N° 73 | décembre 2007

La méthodologie du deuxième rapport d’experts

Télécharger Imprimer

Une méthodologie rigoureuse

En premier, le second Rapport d’Experts FMR/AICR a du définir une procédure pour déterminer la pertinence des études et les meilleurs moyens de les analyser pour permettre de conclure de façon valable. Il n’existait pas de méthode établie permettant d’évaluer les données concernant la causalité de la maladie, notamment l’influence de l’alimentation sur le cancer. La méthodologie de ce rapport a donc été élaborée par un panel de 20 experts de différentes disciplines, dont la nutrition, l’épidémiologie, la cancérologie, la recherche expérimentale, les revues systématiques et la santé publique. Les instructions pour ce type de revue de la littérature scientifique ont été publiées dans un manuel pouvant servir aux prochaines revues de littérature systématiques (SLRs).

Neuf équipes indépendantes de scientifiques issus d’institutions américaines, britanniques et européennes ont été chargées d’effectuer des SLRs sur 17 types de cancer, de même que sur les survivants du cancer, les facteurs déterminants de l’obésité et les rapports de référence concernant les maladies chroniques comme les maladies cardiovasculaires. Un premier survol a permis de recueillir 500 000 études dont 7 000 ont été jugées pertinentes.

Un panel d’experts a travaillé pendant 5 ans

Plusieurs méthodes ont été utilisées pour étudier la prévention du cancer. Toutes ont des avantages et des inconvénients, mais aucune n’est parfaite. Même les essais contrôlés randomisés, qui sont bien adaptés aux médicaments, atteignent leurs limites lorsqu’il s’agit d’étudier des maladies chroniques comme le cancer et des expositions complexes durant toute une vie comme l’alimentation et la nutrition. Le deuxième Rapport d’Experts global du WCRF/AICR a donc utilisé une approche dite de “portefeuille” pour synthétiser les données, évaluer tous les types de recherche et prendre en considération les avantages et les inconvénients de chacun.

Le FMRC et l’AICR ont commandé et financé le Second Rapport d’Experts, mais le contenu a été piloté par un panel indépendant de 21 scientifiques de renommée mondiale. Le panel d’experts a travaillé pendant 5 ans pour évaluer et comparer les études sélectionnées par les centres SLR. Ses conclusions et recommandations reposent sur des preuves scientifiques solides. Ont également participé des observateurs officiels de six organisations internationales : L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Organisation pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO), l’Organisation pour l’Enfance des Nations Unies (UNICEF), l’Union Internationale des Sciences de la Nutrition (IUNS), l’Union Internationale Contre le Cancer (UICC), et l’Institut International de Recherche sur les Politiques Alimentaires (IFPRI).

Seules les évaluations “convaincantes” ou “probables” ont été retenues

Le Second Rapport d’Experts « Alimentation, Nutrition, Activité Physique et Prévention du Cancer : Une perspective mondiale » a établi les recommandations individuelles et collectives les plus récentes. Lors de l’évaluation, chaque facteur susceptible d’affecter le risque de cancer a été noté selon la puissance, la qualité et la quantité des preuves scientifiques. Le panel a noté la probabilité qu’un facteur particulier puisse provoquer un cancer, ou en protéger, comme « convaincant » ou « probable ». S’il n’y avait pas de preuves suffisantes, le panel attribuait les mentions « limité– mais évocateur » ou « limité – pas de conclusion ». Parfois, la seule conclusion possible était qu’un effet significatif sur le risque était peu probable. Seules les évaluations “convaincantes” ou “probables” ont servi de base pour les 10 recommandations WCRF/AICR.

Une mise à jour régulière du rapport

Ce rapport repose sur les meilleures preuves disponibles actuellement. Il regroupe les études pertinentes publiées jusqu’à la fin de 2006. A l’avenir, le FMRC et l’AICR se sont engagés à poursuivre l’évaluation des preuves scientifiques dans le domaine de l’alimentation, de la nutrition, de l’activité physique et de la prévention du cancer. Le WCRF et l’AICR vont établir un programme continu de revue pour permettre la mise à jour régulière du rapport. Ainsi, ses conclusions et ses recommandations resteront à jour et seront bien étayées. Un panel d’experts révisera et analysera régulièrement les nouvelles études et les résultats seront publiés sur Internet et dans des revues spécialisées. (http://www.dietandcancerreport.org/cu)

La suite en novembre 2008

Le Second Rapport d’Experts présente des recommandations individuelles et collectives mais ce n’est qu’une première étape. Un objectif tout aussi important est de comprendre comment réussir à appliquer ses recommandations. C’est pour cette raison que le FMRC et l’AICR ont demandé un rapport supplémentaire : “Programmes de Prévention du Cancer : Alimentation, Nutrition, et Activité Physique – Une Perspective Mondiale” qui devrait être publié en Novembre 2008. Destiné aux décideurs, il discutera des raisons pour lesquelles les personnes adoptent certains comportements alimentaires et activités physiques au cours de leur vie. Il examinera l’impact des interventions et de la politique sur ces comportements.

(http://wwwdietandcancerreport.org/pr)

Emma Copeland
WCRF - Secretariat
Retour Voir l'article suivant