N° 181 | décembre 2017

Une alimentation saine riche en F&L reduit l’incidence des maladies cardiovasculaires chez les adultes de moins de 70 ans

Télécharger Imprimer

Dans le monde, les maladies cardiovasculaires (MCV) sont la première cause de mortalité par maladies non transmissibles avant 70 ans. Dans leurs recommandations, l’American Heart Association (AHA) et l’American College of Cardiology (ACC) mettent l’accent sur des «modèles alimentaires», plutôt que sur des aliments particuliers, tout en encourageant des modes de vie sains pour le coeur.

Si une évaluation des habitudes alimentaires est nécessaire pour délivrer des conseils adaptés, elle s’avère complexe dans la prise en charge clinique. D’où l’utilisation croissante de questionnaires alimentaires courts, identifiant les comportements et pratiques clés. En effet, l’attitude vis-à-vis de la nutrition et de l’alimentation est un puissant déterminant des choix et de la qualité des aliments consommés.

Etude prospective de Seguimiento: plus de 19 000 Espagnols suivis pendant plus de 9 années

Menée depuis 1999, l’étude Seguimiento de l’Université de Navarra (SUN) est une étude prospective de cohorte dynamique constituée d’adultes espagnols diplômés de l’université (www.unav.edu/departamento/preventiva/sun).

L’évaluation initiale comprenait un questionnaire semi quantificatif validé de fréquence de consommation alimentaire. Elle rassemblait un large éventail de caractéristiques, dont des variables socio-démographiques et cliniques ainsi que des habitudes en matière de santé.

Dans cette étude nous avons évalué de manière prospective l’association entre certains comportements en matière d’alimentation saine (oui/non) et l’incidence des maladies cardiovasculaires chez 19 138 participants. Nous avons établi un score d’attitudes d’alimentation saine assignant 1 point lorsque le comportement était présumé sain et 0 dans le cas contraire. Ainsi, les participants recevaient 1 point par réponse oui lorsqu’ils essayaient de manger plus de fruits, de légumes et de poissons, moins de sucreries et gâteaux, plus de fibres, moins de matières grasses, lorsqu’ils essayaient d’éviter la consommation de beurre, retiraient la graisse de la viande et ne sucraient pas leurs boissons. Dans le cas contraire, ils recevaient 0 point. Ils étaient ensuite classés en quatre groupes selon leur score initial : de 0 à 5 points, 6 à 7 points, 8 points et 9 à 10 points.

Les maladies cardiovasculaires étaient confirmées par un panel de médecins experts ainsi que par l’indice National de Décès.

Les scores les plus élevés sont associés à un risque inférieur de MCV

Les résultats ont montré que les participants ayant le plus haut score d’alimentation saine (9 ou 10) adoptaient davantage un régime méditerranéen et, en règle générale, présentaient des habitudes alimentaires et une consommation de macronutriments plus favorables.

139 événements cardiovasculaires (59 infarctus du myocarde non fatals, 31 AVC non fatals et 49 décès cardiovasculaires) ont été observés pendant un suivi moyen de 9,2 ans.

Nous avons montré que les scores les plus élevés étaient associés de manière indépendante à un risque inférieur de MCV [3-5 points: HR ajusté de 0,38 (IC 95 % : 0,18-0,81) ; 6-8 points : 0,57 (IC 95 % : 0,29-1,12) ; 9-10 points : 0,31 (IC 95 % : 0,15-0,67), comparativement au groupe 0-2 points].

La prévention des maladies cardiovasculaires passe par les fruits, les légumes et les céréales complètes

Dans notre étude, l’incidence des maladies cardiovasculaires était moins élevée chez les participants qui présentaient une alimentation plus saine.
Comme le montre le tableau 1, le risque de maladie cardiovasculaire était inférieur de respectivement 41, 38 et 31 % chez les participants qui s’efforçaient de consommer davantage de fruits, de légumes et de fibres, comparativement aux participants qui n’adoptaient pas ce comportement.

Il est établi qu’une consommation élevée de F&L améliore la qualité des glucides et les apports en fibres alimentaires, tout en fournissant des micronutriments protecteurs (potassium, folates, anti-oxydants, flavonoïdes) et s’associe à une baisse du risque d’AVC. En outre, le risque de MCV diminue avec la consommation de fibres et céréales complètes, probablement par une amélioration de l’IMC, la glycémie, des biomarqueurs inflammatoires, le profil lipidique et les effets antioxydants.

En revanche, nous n’avons trouvé aucun lien entre les autres comportements (ne pas sucrer les boissons, éviter le beurre, retirer la graisse de la viande, consommer moins de matières grasses, de viande, de sucreries et de gâteaux) et le risque MCV.

Un outil simple et utile pour étudier le lien entre l’alimentation et l’état de santé cardiovasculaire

Un court questionnaire concernant l’alimentation saine (particulièrement la consommation de fruits, légumes et fibres) peut être un outil facile et utile à utiliser en consultation pour la prévention primaire des MCV. Il pourrait également aider à identifier les patients présentant un risque probable supérieur de développer une MCV.

Susana Santiago
Université de Navarre, Pampelune, ESPAGNE
collaborateurs
Santiago S, Zazpe I, Gea A, de la Rosa PA, Ruiz-Canela M, Martínez-González MA. Healthy-eating attitudes and the incidence of cardiovascular disease: the SUN cohort. Int J Food Sci Nutr. 2017 Aug;68(5):595-604. DOI: 10.1080/09637486.2016.1265100. Epub 2016 Dec 28.
Retour Voir l'article suivant