N° 214 | février 2021

COVID-19 et alimentation

Télécharger Imprimer

Édito

Depuis janvier 2020, le monde est confronté à une pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19)
causée par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2). La mise à distance sociale et
l’isolement individuel ont été mis en œuvre en différentes phases et avec des niveaux de restriction variables comme mesures extrêmes pour contrôler ou, du moins, atténuer la propagation de la maladie.
Cependant, ces mesures peuvent également avoir des effets négatifs sur la santé en affectant les comportements des personnes. Combinée aux mesures de confinement, la pandémie de COVID-19 touchant des millions de personnes, a entrainé des répercussions sur le mode de vie et les comportements de la population, y compris sur sa consommation alimentaire. Ce numéro d’Equation Nutrition est consacré aux comportements de santé durant la pandémie de COVID-19.
Le premier article, fondé sur la publication de C. de Faria Coelho-Ravagnani et al., résume les recommandations alimentaires qui ont été publiées dans les documents officiels des associations et organismes intervenant dans le domaine de la nutrition, des gouvernements nationaux et des organisations de santé. La consommation de fruits et légumes est recommandée par 70 % des documents recensés.
Le second article de MB. Ruiz-Roso et al. montre les changements d’habitudes alimentaires et d’activité physique chez les adolescents pendant la pandémie. Une augmentation de la consommation de légumineuses et de fruits et légumes a été constatée, ainsi qu’un pourcentage élevé d’inactivité physique.
Enfin, L. Laguna et al. étudient l’impact du confinement lié à la COVID-19 sur les comportements alimentaires. Les résultats mettent en évidence une augmentation des recherches sur Internet en lien avec la consommation et l’achat de produits alimentaires. Par ailleurs, les consommateurs ont acheté davantage de produits alimentaires bruts, probablement parce qu’ils cuisinent plus et prennent davantage de repas à la maison, en raison des longues périodes de fermeture des cafés, bars, pubs et restaurants.
Il n’est pas certain, à ce jour, que la période actuelle de confinement sera la dernière avant que les programmes de vaccination de la population ne parviennent à contrôler l’épidémie et à prévenir de nouvelles vagues dramatiques de cas graves de COVID-19. Toutefois, on peut penser que, dans un avenir proche, la planète devra apprendre à « vivre avec le virus », ce qui peut aussi inclure l’amélioration de la santé de la population en termes de poids corporel, d’activité physique et de composition du régime alimentaire. Les données disponibles sur l’alimentation et la santé confirment la préconisation de régimes alimentaires riches en fruits et légumes.

Elio Riboli
Professeur d'épidémiologie, prévention du cancer. Ecole de Santé Publique, Faculté de médecine - Imperial College de Londres - Royaume Uni
Voir l'article suivant