N° 132 | juin 2013

Brocoli « force de frappe » ou Carottes « pour vision aux rayons X » ? Ou comment augmenter la consommation des légumes à l’école !

S’il est bien connu que le marketing influence l’achat et la consommation d’aliments, il est encore rarement utilisé dans le but de faciliter la sélection et la consommation d’aliments sains. Prenons le cas du déjeuner pris à l’école où, aux Etats-Unis, les enfants ingèrent une part significative de leurs apports caloriques journaliers. Le marketing est présent à la cantine par le biais de contrats privés (industrie agro–alimentaire) et publics (rectorats) qui mettent à disposition une grande variété d’aliments pas toujours très sains…

Récemment, la nutrition dans les écoles a été améliorée grâce aux modifications apportées par le Ministère de l’Agriculture (US Department of Agriculture - USDA). Le « programme national de déjeuner à l’école » (The National School Lunch Program) offre aux écoles des repas gratuits ou à prix réduits à la condition que ces repas correspondent aux recommandations nutritionnelles. Ainsi, les aliments proposés seront plus sains. Cependant, les enfants ne choisiront pas et ne consommeront pas forcément des aliments sains simplement parce qu’on a multiplié les choix. Cela pourrait devenir possible grâce à une meilleure perception des aliments sains – comme les légumes. Nous avons donc testé si, en attribuant des noms attrayants aux légumes, les enfants les choisissaient et en consommaient plus souvent. Si elle fonctionne, cette approche pourrait offrir un moyen simple, peu coûteux et durable d’augmenter la consommation des légumes à l’école.

Pour plus d’informations, lisez les paragraphes suivants…

Des carottes pour vision aux rayons X

Le même déjeuner standard a été servi à 147 écoliers (âgés de 8 à 11 ans) dans cinq écoles différentes. Seuls variaient les noms donnés aux plats de légumes. On a servi à un tiers des écoliers des carottes appelées « Carottes pour vision aux rayons X », à un autre tiers des carottes « Aliment du jour » et au dernier tiers des « carottes » sans appellation spéciale. Les quantités de carottes servies étaient similaires mais les carottes appelées « Carottes pour vision aux rayons X » ont été consommées en plus grande quantité. Quand on leur a proposé des « Carottes pour vision aux rayons X », les écoliers ont consommé 65,9% de leur portion, comparé à 32 % pour les carottes « Aliment du jour » et 35,1% pour les carottes sans appellation.

Une efficacité à long terme

Pour évaluer si le fait de donner des noms attractifs aux légumes pouvait fonctionner à long terme, dans un plus grand groupe d’écoliers, nous avons suivi cette même stratégie en utilisant d’autres légumes, pendant deux mois dans deux écoles différentes. Dans les vitrines du self, on donnait aux légumes des noms attrayants, imprimés sur de petits cartons placés à coté de chaque aliment. Plus de 40 000 repas ont été servis.

Par rapport aux vitrines où les légumes n’avaient pas de nom, nous avons observé une augmentation du choix de légumes :

  • 109,4% pour le brocoli (« Brocoli force de frappe »)
  • 176,9% pour les haricots verts («Haricots idiots rigolos »)
  • 30,2% pour les carottes («Carottes pour vision aux rayons X »)

Des méthodes marketing simples

Le plus encourageant dans tout cela c’est que c’est un élève qui a bénévolement attribué ces noms et qu’il a lui-même mené la seconde étude.

Ainsi, de simples changements à la cantine, imaginés sur place et facilement instaurés, peuvent avoir un impact important sur les comportements des autres. Avec le temps, ceci peut améliorer la santé de nombreuses personnes.

Comme quoi, l’application de méthodes marketing toutes simples peut avoir des effets importants sur le choix et la consommation de légumes !

Collin R. Payne
Département d’Economie Appliquée et de Gestion, Université de Cornell, NY, USA
collaborateurs
Wansink B, Just DR, Payne CR, Klinger MZ. “Attractive names sustain increased vegetable intake in schools.” Prev Med. 2012 Oct;55(4):330-2.
Retour Voir l'article suivant