N° 191 | novembre 2018

L’urgence de politiques efficaces pour promouvoir des modèles alimentaires sains !

Télécharger Imprimer

Au cours des dernières années, les engagements en matière d’alimentation et de nutrition ont été considérables au niveau mondial, reflétant une prise de conscience accrue de l’importance de la lutte contre les maladies non transmissibles (MNT).

Cependant, les mesures politiques pour améliorer l’alimentation en Europe restent encore insuffisantes et inégales.

Plusieurs politiques européennes sur la nutrition et les maladies non transmissibles associées à l’alimentation

Malgré un manque d’évolution regrettable et une lenteur des politiques au niveau européen, concernant en particulier les profils nutritionnels et le marketing des aliments néfastes pour la santé des enfants, quelques initiatives prometteuses relatives aux acides gras trans et à la distribution d’aliments sains dans les écoles ont vu le jour.

L’Office Régional pour l’Europe de l’Organisation Mondiale de la Santé a élaboré plusieurs politiques pour la région européenne :

  • Santé 2020 : une stratégie et un cadre politique européens pour le 21e siècle visant à améliorer la santé pour tous et à réduire les inégalités en matière de santé
  • Déclaration de Vienne sur la nutrition et les maladies non transmissibles (MNT) s’engageant à agir pour lutter contre l’obésité et à accorder la priorité au travail sur les aliments sains pour les enfants¹
  • Plan d’action européen 2015-2020 pour une politique alimentaire et nutritionnelle destiné à améliorer la gouvernance du système alimentaire et la qualité globale de l’alimentation et de l’état nutritionnel en Europe²
  • Un modèle de profil nutritionnel pour soutenir les pays européens dans leurs efforts pour limiter le marketing des aliments riches en matières grasses, sucres ou sel ciblant les enfants, lancé en 2015³.
  • Deux plans d’action pour la prévention et la maîtrise des MNT consécutifs, avec comme axes d’intervention :
    • la promotion d’une consommation saine, à travers des politiques financières et de marketing (tabac, alcool, aliments) ;
    • la modification et l’amélioration de la composition des produits, notamment en sel, matières grasses et sucres ;
    • la réduction du sel ;
    • la promotion d’une vie active et non sédentaire ;
    • la promotion de l’air pur 4,5.

Certains pays européens ont élaboré leurs propres politiques, en particulier
concernant les taxes sur les aliments, la modification de la composition
nutritionnelle des produits alimentaires, l’étiquetage nutritionnel sur
les emballages, la disponibilité des aliments sains dans les écoles et le
marketing ciblant les enfants (Tableau 1).

Trois groupes de recommandations spécifiques proposés par l’EHN

Pour limiter les MCV liées à l’alimentation en Europe, l’EHN propose un ensemble de recommandations (cf figure 1).

Mike Raynera
Président du groupe d’experts en nutrition de l’European Heart Network, ROYAUME-UNI
Susanne Løgstrup
Directrice de l’European Heart Network, BELGIQUE
Transforming European food and drink policies for cardiovascular health – Chapter 4: Effective policies for promoting healthy dietary patterns. EHN paper 2017. http://www.ehnheart.org/publications-and-papers/publications/1093:transforming-european-food-and-drinks-policies-for-cardiovascular-health.html
  1. WHO Europe. Vienna Declaration on Nutrition and Noncommunicable Diseases in the Context of Health 2020 (2013).
  2. WHO Europe. European Food and Nutrition Action Plan 2015–2020 (2014).
  3. WHO Europe. Nutrient profile model (2015)
  4. WHO Europe. Action Plan for implementation of the European Strategy for the Prevention and Control of Noncommunicable Diseases 2012- 2016 (2011).
Retour Voir l'article suivant