N° 125 | novembre 2012

Prévention du diabète de type 2 : importance de la quantité et de la variété des fruits et légumes

Télécharger Imprimer

L’Organisation Mondiale de la Santé recommande de consommer, chaque jour, au moins 400g ou 5 portions (de 80g en moyenne) de fruits et légumes (F&L) pour prévenir des maladies chroniques majeures comme le diabète de type 2. Ces recommandations sont actuellement adoptées par de nombreuses agences sanitaires. Des programmes ‘5 par jour’ au Royaume-Uni et d’autres programmes similaires, dans des pays comme les Etats-Unis, préconisent de consommer une grande variété de F&L.

Clarifier les contributions respectives des quantités et variétés des F&L consommés

Il existe de nombreuses preuves de l’efficacité des interventions sur le
mode de vie dans la prévention primaire du diabète et la promotion de la consommation accrue de F&L, en général, constitue un volet important de cette prévention 1-3. Jusqu’à présent, cependant, le rôle préventif spécifique des diverses variétés de F&L consommés n’a pas été étudié.

On estime que le nombre de cas de diabète de type 2 dans le monde va passer de 366 à 522 millions entre 2011 et 2030 4. Face à ce fardeau croissant, il est important de clarifier les contributions respectives de la quantité et de la variété des F&L consommés, afin de développer des politiques de santé publique efficaces pour prévenir cette maladie.

Nous avons conçu cette étude pour répondre aux deux questions suivantes :

  • La quantité de F&L consommés, est-elle liée au risque de développer un diabète après ajustement de la variété des végétaux ?
  • Inversement, la variété des F&L est-elle liée au risque de diabète après ajustement des quantités consommées ?

Une évaluation réalisée dans le cadre EPIC-Norfolk

L’étude Européenne Prospective sur le Cancer à Norfolk, EPIC-Norfolk (European Prospective Investigation of Cancer-Norfolk) est une étude de cohorte, basée sur une population de 25 639 hommes et femmes, âgés de 40 à 75 ans, habitant Norfolk au Royaume Uni 5. Les participants ont eu un examen médical entre 1993 et 1997 et leur consommation alimentaire a été estimée par un journal alimentaire sur 7 jours. Au cours des 11 années de suivi, nous avons confirmé 892 nouveaux cas de diabète et constitué un groupe représentatif de 4 000 participants pour effectuer la comparaison (sous-cohorte aléatoire). Après exclusions, l’échantillon final comprenait 653 nouveaux cas de diabète et 3 166 personnes dans la sous cohorte. Les quantités de fruits, de légumes et de F&L combinés, consommées chaque jour ont été calculées. La variété des fruits, des légumes et des F&L combinés a été estimée en calculant le nombre total d’aliments consommés au moins une fois dans la semaine 6.

La variété des F&L et de la quantité des légumes réduisent le risque de diabète

Après ajustement, et prise en compte de la variété des aliments consommés, nos analyses ont montré que les participants du tertile supérieur pour les quantités de légumes consommées (par rapport à ceux du tertile inférieur) avaient une réduction de 24% de l'incidence de diabète de type 2 (Intervalle de confiance (IC) à 95% : réduction de 3 à 40%).

Il n’y avait, en revanche, aucun lien avec les quantités de fruits consommées (réduction de 9%, IC à 95 % : de 29% de réduction à une augmentation de 16%).

Pour les F&L combinés, le risque se rapprochait des limites inférieures (réduction de 21%, IC à 95% : réduction de 0% à 38%).

Concernant la variété des fruits, des légumes et des F&L combinés, l'augmentation a été constamment liée à une moindre incidence du diabète avec des réductions de :

  • 30% [IC 95% : 9% à 47%] pour la variété des fruits,
  • 23% [IC 95% : 2% à 39%] pour la variété des légumes,
  • 39% [IC 95% : 22% to 52%] pour la variété des F&L combinés.

Ces réductions étaient indépendantes de l’effet des quantités consommées. Nos analyses ont pris en compte d’importants facteurs liés au risque de diabète ou à des styles de vie plus sains chez les participants ayant une plus forte consommation de F&L (âge, sexe, indice de masse corporelle, tour de taille, niveau d’éducation, niveau de restriction, classe sociale, tabagisme, niveau d’activité physique, antécédents familiaux de diabète, apport énergétique, saison).

Un bénéfice maximal dans la prévention du diabète

Nos résultats soulignent l’importance et les rôles indépendants de la quantité et de la variété des végétaux consommés. Ils suggèrent qu’une alimentation associant à la fois une plus grande quantité de légumes et une plus grande variété de F&L peut potentiellement réduire le risque du diabète. Mécanismes biologiques incriminés : le moindre apport énergétique et la quantité accrue des fibres dans les F&L associés à des micronutriments et des substances phyto-chimiques bioactives.

D’une manière générale, en plus de consommer au moins 5 portions de F&L chaque jour, il faudrait également sélectionner ces portions dans différentes catégories de F&L si l'on souhaite obtenir un bénéfice maximal dans la prévention du diabète.

Andrew J. Cooper
Unité d’Epidémiologie du Conseil de Recherche Médicale (MRC), Institut des Sciences Métaboliques, Hôpital Addenbrooke, Cambridge, Royaume-Uni
Nita G. Forouhi
MRC Epidemiology Unit, University of Cambridge School of Clinical Medicine, ROYAUME-UNI
  1. Gillies, C.L., et al., Pharmacological and lifestyle interventions to prevent or delay type 2 diabetes in people with impaired glucose tolerance: systematic review and metaanalysis. BMJ, 2007. 334(7588): p. 299-302.
  2. Pan, X.R., et al., Effects of diet and exercise in preventing NIDDM in people with impaired glucose tolerance. The Da Qing IGT and Diabetes Study. Diabetes Care, 1997. 20(4): p. 537-44.
  3. Tuomilehto, J., et al., Prevention of type 2 diabetes mellitus by changes in lifestyle among subjects with impaired glucose tolerance. N Engl J Med, 2001. 344(18): p. 1343-50.
  4. International Diabetes Federation, IDF Diabetes Atlas, Fifth Edition. 2011, Brussels: International Diabetes Federation.
  5. Day, N., et al., EPIC-Norfolk: study design and characteristics of the cohort. European Prospective Investigation of Cancer. Br J Cancer, 1999. 80(1): p. 95-103.
  6. Cooper, A.J., et al., A prospective study of the association between quantity and variety of fruit and vegetable intake and incident type 2 diabetes. Diabetes Care, 2012. 35(6): p. 1293-300.
Retour Voir l'article suivant