N° 93 | décembre 2009

Les adolescents et le goût des légumes : une question d’esthétique ?

Tout compte fait, nos ados ne mangent peut-être pas si mal que ça ! Tel est le constat – rassurant – qui se dégage du travail des 15 chercheurs du CNRS qui, pendant trois ans, ont exploré l’alimentation d’adolescents âgés de 12 à 19 ans (*). Un sujet dont l’intérêt est à la hauteur des craintes suscitées par la « malbouffe » des jeunes et par ses conséquences sanitaires (obésité, diabète, maladies cardio-vasculaires, etc). Or, contrairement à une idée répandue, les adolescents français ne mangent pas n’importe quoi, n’importe où, n’importe quand et n’importe comment. Ils ne sont pas dépourvus de repères, de règles et de normes alimentaires… mais celles-ci, il est vrai, se construisent en opposition à celles des adultes.

La dimension affective des plats familiaux et traditionnels

Les jeunes enquêtés accordent par ailleurs une place importante au plaisir alimentaire. Ils ne se satisfont pas d’une alimentation monotone mais recherchent une variété de nourritures, diversité qui est (en principe) favorable à l’équilibre nutritionnel. Ainsi, l’attrait que les jeunes Français éprouvent pour les hamburgers, les pizzas, les paninis, les kebabs ou les nouilles chinoises ne les empêche pas d’apprécier tout autant les repas en famille avec leur enchaînement de « bons petits plats » confectionnés par leur mère ou, plus encore, leur grand-mère. La dimension affective est bien entendu très présente dans cette valorisation des plats familiaux et traditionnels : ainsi, la seule soupe que certains acceptent de manger est la soupe de Mamie... « parce que cette soupe là, c’est différent ».

L’influence du culte de la minceur chez les filles

Les jeunes filles, plus que les garçons, diversifient leur répertoire alimentaire en y intégrant salades composées et fruits, aliments qu’elles perçoivent comme bons pour leur bien-être et, avant tout, pour leur ligne. Sur ce dernier point, les chercheurs confirment l’existence d’un culte (quand ce n’est pas d’une obsession) de la minceur : la plupart des adolescentes déclarent qu’elles sont « trop grosses ». Même les plus jeunes (dès 12 ans) estiment qu’elles devraient « faire des efforts pour maigrir ». Dans le même temps, elles éprouvent fortement le désir de ne pas se soumettre aux diktats de la minceur, de ne pas obéir aux conseils maternels, de ne pas écouter les recommandations nutritionnelles. Ce besoin de transgression se manifeste par des moments de défoulement où tout contrôle sur le corps est aboli et où elles « se lâchent » en se gavant de « cochonneries » !

Des aliments qui construisent une identité « adolescente »

L’alimentation de rue connaît, dans ce groupe d’âge, de ferventsadeptes. Elle leur permet d’échapper au regard des adultes et de décider, en toute liberté, ce qu’ils vont manger et de quelle façon (on n’est pas obligés de s’asseoir à une table, on peut manger avec les doigts…). La pause déjeuner ou les sorties du week-end représentent des moments d’apprentissage de l’autonomie et de partage avec les amis.

Certains aliments, parce qu’ils sont associés à l’enfance, font l’objet d’une désaffection. C’est en particulier le cas du lait, tout au moins dans un contexte public de consommation. Boire du lait devant ses copains est vécu négativement (cela « fiche la honte »). En revanche, sa consommation au domicile peut subsister : cet aliment « pour les bébés » peut en effet jouer un rôle de réconfort. Les chercheurs parlent à son propos d’aliment « navette », faisant le lien entre le monde de l’enfance et celui de l’adulte. De la même façon, les aliments « pour les vieux » sont souvent refusés. Parmi eux, on trouve des légumes tels que les endives cuites ou les choux.

Les légumes crus : appréciés pour leurs couleurs vives et leur texture

L’acceptation ou le refus d’un aliment sont, pour une large part, conditionnés par ses caractéristiques sensorielles et, en particulier, par son apparence visuelle et par sa texture. Pour les adolescents enquêtés, il importe que l’assiette soit « belle à regarder ». Cette qualité est, à leurs yeux, synonyme de savoureux et de bénéfique à la santé.

Les légumes cuits qui ont une apparence terne et flasque et une texture molle n’ont pas la cote : ils sont qualifiés de « pas beaux à voir », de « moches » (réduits en purée, ils sont mieux acceptés). Une adolescente déclare ainsi, à propos du brocoli, que « à regarder, ce n’est pas très appétissant. Parfois j’ai même la chair de poule quand je le regarde. » La texture particulière de certains légumes renforce le rejet : « Les poireaux, il y a plein de fils, c’est dégoûtant. » Le même opprobre touche les aliments qui présentent un aspect gélatineux, visqueux, gluant ou encore ceux dont le gras de constitution est visible.

A contrario, les légumes crus, symboles de fraîcheur et de pureté, sont appréciés en raison de leurs couleurs vives et de leur texture « bien ferme ». Le croquant plaît aux adolescents (ils plébiscitent les dips à tremper dans le fromage blanc) ainsi que le croustillant des… fritures. Enfin, la plupart des jeunes préfèrent reconnaître l’aliment qui se trouve dans leur assiette, sauf pour la viande (identifier l’animal suscite le dégoût) et pour le poisson (surtout lorsque ce dernier est servi entier, avec la tête et les nageoires !).

Eric Birlouez
Sociologue de l’agriculture et de l’alimentation, Paris, FRANCE

* Projet de recherche AlimAdos de l’OCHA (Observatoire des Habitudes Alimentaires du Centre National Interprofessionnel de l’Economie Laitière).

Retour Voir l'article suivant