N° 180 | novembre 2017

Conseils de mode de vie par les optométristes : perceptions et expériences des patients

Télécharger Imprimer

Les fumeurs présentent un risque deux fois plus élevé de DMLA que les non-fumeurs

Le tabagisme et la nutrition sont deux facteurs clés du mode de vie dont les effets à long terme sur la santé oculaire ont été démontrés. L’usage du tabac est le facteur de risque modifiable le plus important pour la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) 1, les fumeurs présentant un risque au moins deux fois plus élevé de développer une DMLA que les individus n’ayant jamais fumé 2,3. En outre, il existe des preuves épidémiologiques étayant le fait qu’une alimentation riche en certains micronutriments - en particulier les caroténoïdes présents dans la macula (lutéine et zéaxanthine) ainsi que les acides gras oméga-3 - est associée à une diminution du risque d’apparition du stade tardif de la DMLA 4.

Toutefois, on dispose de peu d’informations concernant les perceptions et expériences des patients dans ces domaines, en lien avec les soins assurés par les optométristes qui prennent en charge la majorité des soins oculaires de base dans la population. L’objectif principal de cette étude était d’examiner les perceptions et expériences antérieures des patients concernant les questions liées au mode de vie posées par les optométristes et leurs conseils concernant l’usage du tabac et la nutrition.

Une étude sur 220 patients sur les soins optométriques et les conseils de mode de vie

Une enquête anonyme a été effectuée auprès d’adultes passant un test oculaire assuré par un optométriste à la Clinique des soins oculaires de l’Université de Melbourne en Australie. Les sujets concernés ont fourni des renseignements démographiques et d’autres informations pertinentes (l’âge, le sexe, le délai écoulé depuis leur dernier examen oculaire, le pays dans lequel s’est déroulé leur examen oculaire le plus récent, l’usage du tabac et la prise de suppléments nutritionnels). Ils ont rapporté leur degré d’accord à l’aide d’une échelle de Likert en cinq points portants sur les soins fournis par les optométristes dans les domaines de la santé en général, du tabagisme et de la nutrition. Au total, 220 enquêtes ont été intégrées dans l’analyse.

Un tiers des personnes sont interrogées régulièrement par leur optométriste sur leur mode de vie

Plus de 80 % des personnes ayant répondu à l’enquête ont reconnu se rendre à une visite chez leur optométriste pour mesurer leurs défauts de réfraction et évaluer la santé de leurs yeux. Deux tiers des personnes ayant répondu à l’enquête ont indiqué s’attendre à ce que leur optométriste les interroge sur leur santé globale et la moitié de celles-ci, à ce que qu’il communique avec leur médecin généraliste. Environ un tiers des personnes ayant répondu à l’enquête ont indiqué que leur optométriste les interrogeait régulièrement sur leur tabagisme éventuel, leur régime alimentaire et la prise de suppléments nutritionnels. Concernant les comportements liés au mode de vie, près de trois personnes sur quatre se sentaient à l’aise pour parler avec l’optométriste.

Des sessions brèves de conseils liés au régime alimentaire et au tabac sont bien acceptées dans les consultations d’optométrie

Cette étude fournit le premier aperçu des perceptions et expériences des patients concernant la pratique optométrique en Australie dans les domaines du tabagisme et de la nutrition. Nous avons mis en évidence que la plupart des individus passant un test oculaire en Australie s’attendent à ce que leur optométriste examine leur santé oculaire, les interroge sur leur tabagisme éventuel et leurs habitudes alimentaires. Ils reconnaissent également parler facilement de ces sujets avec celui-ci. Ces données démontrent que les patients reconnaissent l’expertise des optométristes dans l’apport de soins comprenant l’évaluation de la santé oculaire. Notre étude souligne également que des sessions brèves de conseils liés à l’usage du tabac et au régime alimentaire peuvent être acceptées dans les consultations d’optométrie.

Un apport quotidien en légumes colorés

En ce qui concerne les conseils relatifs à la nutrition, les optométristes sont bien placés pour fournir des recommandations simples sur les comportements alimentaires sains à leurs patients. La Fondation australienne pour la dégénérescence maculaire encourage un régime alimentaire équilibré, comprenant notamment un apport quotidien en légumes colorés. Des soins plus complexes centrés sur la nutrition pourraient alors être assurés par une prise en charge conjointe avec les médecin

Laura Downie
Maître de conférences, Département d’optométrie et des sciences de la vision, Université de Melbourne, AUSTRALIE
D’après : Downie LE, Douglass A, Guest D, Keller PR. What do patients think about the role of optometrists in providing advice about smoking and nutrition? Ophthalmic Physiol Opt. 2017 Mar;37(2):202-211.
  1. Thornton J, Edwards R, Mitchell P, Harrison RA, Buchan I & Kelly SP. Smoking and age-related macular degeneration: a review of association. Eye (Lond) 2005; 19: 935–944.
  2. Smith W, Assink J, Klein R et al. Risk factors for age-related macular degeneration: pooled findings from three continents. Ophthalmology 2001; 108: 697–704.
  3. Tomany SC, Wang JJ, Van Leeuwen R et al. Risk factors for incident age-related macular degeneration: pooled findings from 3 continents. Ophthalmology 2004; 111: 1280–1287.
  4. Downie LE & Keller PR. Nutrition and age-related macular degeneration: research evidence in practice. Optom Vis Sci 2014; 91: 821–831.
Retour Voir l'article suivant