Équation nutrition

N° 229 | juillet 2022
Imprimer

Interaction entre alimentation et microbiote intestinal : un atout pour la santé

En bref

Découvrez cinq articles scientifiques récents issus de notre veille sur l’alimentation, la santé et la durabilité.

Equation nutrition - Assiette saine courgettes poivrons
Consommer au moins 4 portions de légumes par jour est associée à une réduction du risque de diabète de type 2
Consommer au moins 4 portions de légumes par jour est associée à une réduction du risque de diabète de type 2

L’étude grecque ATTICA menée de 2001 à 2012 auprès de 3 042 adultes en bonne santé (région d’Athènes) a évalué l’association entre la consommation de légumes et l’incidence du diabète de type 2 à 10 ans. Après ajustement pour plusieurs variables, y compris les habitudes alimentaires générales, ce travail montre que les participants consommant au moins 4 portions de légumes par jour ont un risque 0,42 fois plus faible de développer un diabète de type 2. Les bénéfices observés sont plus importants chez les femmes que chez les hommes. En comparant par type de légumes, les associations les plus significatives ont été observées pour les alliacées chez les femmes et pour les légumes rouges/oranges/jaunes et les légumineuses chez les hommes.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35770418/
Equation nutrition - Mère fille activité physique forêt
Prévention du surpoids chez enfants : un triptyque gagnant – écrans limités, durée de sommeil élevée et alimentation saine
Prévention du surpoids chez enfants : un triptyque gagnant – écrans limités, durée de sommeil élevée et alimentation saine

Une étude réalisée sur 1 792 enfants (3 à 6 ans) aux Pays-Bas a évalué l’association entre le mode de vie et le surpoids chez les enfants. Leur environnement et statut socio-économique ont également été pris en compte. L’alimentation, la durée de sommeil, le temps passé devant les écrans et à jouer en plein air ont été estimés par des questionnaires. Les niveaux de sédentarité et d’activité physique ont été mesurés par accéléromètre. Trois types de modes de vie ont été identifiés : (1) « fortement actif », (2) « peu de temps passé devant un écran, beaucoup de sommeil et une alimentation saine », et (3) « beaucoup de jeux en plein air ». Les enfants correspondant au comportement 2 avaient un risque réduit de surpoids et présentaient un IMC inférieur à l’âge de 10-11 ans et ce indépendamment du statut socio-économique. Ainsi, faible temps passé devant un écran, durée de sommeil élevée et alimentation saine forment un triptyque favorable pour prévenir le surpoids chez l’enfant.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9250228/
Equation nutrition - Assiette saine crevette, pois gourmands
La composition du microbiote et ses propriétés fonctionnelles seraient associées à la qualité globale de l’alimentation
La composition du microbiote et ses propriétés fonctionnelles seraient associées à la qualité globale de l’alimentation

Une étude observationnelle transversale réalisée en Pologne (200 participants) a comparé la composition du microbiote et ses propriétés fonctionnelles chez deux groupes de volontaires. Le premier ayant suivi un modèle alimentaire sain (n=100), le second un régime de type occidental (n=100). La composition du microbiote intestinal est différente entre les deux groupes. L’abondance du microbiote intestinal potentiellement favorable est principalement associée à une consommation élevée de légumes, de fruits et de fibres (abondance relative accrue de Firmicutes et Faecalibacterium, abondance relative moindre de Bacteroidota et Escherichia-Shigella). A l’inverse, celle du microbiote intestinal potentiellement défavorable est principalement associée à des apports élevés en sucres ajoutés et boissons gazeuses et faibles en fibres.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35748920/
Equation Nutrition - Père et fils en cuisine
Finlande : agir de manière personnalisée en impliquant la famille permet d’améliorer la consommation de fruits et légumes des enfants
Finlande : agir de manière personnalisée en impliquant la famille permet d’améliorer la consommation de fruits et légumes des enfants

Une étude, menée en Finlande, a évalué les effets à long terme d’une intervention sur la consommation alimentaire et l’apport en nutriments de l’enfance à l’adolescence. Les participants, âgés entre 7 et 9 ans au départ de l’étude, ont été suivis sur 8 ans et répartis en deux groupes : intervention (n=306) et témoin (n=198). Dans le groupe intervention, les enfants et leur famille ont bénéficié d’un accompagnement personnalisé associant conseils et mise en pratique visant à améliorer les habitudes alimentaires, à augmenter le niveau d’activité physique et à diminuer la sédentarité de la famille. Cette intervention a permis d’améliorer la qualité de l’alimentation de l’enfance à l’adolescence. Dans le groupe intervention, la consommation de légumes, de fruits et de baies et les apports en vitamine C et en folates ont augmenté. Dans le groupe contrôle, la consommation de légumes n’a pas changé, celles des fruits et des baies, et l’apport en vitamine C et folates ont diminué.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35720174/
Equation Nutrition - Mère et fils au marché fruits et légumes
Etats-Unis : le programme SNAP démontre l’efficacité des bon d’achats de fruits et légumes pour augmenter la consommation de fruits et légumes frais
Etats-Unis : le programme SNAP démontre l’efficacité des bon d’achats de fruits et légumes pour augmenter la consommation de fruits et légumes frais

Afin de faciliter l’accès des populations à faible revenu à une alimentation saine, le Programme fédéral SNAP aux Etats-Unis fournit des bons pour l’achat de certains aliments. Un essai contrôlé randomisé de deux ans a été mené dans 77 marchés de producteurs pour tester l’efficacité de bons d’achat de fruits et légumes associés à une bonification (basale, moyenne ou forte) auprès d’un groupe de bénéficiaires (n=2 968). L’’ensemble des achats alimentaires des ménages et en particulier ceux de fruits et légumes, la consommation de ces aliments, l’insécurité alimentaire, l’état de santé, les dépenses de marché et les données démographiques ont été suivies. Ce travail confirme la littérature déjà existante. Bien que 82 % des participants aient déclaré avoir souffert d’insécurité alimentaire au cours de l’année, ce type d’incitation financière offerte via les marchés de producteurs a des effets positifs et significatifs sur la consommation de fruits et légumes frais. Par ailleurs, plus le niveau de bonification est élevé, plus les achats et consommations le sont aussi. Les auteurs soulignent, ainsi, la nécessité d’inclure ce type de programme d’incitation dans les futures politiques afin de permettre un accès plus équitable pour les personnes dont le budget alimentaire est limité.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35742692/
Retour