N° 172 | février 2017

Fruits, légumes et produits laitiers : la base d’une nouvelle approche efficace à l’école le Nutriathlon !

S’il est établi que l’obésité est un problème complexe et multifactoriel, des habitudes alimentaires malsaines sont un élément important qui contribue à l’émergence de l’obésité chez les enfants et à ses conséquences sur la santé ¹. La dernière enquête canadienne sur la santé a révélé que les enfants adoptent des habitudes alimentaires qui ne sont pas optimales et que les fruits et légumes (F&L) et les produits laitiers sont les deux catégories d’aliments pour lesquelles la plus forte proportion d’enfants et d’adolescents ne respecte pas les recommandations ².

Fruits, légumes et produits laitiers: une stratégie utile pour prévenir et traiter l’obésité

En plus de posséder une forte densité nutritionnelle, les F&L et les produits laitiers pourraient jouer un rôle important dans le traitement et la prévention de l’obésité chez l’enfant. Dans une précédente étude nous avons observé, parmi 41 groupes d’aliments qu’une plus grande consommation de fruits entiers et de lait demi-écrémé était systématiquement associée à une meilleure maîtrise du poids. Néanmoins, les sujets de notre étude étaient des adultes 3. Chez les enfants, des études à court terme ont montré que l’ajout de F&L à leurs repas peut réduire l’apport calorique en diminuant la densité énergétique 4. Une étude d’intervention a également démontré un effet bénéfique de l’augmentation des F&L et des produits laitiers dans l’alimentation des enfants, comparativement à une approche plus restrictive, consistant à réduire la consommation de graisses 5. Ces résultats viennent confirmer les données qui montrent que souvent une augmentation de la consommation de F&L ou de produits laitiers a souvent pour effet une réduction de la prise d’encas ou d’aliments déséquilibrés 6-8. Ainsi, une consommation élevée de ces deux groupes d’aliments semble constituer une stratégie utile pour prévenir et traiter l’obésité.

À l’université Laval, notre groupe de recherche a élaboré un programme de nutrition appelé « Le Nutriathlon en équipe », qui a pour objectif d’augmenter et diversifier la consommation de F&L et de produits laitiers chez les enfants / adolescents.

Qu’est-ce que le Nutriathlon en équipe ?

Le Nutriathlon en équipe est un programme de nutrition à l’école de huit semaines, durant lesquelles les élèves sont encouragés à atteindre des objectifs individuels et collectifs concernant la quantité et la diversité de F&L et de produits laitiers, fixés sur la base du Guide alimentaire canadien 9.

Dans le cadre des objectifs individuels, chaque élève doit consommer un certain nombre de portions par jour, tandis que les objectifs collectifs visent à la fois la quantité et la variété. Les participants consignent leur consommation quotidienne de F&L et produits laitiers pour chaque jour de la semaine (hors week-end) pendant la totalité des huit semaines. Ce processus d’autosurveillance permet de produire des résumés toutes les deux semaines. Toutes les deux semaines, pendant une « période de régulation », les élèves se réunissent par équipe, lisent les comptes rendus et analysent leurs résultats au regard de leurs objectifs collectifs. Ils révisent également leurs résultats individuels et en équipe, puis identifient des stratégies pour maintenir, voire augmenter leur consommation de F&L et de produits laitiers. Ce programme est donc conçu pour augmenter l’autonomie des enfants (leur capacité à prendre des décisions et à contrôler leurs choix alimentaires) de manière à adopter progressivement et durablement une alimentation saine.

Une efficacité démontrée et un programme innovant

Dans notre première étude, nous avons évalué l’efficacité de ce programme qui incluait 404 enfants de CM2 et 6e (intervention n = 242, groupe témoin n = 162), qui utilisaient du papier et un stylo pour enregistrer leurs apports 9. À l’issue de cette intervention, et même 10 semaines après le programme, les participants du Nutriathlon avaient significativement augmenté leur consommation de F&L et de produits laitiers comparativement aux élèves du groupe témoin.

Suite à ces résultats positifs, nous avons décidé d’évaluer l’efficacité du programme chez les adolescents. Les études ont montré que l’utilisation d’Internet dans la prévention de l’obésité chez les jeunes est une stratégie efficace pour les programmes visant à modifier les habitudes alimentaires dans l’environnement scolaire >sup>10-14. Cette version du Nutriathlon en équipe permettait donc aux participants de consigner leurs résultats en ligne. Ainsi, notre seconde étude a évalué l’impact du «Nutriathlon en ligne» parmi 282 lycéens (intervention n = 193, groupe témoin n = 89) 15. Dans le cadre de cette version en ligne, une augmentation significative de la consommation de F&L et de produits laitiers a été observée parmi ce groupe d’adolescents. Le Nutriathlon en équipe semble donc être une approche efficace et innovante en vue de favoriser la consommation de F&L et laitages chez les enfants et les adolescents - au moins à court terme.

Des résultats prometteurs dans les familles

Nos précédents résultats ayant démontré le rôle clé de l’implication des parents dans la réussite du programme, la prochaine étape de cette initiative consiste à évaluer son efficacité parmi les familles comptant au moins un enfant obèse. Dans le cadre de notre projet pilote, portant sur 13 familles randomisées dans le groupe Nutriathlon ou dans un groupe témoin, les résultats ont montré que l’intervention augmente la consommation de F&L et de produits laitiers chez les enfants, tout en améliorant la qualité globale de leur alimentation, comparativement au groupe témoin (Drapeau et al., étude non publiée).

Globalement, ces résultats suggèrent qu’en matière de prévention de l’obésité chez l’enfant, ce programme représente une initiative prometteuse, positive et non restrictive non seulement aussi bien dans un cadre scolaire qu’en tant qu’outil clinique.

Vicky Drapeau
Département d’éducation physique - Centre de recherche de l’Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels, Université Laval, Québec City, CANADA
  1. Must A, Strauss RS. Int J Obes Relat Metab Disord 1999;23 Suppl 2:S2-11.
  2. Garriguet D. In: canadiennes RdlEslsdlc, ed.: Statistique Canada, 2006.
  3. Drapeau V, et al. Am J Clin Nutr 2004;80(1):29-37.
  4. Pourshahidi LK, et al. Proc Nutr Soc 2014;73(3):397-406.
  5. Epstein LH, et al. Obes Res 2001;9(3):171-8.
  6. Tak NI, et al. J Hum Nutr Diet 2010;23(6):609-15.
  7. Bere E, et al. Int J Behav Nutr Phys Act 2015;12:139.
  8. Andersen LB, et al. Int J Food Sci Nutr 2016;67(3):314-24.
  9. Drapeau V, et al. J Sch Health 2016;86(5):353-62.
  10. Hamel LM, et al. J Adv Nurs 2013;69(1):16-30.
  11. Di Noia J, et al. Am J Health Promot 2008;22(5):336-41.
  12. Mauriello LM, et al. Prev Med 2010;51(6):451-6.
  13. Winett R, et al. Journal of Gender, Culture and Health 1999;4(3):239-54.
  14. Randi Schoenfeld E, et al. Health Promot Pract 2010;11(1):104-11.
  15. Chamberland K, et al. ISBNPA online abstract book 2015;190:335.
Retour Voir l'article suivant