N° 87 | mai 2009

5 fruits et légumes par jour ! Grâce à Babyland, les crèches sont maintenant concernées

Télécharger Imprimer

L'enfance est une période critique du développement des habitudes alimentaires. En particulier, la préférence pour les légumes est partiellement déterminée à l'âge de 2 - 3 ans1. Les agences gouvernementales de santé publique recommandent, pour les enfants de plus de deux ans, une consommation d'au moins cinq portions de fruits et légumes (F&L) par jour. Cette recommandation est valable, non seulement au sein du cocon familial, mais aussi dans les crèches qui doivent mettre en pratique ce qu'elles enseignent. Consciente de cet enjeu, l'association Babyland, gestionnaire de 6 crèches à l'île de La Réunion a relevé un défi : faire manger au moins deux portions de (F&L) par jour aux enfants accueillis dans ses structures.

Assurer la conformité de l'alimentation dans les crèches avec les recommandations

Afin d'améliorer l'offre alimentaire dans ses crèches, l'association Babyland s'est attachée les services de l'Institut Régional d'Education Nutritionnelle (IREN). Les recommandations relatives à la nutrition pour la restauration collective, parues en 1999 (GPEM DA) - et surtout celle du 4 mai 2007 (GEM RCN) - ont servi de cadre. Concernant les nourrissons et les jeunes enfants, les objectifs de cette recommandation sont de :

  • rééquilibrer les apports en acides gras,
  • augmenter la consommation de fruits, de légumes et de féculents,
  • diminuer les apports en glucides simples ajoutés et en protéines,
  • couvrir les besoins en fer.

Structure des repas, fréquence de présentation des différents plats et taille des portions sont également précisées.

Les objectifs de l'intervention de l'IREN sont d’assurer la conformité de l'offre alimentaire proposée en crèche avec ces recommandations. Plusieurs étapes ont été nécessaires pour y parvenir.

De la cuisine à la directrice, tout le personnel est concerné

  • En crèche, trois repas sont proposés aux enfants : collation du matin, déjeuner et goûter. La SOPRES, entreprise locale de restauration, prépare et livre les denrées et repas à l'ensemble des crèches. Son personnel de cuisine a donc été formé à la maîtrise des recommandations du GPEM DA puis du GEM RCN et à leur mise en œuvre dans le cadre de la restauration collective destinée à la petite enfance. L’objectif est de faire comprendre au personnel de cuisine que, pour s'assurer de la qualité de l'offre alimentaire, l'élaboration de la liste des ingrédients nécessaires à la réalisation des menus devait s'appuyer sur les fréquences de services des plats et les tailles des portions définies par les recommandations du GEM RCN.
  • Les repas sont réceptionnés par le personnel de la crèche qui en assure le service. Il a fallu sensibiliser ce personnel à l'équilibre alimentaire du jeune enfant en crèche, en s'appuyant sur les recommandations du GEM RCN, particulièrement sur les tailles des portions. Pour chaque plat, le personnel était invité à établir des équivalences entre le poids et les mesures usuelles de volumes.
  • L'élaboration de la collation du matin et du goûter est du ressort des directrices de crèches. En se référant au GEM RCN, nous les avons sensibilisées sur les choix et les quantités d'aliments de ces petits repas. Des enquêtes réalisées auprès des parents ont révélé que les enfants arrivent le matin à la crèche en ayant mangé. Si les aliments les plus consommés à la maison le matin sont les produits laitiers et céréaliers, en revanche, les F&L sont quasiment absents ! Fort de ce constat, nous
    avons donc décidé d'accueillir les enfants le matin avec un fruit ou un légume.

L'impact de la semaine Fraich'attitude

Profitant de la période de la “semaine fraich'attitude”, une expérimentation a été menée. Devant le succès rencontré, il a été décidé de maintenir cette habitude, si bien qu'aujourd'hui, dans les crèches de Babyland le matin, les enfants sont accueillis avec des fruits ou des légumes frais (fournis par la SOPRES).

Pour compléter ces actions, une “commission menu” a été créée. Regroupant un nutritionniste, le personnel de cuisine et les directrices de crèche, elle se réunit une fois par semestre. Son rôle est de valider les nouveaux menus, et faire le point sur les menus servis. En outre, à chaque réunion, un thème d'actualité sur l'alimentation du jeune enfant est développé.

Sans oublier l'implication des parents !

Conscients du travail effectué et de la nécessité de le voir poursuivi dans les familles, il nous a semblé nécessaire de sensibiliser les parents. Des conférences leur ont expliqué ce que devait être l'alimentation des enfants à la maison, afin de maintenir une complémentarité entre la famille et la crèche en matière d'équilibre alimentaire de l'enfant sur la journée.

Il leur a été précisé que la portion de F&L du petit déjeuner serait servie aux enfants par la crèche lors de l'accueil. En revanche, la portion du fruit ou légume du goûter était de leur responsabilité. On a également expliqué que la portion de viande servie le midi à la crèche correspondait à la ration quotidienne et qu'en conséquence, chez un enfant qui avait bien pris son déjeuner, de la viande, du poisson ou des œuf au dîner n'étaient pas nécessaires.

3 + 2 = 5 (par jour !)

Aujourd'hui dans les crèches de l'association Babyland, les menus du déjeuner respectent les recommandations du GEM RCN, aussi bien pour la fréquence de présentation des plats que pour les portions servies. Il en est de même pour la structure du goûter. Les enfants étant accueillis le matin avec un fruit ou un légume, si l'on rajoute la portion de légume et de fruit du déjeuner, les enfants repartent à la maison en ayant consommé 3 portions de légumes et fruits. Pour compléter, les parents sont encouragés à accueillir l'enfant à la sortie de la crèche avec un fruit ou un légume. Au final, si l'on ajoute la portion de légume ou de fruit du dîner, l'enfant aura donc pris ses cinq portions de F&L quotidiens.

Importance de l'exposition au cours des deux premières années

L'augmentation de la consommation de F&L est l'une des six stratégies clés recommandées pour prévenir le surpoids chez les enfants2. L'un des facteurs les plus déterminants de l'appréciation d'un aliment particulier par un enfant est son degré de familiarité avec cet aliment3. Or la familiarité dépend de l'exposition. Exposer l'enfant aux F&L, consiste à lui en proposer régulièrement aux différents repas, tant à la maison qu'à la crèche. Ainsi, on lui donne de bonnes habitudes. Quand on sait qu'exposer les enfants à une grande variété de fruits durant leur deux premières années de vie est un facteur prédictif de la variété des fruits consommés par ces enfants en âge scolaire4, on mesure l'importance d'une telle démarche.

Fridor Funten
IREN (Institut Régional d’Education Nutritionnel) - Île de La Réunion
  1. Sophie Nicklaus, Equation nutrition, Juin 2006, P.3
  2. Sherry B., Int J Obes, 2005, 29, S116 – S126
  3. Birch LL, Journal of Nutrition Education, 1979, 11, 77 – 80
  4. Skinner JD et al., J Nut Educ and Behav. 2002, 34, 310 – 315
Retour Voir l'article suivant