N° 127 | janvier 2013

La préparation des repas à la maison est associée aux préférences alimentaires et à l’autonomie chez les enfants

Télécharger Imprimer

Etant donné la prévalence grandissante de l’obésité infantile, il est important de mieux comprendre les facteurs influençant les choix alimentaires des enfants. Certaines publications suggèrent qu'en impliquant les enfants dans des activités liées aux aliments on pourrait promouvoir le développement d’habitudes alimentaires plus saines. Intégrer l’aspect pratique dans la promotion de la santé permettrait aux enfants de goûter et d’apprécier une grande variété d’aliments, tout en augmentant leur autonomie dans la sélection d’aliments plus sains.

Le mécanisme complexe associant la participation aux activités de préparation des repas et la consommation alimentaire n’est pas complètement élucidé. Une préférence pour certains fruits et légumes (F&L) et un certain degré d’autonomie auraient été associées aux plus fortes consommations de F&L chez les enfants. Ces facteurs peuvent être des médiateurs potentiels de la relation entre l’implication dans la préparation des repas et la consommation des F&L.

Une enquête réalisée au Canada au sein d’une population d’enfants en CM2

Le programme REAL Kids Alberta « Raising healthy Eating and Active Living Kids » (Elever des enfants qui mangent sainement et qui vivent activement) est une enquête réalisée au sein d’une population d’enfants en CM2 (âgés de 10-11 ans).

L’évaluation REAL Kids Alberta avait pour objectif d’estimer l’impact du programme « un Poids Sain » du gouvernement provincial et d’en mesurer les résultats en termes de comportement et d’état de santé chez les enfants vivant en Alberta. Nous avons utilisé les données recueillies dans le cadre de cette enquête afin d'examiner les associations entre la fréquence de l’implication dans la préparation des repas familiaux et :

  1. les préférences pour certains F&L, et
  2. l’autonomie dans la sélection d’aliments sains.

Au total, 3 398 enfants ont participé à cette étude.

Une évaluation des préférences pour les F&L et de leur autonomie

Les préférences pour les F&L ont été évaluées à l'aide des réponses des enfants lorsqu’on leur a demandé leur degré de préférence pour une variété de F&L. Des scores ont été calculés à partir de ces réponses.

De même, un score d’autonomie a été calculé selon les réponses des enfants aux questions concernant leur certitude de sélectionner des aliments sains dans diverses situations.

Des modèles de régression multiples ont été utilisés pour tester les associations entre la fréquence d’implication dans la préparation des repas familiaux, les préférences pour les F&L et le degré d’autonomie.

Une forte implication dans la préparation des repas est associée à une forte préférence pour les F&L

Parmi les enfants participants, 30% déclaraient aider à préparer les repas à la maison au moins une fois par jour, tandis que 12,4% n’aidaient jamais. Une plus forte fréquence d’implication dans la préparation des repas à la maison était associée à une plus forte préférence pour les F&L. Cette influence positive sur la préférence pour les F&L peut conduire à une consommation résultante de F&L plus importante. De plus, les activités de préparation des repas favorisent les interactions familiales et offrent l’occasion de modeler et de développer des habitudes alimentaires et des préférences alimentaires saines.

Augmenter la confiance et l'autonomie

Les enfants qui rapportaient de plus forts niveaux d’implication avaient également une plus grande autonomie dans la sélection d’aliments plus sains. Ces résultats concordent avec ceux de précédents travaux indiquant que l’implication des enfants dans des activités liées à l’alimentation conduit à augmenter leur niveau de confiance dans l’accomplissement ce ces tâches.

Nos résultats suggèrent clairement qu’encourager les enfants à s’impliquer dans des activités de préparation des aliments représente une approche qui a des chances de réussir dans les programmes de promotion de la santé où ces activités pourraient être utilisées pour augmenter l’efficacité de l’éducation alimentaire. Par exemple, offrir aux parents des conseils pratiques sur les façons d’impliquer leurs enfants dans la préparation des repas pourrait faire partie des actions de promotion de comportements alimentaires sains à la maison.

Yen Li Chu
Département des Sciences de Santé Publique, Ecole de Santé Publique, Université d’Alberta, Canada
Chu YL, Farmer A, Fung C, Kuhle S, Storey KE and Veugelers PJ. Involvement in home meal preparation is associated with food preference and self-efficacy among Canadian children. Public Health Nutrition 2012 May 11:1-5 [epub ahead of print.
Retour Voir l'article suivant