Principales causes de mortalité dans le monde : les maladies non transmissibles en forte augmentation

19 février 2021
Télécharger Imprimer

D’après les dernières estimations sanitaires mondiales, publiées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le poids des maladies non transmissibles a presque doublé en 20 ans. Parmi les dix principales causes de décès dans le monde en 2019, sept sont des maladies non transmissibles. Elles n’étaient que quatre en 2000. Les maladies cardiovasculaires restent la principale cause de mortalité. Le diabète et la démence figurent pour la première fois parmi les dix principales causes de décès. Des disparités sont observées selon les pays et régions du globe. La maladie d’Alzheimer et autres démences, par exemple, se situent au 3ème rang des décès en Amérique et en Europe et au 7ème rang au niveau mondial. Ce constat pointe plus que jamais l’importance de la prévention.

Les estimations sanitaires mondiales de l’OMS fournissent des données complètes et comparables sur la santé au niveau mondial. Espérance de vie, mortalité et morbidité par cause ou encore impact des maladies sont ainsi disponibles par âge, par sexe et par pays. La dernière édition de cette base de données a été publiée fin 2020 et porte sur la période allant de 2000 à 2019. Elle permet de mettre en lumière les enjeux de santé au niveau mondial et de guider les actions et politiques de santé.

Les maladies non transmissibles en cause dans 3 décès sur 4

En 2019, 55 % des décès survenus dans le monde sont liés à dix  causes principales (voir figure ci-dessous). Sept d’entre elles sont des maladies non transmissibles (voie encadré). En vingt ans, le poids des maladies non transmissibles est de plus en plus prépondérant sur la santé du monde. Ainsi, prises toutes ensemble les maladies non transmissibles sont désormais responsables de 74 % de l’ensemble des décès.

causes mortalité monde OMS - Aprifel

Pour mémoire, en 2000, seules quatre maladies non transmissibles faisaient partie des 10 principales causes de décès.
A l’inverse, les maladies transmissibles reculent à l’échelle globale. Le SIDA et la tuberculose qui faisaient partie des 10 premières causes de décès en 2000 arrivent respectivement à la 19e et à la 13e place et témoignent de l’amélioration du diagnostic, des traitements et de la prévention de ces affections. Les maladies transmissibles restent cependant un enjeu majeur dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

« Ces nouvelles estimations nous rappellent une fois de plus qu’il nous faut rapidement intensifier la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies non transmissibles… Elles montrent bien toute l’urgence d’une amélioration considérable, équitable et globale des soins de santé primaires. C’est en effet de la solidité de ces soins de santé primaires que dépend tout le reste, depuis la lutte contre les maladies non transmissibles jusqu’à la gestion d’une pandémie mondiale. »

Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé

Les maladies cardiovasculaires : première cause de mortalité dans le monde

Depuis 2000, les cardiopathies ischémiques sont la première cause de mortalité à l’échelle mondiale, et représentent 16 % de l’ensemble des décès. Ces maladies touchent toutes les régions du monde et tous les pays quel que soit leur niveau de revenu. Les morts dues à ces maladies sont en très forte hausse, passant de 6,8 millions en 2000 à près de 9 millions en 2019. Plus de la moitié des 2 millions de décès supplémentaires concernent la région du Pacifique occidental. À l’inverse, la région européenne a enregistré un recul relatif de ces maladies cardiaques une baisse de 15pts du nombre de décès passant de 2,6 à 2,2 millions.
Les AVC constituent quant à eux la deuxième cause de mortalité à l’échelle mondiale, provoquant respectivement 11 % de tous les décès enregistrés.

Diabète et démences pour la première fois parmi les 10 premières causes de mortalité

La part de décès dus au diabète a augmenté de 70pts depuis 2000. Cette maladie chronique fait pour la première fois partie des 10 principales causes de mortalité dans le monde. Le nombre d’hommes morts du diabète a par ailleurs augmenté de 80pts depuis 2000, ce qui constitue la plus forte hausse des décès chez les hommes. En Méditerranée orientale, les décès dus au diabète ont plus que doublé et représentent la plus forte progression en pourcentage de toutes les régions de l’OMS.

La maladie d’Alzheimer et les autres formes de démence sont, quant à elles, la 7e cause de décès dans le monde, la 3e en Europe. Ces maladies affectent davantage les femmes, celles-ci représentant 65% des décès liés à ces pathologies.

Une espérance de vie plus longue mais davantage d’incapacités

En 2019, la population mondiale vit en moyenne six ans de plus qu’en 2000 : avec une espérance de vie moyenne de plus de 73 ans, contre 67 ans en 2000. A noter que cinq de ces années de vie supplémentaires sont vécues en bonne santé. En matière d’incapacités également, le poids des maladies non transmissibles s’est également accru. Les maladies cardiaques, le diabète, les AVC, le cancer du poumon et les bronchopneumopathies chroniques obstructives ont été responsables d’une augmentation de près de 100 millions du nombre d’années de vie en bonne santé perdues en 2019 par rapport à 2000.

Alimentation saine, un levier pour la prévention des maladies non transmissible

Face à ce constat, la prévention des maladies non transmissible reste plus que jamais primordiale. Une alimentation saine, riche en fruits et légumes, aide à se protéger contre toutes les formes de malnutrition, et joue un rôle protecteur vis-à-vis de plusieurs maladies non transmissibles (maladies cardiovasculaires, diabète de type 2 certains cancers). Au contraire, une alimentation de mauvaise qualité nutritionnelle, notamment une consommation insuffisante de fruits et légumes, est un facteur majeur d’obésité et de maladies non transmissibles. Chaque portion de 200g de fruits et légumes consommées par jour, entraîne une réduction de 10% du risque de mortalité prématurée, toutes causes confondues. Augmenter la consommation de fruits et légumes dès le plus jeune âge est une composante essentielle d’une alimentation saine pour prévenir de nombreuses maladies non transmissibles.

Qu’est-ce qu’une maladie non transmissible ?

Les maladies non transmissibles - également appelées maladies chroniques - sont des pathologies qui ne se transmettent pas d’une personne à l’autre. On les oppose aux maladies transmissibles (maladies infectieuses & parasitaires, affections maternelles, périnatales et nutritionnelles) qui peuvent se transmettre d'une personne à l'autre. Les maladies non transmissibles sont de longue durée et évoluent en général lentement. Les quatre principaux types de maladies non transmissibles sont les maladies cardio-vasculaires, les cancers, les maladies respiratoires chroniques et le diabète.

La recrudescence des maladies non transmissibles tient essentiellement à quatre grands facteurs de risque : la consommation de tabac, l’inactivité physique, l’usage nocif de l’alcool et une alimentation de mauvaise qualité nutritionnelle.

En savoir plus :

Retour