Journée mondiale de la santé : adopter une approche globale de l’individu et mettre l’accent sur la prévention

7 avril 2021
Télécharger Imprimer

A l’occasion de la journée mondiale de la santé et alors que la pandémie de COVID -19 illustre le poids des inégalités et des déterminants sociaux en matière de santé, Aprifel invite à adopter une approche globale de l’individu et à mettre l’accent sur la prévention pour la santé du plus grand nombre. Dans ce but, l’association rappelle qu’une alimentation saine incluant notamment des fruits et légumes, est l’un des leviers à activer pour atteindre l’état complet de bien-être physique, mental et social.

santé alimentation prévention fruits légumes - Aprifel

Dans sa constitution, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) définit la santé comme « un état de complet bien-être physique, mental et social, qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». La santé prend ainsi en compte l’individu dans sa globalité et est associée à la notion de bien-être. Tournée vers la qualité de la vie, cette définition de la santé devient la mesure dans laquelle un groupe ou un individu peut d’une part réaliser ses ambitions et satisfaire ses besoins, et d’autre part s’adapter à celui-ci (OMS - Charte d’Ottawa).
Cette approche englobe tant la santé physique que psychique. Elle inclut également les éléments médicaux à proprement parler et « les circonstances dans lesquelles les individus naissent, grandissent, vivent, travaillent et vieillissent, ainsi que les systèmes mis en place pour faire face à la maladie », ce qu’on appelle les déterminants de santé.

Concevoir l’être humain comme un tout indivisible

La pandémie actuelle de Covid-19 illustre le poids des inégalités et des déterminants sociaux en matière de santé. Des études récentes (Burström 2020) montrent en effet un impact plus important de la pandémie sur les groupes socio-économiques défavorisés et les minorités. Cela peut traduire une exposition accrue au virus, une difficulté plus importante pour appliquer les mesures de protection, ou encore une susceptibilité accrue à l’infection liée à un état de santé altéré en particulier à l’existence plus fréquente de comorbidités - hypertension, diabète, maladies cardiovasculaires, maladies respiratoires chroniques, … - dans ces populations.

Ainsi, cette dernière année nous a démontré que segmenter la personne au travers d’une conception mécanistique du corps n’est plus d’actualité. Avoir une approche globale de la santé se basant sur la conception de l’être humain comme un tout (physique et mental), en perpétuelle interaction avec son environnement social et physique est gage de « bonne santé ».

Privilégier la prévention et la promotion de la santé

Dépasser la seule dimension curative amène à s’appuyer sur trois piliers: la prévention, la promotion et l’éducation pour la santé. A l’occasion de la journée mondiale de la santé, Aprifel souligne une nouvelle fois l’importance de la prévention et de la promotion de la santé au bénéfice de tous.
D’après un rapport récent de l’OMS (Saving lives, Spending less: a strategic response to NCDs – OMS 2018) chaque dollar investi dans la mise en œuvre à grande échelle d’interventions ciblant les maladies non transmissibles va générer un gain d’au moins 7 dollars pour la société. Améliorer l’état de santé des populations génère, en effet, des bénéfices en termes d’emploi de productivité et d’allongement de la durée de vie. Ce constat est particulièrement vrai pour les pays en voie de développement, mais concerne également les pays industrialisés.
A titre d’exemple, l’OCDE (Profils de santé par pays – OCDE 2019) considère que renforcer la prévention est l’un des principaux défis de la France pour améliorer la santé et réduire les inégalités.

La prévention ne représente en France que 2% de l’ensemble des dépenses de santé. La mortalité évitable grâce à la prévention est ainsi plus élevée que dans d’autres pays.
Ainsi, environ un tiers de l’ensemble des décès enregistrés en 2017 peut être imputé à des facteurs de risques comportementaux : consommation d’alcool et de tabac, alimentation de mauvaise qualité nutritionnelle et activité physique insuffisante. Les risques liés à l’alimentation, incluant une faible consommation de fruits et légumes, représentent quant à eux 13% de l’ensemble des décès.

L’alimentation : un levier transversal pour une santé globale

Avec l’activité physique et cognitive, l’alimentation est l’un des déterminants majeurs de la santé. D’après l’OMS, 11 millions de décès seraient ainsi liés chaque année aux conséquences d’une alimentation de mauvaise qualité nutritionnelle, dont près de 4 millions à une consommation insuffisante de fruits et légumes. Faire évoluer les habitudes alimentaires et en particulier la consommation de fruits et légumes est ainsi l’un des leviers à activer pour atteindre l’état complet de bien-être physique, mental et social.

Les fruits et légumes ont, en effet, un rôle protecteur vis-à-vis de nombreuses maladies non transmissibles. Leur sous-consommation est un facteur de risque majeur pour la santé, notamment vis-à-vis de l’obésité, des maladies cardiovasculaires, du diabète de type 2 et de plusieurs cancers. Mais au-delà de son effet physique, l’alimentation a un rôle sur la santé mentale des individus. Des études confirment le rôle bénéfique des fruits et légumes sur la santé mentale, la fonction cognitive, et la prévention des troubles psychologiques comme la dépression ou l’anxiété (Yuan, 2019 ; Tanaka, 2019 ; Ju, 2019).

De même que pour la santé, les habitudes alimentaires d’une personne sont, à la fois le reflet de facteurs sociétaux et d’un contexte individuel et sont étroitement liées au bien-être social et culturel qu’un individu pourra atteindre (Aymard 1993). Afin de réduire les inégalités sociales en matière de santé et de contribuer à améliorer la santé de tous, il appartient, à chacun, aux collectifs et aux politiques publiques d’améliorer la situation et de proposer des actions répondant aux différentes dimensions d’une santé globale et d’activer le levier qu’est l’alimentation saine et durable, incluant des fruits et légumes notamment.

Pour aller plus loin :

Retour