N° 139 | février 2014

Carottes et panais, deux cousins très longtemps confondus

La carotte est aujourd’hui le deuxième légume le plus consommé en France, après la tomate (selon Kantar World Panel 2011, un légume acheté sur 5 est une carotte). En revanche, alors qu’il était autrefois très consommé, le panais avait sombré dans l’oubli le plus total, jusqu’à refaire timidement surface il y a quelques années.

Ces deux espèces sont pourtant cousines : elles appartiennent à la même famille botanique des Apiacées. Autrefois désignée par le terme Ombellifères, cette famille compte de nombreux légumes, herbes aromatiques et épices tels que le céleri (dont le nom latin est Apium), le fenouil et l’anis vert, le cerfeuil et le persil, le cumin et la coriandre… mais aussi la grande ciguë, très toxique (on sait que Socrate, accusé de corrompre la jeunesse, fut condamné à boire ce poison mortel).

Pendant l’Antiquité, la carotte (Daucus carota) et le panais (Pastinaca sativa) sont très souvent confondus par les naturalistes, et cette confusion subsiste tout au long du Moyen Âge et jusqu’à la Renaissance. Ces deux plantes sont des « légumes racines » qui, dans ces temps anciens, se ressemblent fortement : leur racine est grêle et allongée, avec une peau coriace et une texture fibreuse ; elle possède en outre une odeur forte, ne présente pas la saveur sucrée d’aujourd’hui et est de couleur jaunâtre ou blanchâtre (certains variétés sauvages du Proche-Orient arborent toutefois une coloration rouge).

Et la carotte devint orange

La carotte se rencontre aujourd’hui fréquemment à l’état sauvage le long de nos chemins de campagne. La plante se reconnaît aisément à ses très petites fleurs blanches qui forment des ombelles et au milieu desquelles, signe distinctif, se dresse une unique fleur de couleur pourpre. Sa culture est attestée en Europe plusieurs siècles avant le début de l’ère chrétienne, d’abord chez les Grecs puis chez les Romains. Il fallut cependant attendre le XVII° siècle pour que la racine de la carotte prenne son actuelle couleur orange. C’est en Hollande que la transformation eut lieu, sous les doigts experts des horticulteurs locaux. Ceux-ci croisèrent des variétés de couleur jaune ou blanche avec des variétés sauvages originaires de Syrie, de couleur rouge (ces dernières n’étaient pas appréciées par les consommateurs européens). Les sélectionneurs ne se contentèrent pas de modifier la couleur de la carotte : ils parvinrent également à la rendre plus tendre et plus sucrée. Cette carotte d’un nouveau type, dénommée « longue orange », connut rapidement un grand succès et évinça en peu de temps toutes les autres variétés. Elle s’imposa d’abord dans les pays du nord de l’Europe avant de traverser l’Atlantique pour se diffuser aux Etats-Unis. Mais les Français, pour leur part, ne découvrirent vraiment cette carotte orange qu’au XIX° siècle.

Panais, le retour…

Le mot panais viendrait du grec panakeia, panacée. Cette hypothèse confère à l’humble panais un grand pouvoir, celui de guérir tous les maux. Mais pour d’autres auteurs, l’origine serait plutôt pastus, mot latin signifiant nourriture. Le panais a bénéficié de nombreuses appellations populaires, rappelant sa proximité botanique avec la carotte : carotte sauvage, carotte d’hiver, pastenade blanche, pastina, etc. Pline l’Ancien, le grand naturaliste romain du Ier siècle, ainsi que l’agronome Columelle, son contemporain, l’évoquent dans leurs écrits. En France, le panais est une des plantes les plus présentes dans les potagers médiévaux. A la Renaissance, il est cultivé par le célèbre agronome Olivier de Serres et, au siècle suivant, il est semé par Jean-Baptiste de La Quintinie sur les terres du Potager du Roi, créé à Versailles à la demande de Louis XIV.

Evincé des terroirs de France par la carotte orange à partir du XIX° siècle, le panais finit par quasiment disparaître. Il était devenu, au fi l du temps, l’aliment de nécessité des paysans pauvres puis, plus infâmant encore, une nourriture pour les cochons (en revanche, dans d’autres pays comme la Grande-Bretagne, l’Irlande, les Etats- Unis ou le Portugal, le panais n’avait jamais disparu). Depuis une dizaine d’années, il fait cependant sa réapparition sur les étals des marchés, chez les détaillants en fruits et légumes et même dans les rayons de la grande distribution, porté par la vogue des légumes « oubliés » ou « anciens », aux côtés des topinambours, crosnes, radis noir, rutabagas, navets boule d’or et autres cerfeuils tubéreux.

De la carotte aux caroténoïdes

Les carottes sont riches en un puissant anti-oxydant, le bétacarotène (provitamine A) dont le nom vient précisément de celui du légume. C’est cette molécule qui confère aux racines leur belle couleur orange. 50 grammes de carottes râpées (une demi-portion) suffi sent à couvrir les besoins journaliers en bétacarotène. La carotte est également une source de vitamine B9 et contient des minéraux, principalement du potassium mais aussi du calcium et du magnésium, et elle est riche en fibres. La sagesse populaire, chacun le sait, attribue aux carottes d’autres vertus : celle de « rendre aimable », de « donner les fesses roses » (ou les cuisses) et d’améliorer la vision nocturne.

Eric Birlouez
Sociologue de l’agriculture et de l’alimentation, Paris, FRANCE
Retour