N° 101 | septembre 2010

Comportements alimentaires des adolescents

Télécharger Imprimer

Édito

Les aliments à l’adolescence

L’adolescence, caractérisée par de rapides changements biologiques, psychologiques et sociaux, est l’une des étapes de la vie la plus dynamique et la plus complexe. L’adolescence est l’âge des comportements exploratoires, parfois risqués, et un moment particulièrement important sur le plan physiologique où l’on a besoin d’une bonne hygiène de vie, en particulier d’une alimentation de haute qualité nutritionnelle.

Les comportements alimentaires des adolescents jouent probablement un rôle important dans le développement de nombreuses maladies chroniques, y compris le surpoids et l’obésité. De plus, les comportements alimentaires, les préférences et les habitudes adoptés durant cette phase de la vie peuvent perdurer à l’âge adulte. De nombreux adolescents s’alimentent mal. Ainsi, dans l’étude HBSC (Health Behaviour in School Children), moins de deux jeunes sur cinq mangent un fruit par jour et seulement un sur trois des légumes tous les jours. De plus, aux Etats-Unis, les tendances nutritionnelles suggèrent que la consommation calorique quotidienne augmente chez les jeunes, surtout à partir d’aliments riches en énergie et de faible densité nutritionnelle, composés de snacks, de repas à l’extérieur et de portions plus grandes.

Les nouvelles données présentées dans ce numéro, apportent des précisions sur les comportements alimentaires des adolescents. En particulier, les adolescentes auraient des comportements inadaptés pour contrôler leur poids, consistant en des apports alimentaires appauvris et des sauts de repas. La probabilité de consommer des aliments à l’extérieur du domicile est également plus élevées chez les filles que chez les garçons. Si l’alimentation hors domicile peut ajouter un certain nombre d’aliments et de nutriments dans l’alimentation, elle est également associée à une plus forte consommation calorique sous forme de graisses et de sucres. De plus, l’alimentation « obésogène » et l’activité physique sont faiblement associés, et ces associations sont différentes chez les filles et les garçons.

Ces résultats soulignent la complexité des comportements alimentaires des adolescents. L’existence de différences entre filles et garçons nécessite davantage d’études afin de mieux comprendre les multiples influences sur les comportements alimentaires des adolescents. Nous pourrons alors mettre en oeuvre des campagnes efficaces de promotion de comportements plus sains chez les adolescents.

Natalie Pearson
Centre pour l’Activité Physique et la Recherche en Nutrition, Ecole des Sciences de l’Exercice et de la Nutrition, Université de Deakin
Voir l'article suivant