
Retour Voir l'article suivant