N° 127 | janvier 2013

La consommation des fruits & légumes et les repas pris en famille

Télécharger Imprimer

Édito

Consommation des fruits et légumes : place de l’environnement social et alimentaire

Au cours des 10 dernières années, de nombreuses études ont prouvé que l’environnement joue un rôle important pour accroître la consommation des fruits et légumes (F&L). La disponibilité a été pointée en particulier comme un déterminant important de cette augmentation. Actuellement un grand nombre d’études s’intéressent à d’autres déterminants que la seule disponibilité, telles les normes sociales, les valeurs et les attitudes qui ont une influence déterminante. Les années de promotion et de prise de conscience du programme « 5 par jour » commencent à montrer des résultats.

Le message important semble être : l’environnement social compte. Les pairs, la famille et d’autres acteurs jouent un rôle dans l’établissement de ce que les chercheurs commencent à appeler les « environnements alimentaires ». Des environnements non seulement « physiques » dans lequel les F&L sont disponibles dans le cadre de vie, de travail et d’études, mais également des environnements alimentaires « mentaux et sociaux » qui reconnaissent que les F&L font partie d’un mode de vie équilibré.

Les recherches présentées dans ce numéro portent sur des environnements familiaux mais ont d’importantes implications pour les environnements alimentaires collectifs, comme les écoles et les jardins d’enfants. Ces résultats soulignent le fait que les programmes de « fruits à l’école » ne concernent pas seulement l’approvisionnement. Sans des règles sociales et une philosophie favorisant la consommation de fruits à l’école, la promotion de la santé à l’école ne pourra pas complètement réussir. Heureusement, dans le cadre de l’Union Européenne, il existe des mesures d’accompagnement – de larges catégories d’activités pouvant créer un environnement éducatif et social favorisant une consommation accrue des F&L. Ceci regroupe toute une gamme de mesures comme l’éducation à la cuisine et aux saveurs, le rapprochement entre la ferme et l’école, les jardins urbains, les potagers et les vergers scolaires. Ce nouvel intérêt de la recherche pour les «environnements alimentaires» et les comportements alimentaires permettra d’en déterminer les effets potentiellement positifs.

Bent Egberg Mikkelsen
Professeur, PhD, Directeur de Recherche Groupe de Recherche : Science des Aliments & Nutrition en Santé Publique (www.menu.aau.dk) Président, Comité d’experts de l’UE sur le programme de Fruits à l’école.
Voir l'article suivant