N° 78 | juin 2008

Freins à la consommation de fruits et légumes pour les faibles revenus : Et si le prix était en cause ?

Télécharger Imprimer

Les Recommandations Nutritionnelles Américaines (Dietary Guidelines for Americans 20051 s’inscrivent parmi les actions menées pour augmenter la consommation des fruits et légumes chez les Américains. Dans leur dernière version, les apports journaliers recommandés en fruits et légumes sont passés, par rapport aux précédentes recommandations, de 5 à 9 portions. En outre, pour certains végétaux, comme les légumineuses, les légumes verts ou orangés, des quantités spécifiques ont été définies.

Impact de l’environnement alimentaire sur le choix d’une alimentation saine

Cependant, malgré ces efforts, et d’autres, pour augmenter la consommation de fruits et légumes dans la population générale et les groupes à hauts risques2, 3, 4, des écarts de consommation persistent entre consommateurs à hauts et à faibles revenus5, 6, ceux à hauts revenus respectant mieux les recommandations nutritionnelles.

On se focalise de plus en plus sur l’impact de l’environnement alimentaire sur le choix d’une alimentation saine7. Outre la saveur et la facilité de préparation, le prix exerce une influence certaine sur le choix des aliments8. Pour les consommateurs à faibles revenus, ce serait même un obstacle majeur au respect des recommandations nutritionnelles pour les fruits et légumes. Cela s’explique pour deux raisons :

  1. plus de portions recommandées (9 versus 5) augmentent le coût total par rapport aux recommandations précédentes
  2. les légumes verts et jaunes valorisés dans les recommandations 2005 coûtent plus chers que les féculents9.

Notre étude du panier alimentaire a donc examiné le prix des fruits et légumes selon trois axes :

  1. Est-il significativement plus coûteux d’acheter le panier de fruits et légumes selon les recommandations 2005 que selon les recommandations 1995 ?
  2. Existe-il des variations de prix des fruits et légumes selon le niveau de revenu du quartier et le type de magasin ?
  3. Quel est l’impact des nouvelles recommandations nutritionnelles pour les fruits et légumes sur le budget consacré à l’alimentation dans une famille à faibles revenus ?

Recommandations nutritionnelles 2005 versus 1995

En terme de quantité, une famille de quatre personnes achèterait aujourd’hui moins de fruits et légumes par rapport à la liste du «Plan alimentation bon marché» de 1995.

L’augmentation la plus conséquente de 1995 à 2005 concernait les légumes verts (239%), les légumes jaunes (83%) et les légumineuses (52%). Le prix moyen par portion était plus élevé pour les fruits, les légumes verts et les légumineuses. Selon les nouvelles recommandations, le panier alimentaire coute en moyenne 4% de moins qu’en 1995. Les prix ont chuté de 63% pour les féculents et de 20% pour les fruits. Ce qui contrebalance les augmentations importantes de dépenses pour les légumes verts, (111%), les légumes jaunes (83%) et les légumineuses (55%). Au total, la différence de prix n’est pas significative alors que les changements pour chaque sous groupe l’ont été (p<0.001), compte tenu des changements de quantité dans chaque panier alimentaire.

Il faut bien choisir son magasin

Cette étude a montré que le prix moyen des fruits et légumes était significativement moindre dans les quartiers à faible et très faible niveau économique et dans les supermarchés. Cependant, ces résultats suggèrent que des barrières importantes de prix existent chez les consommateurs à faibles revenus qui veulent respecter les recommandations. Ainsi, il faut bien choisir le magasin pour que les consommateurs à faibles revenus paient effectivement moins cher car il existe des variations de prix entre magasins dans les quartiers à faible niveau économique. Les prix varient de manière considérable dans une même chaîne. En outre, le coût des nouvelles recommandations de consommation de fruits et légumes modifie de manière significative le budget familial pour l’alimentation.

Impact des Recommandations 2005 sur le budget alimentaire familial

En faisant ses courses dans un quartier à faible niveau économique, une famille de quatre personnes dépenserait $1688 par an pour se conformer aux recommandations nutritionnelles 2005. En Californie, une famille de quatre personnes, qui bénéficie en moyenne chaque année de coupons alimentaires valant $388810, mobilisera 43% de ce budget selon ces nouvelles recommandations. En moyenne, les familles des deux quintiles inférieurs de revenus dépensent chaque année $241011, ce qui veut dire qu’elles devraient allouer 70% de leur budget au panier alimentaire de fruits et légumes si elles veulent suivre les nouvelles recommandations nutritionnelles.

Conclusions

Les résultats de cette étude suggèrent que l’augmentation de la portion du budget alimentaire consacré aux fruits et légumes, nécessaire au respect des nouvelles recommandations, serait un obstacle plus important que le prix par portion de fruits et légumes. Les pouvoirs publics devraient examiner cette question : comment rendre les fruits et légumes plus abordables pour les familles à faibles revenus ?

Cecile Knai
Ecole d’Hygiène et de Médecine Tropicale de Londres
  1. US Department of Health and Human Services and US Department of Agriculture. Dietary Guidelines for Americans, 2005. 6th edition. Washington, DC: US Government Printing Of?ce, January 2005.
  2. Johnson FC, Hotchkiss DR, Mock NB, McCandless P, Karolak M. The impact of the AFDC and Food Stamp programs on child nutrition: Empirical evidence from New Orleans. J Health Care Poor Under- served. 1999;10:298-312.
  3. Lee BJ, Mackey-Bilaver L, Goerge RM. The Patterns of Food Stamp and WIC Participation and Their Effects on Health of Low-Income Children. Chicago, IL: Chapin Hall Center for Children of the University of Chicago; 2000. JCPR Working Paper No. 129.
  4. Variyam J, Blaylock J, Lin B-H, Ralston K, Smallwood D. Mother’s nutrition knowledge and children’s dietary intakes. Am J Agric Econ. 1999;81:373-384.
  5. Jetter K. Does 5-9 a day pay? Paper presented at International Fruit and Vegetable Alliance. Ottawa, Canada: October 16, 2006.
  6. Krebs-Smith SM, Kantor LS. Choose a variety of fruits and vegetables daily: Understanding the complexities. J Nutr. 2001;131(suppl 2-1): 487S-501S.
  7. French SA, Story M, Jeffery RW. Environmental in?uences on eating and physical activity. Annu Rev Public Health. 2001;22:309-335.
  8. Glanz K, Basil M, Maibach E, Goldberg J, Snyder D. Why Americans eat what they do: Taste, nutrition, cost, convenience, and weight control concerns as in?uences on food consumption. J Am Diet Assoc. 1998;98:1118-1126.
  9. Reed J, Frazao E, Itskowitz R. How much do americans pay for fruits and vegetables? Available at: http://www.ers.usda.gov/publications/aib790/aib790fm.pdf. Accessed August 11, 2007.
  10. US Department of Agriculture. Food Stamp Program: Average monthly bene?t per person. Available at: http://fns.usda.gov/pd/fsavgben.htm. Accessed April 24, 2006.
  11. US Department of Labor. Consumer Expenditures in 2002. Washington, DC: Bureau of Labor Statistics; 2004.
Retour Voir l'article suivant